Après dix ans de détention, un officier de l'armée continue à se voir refuser son enregistrement résidentiel un an après sa libération

[Site Clartés et Sagesse]

Par un correspondant de la Province du Gansu, Chine


Le Major Wang Youjiang était officier dans la troupe des Télécommunications du Commandement Militaire de Lanzhou. Il a été emprisonné pendant dix ans. Malgré qu’il ait été libéré voici un an, sa famille est encore continuellement harcelée par le Comité Politique et Judiciaire du PCC local, par le Bureau 610 du Canton de Yongdeng et la police locale. La vie de ses parents âgés, a été sérieusement perturbée.

Le 8 mars 2011, un représentant du Comité Politique et Judiciaire de Yongdeng accompagné du policier Gan de la Division de la Sécurité Intérieure de Yongdeng, du policier Zhao du poste de police local et de Yang du bureau judiciaire local ont trompé la famille de M. Wang pour leur faire ouvrir leur porte. Ils ont prétendu qu’ils "voulaient aider Wang Youjiang à obtenir son enregistrement de résidence obligatoire et sa carte d’identité." Après être rentrés dans la maison, Gan s’est mis à fouiller toutes les pièces. Le représentant du Comité Politique et Judiciaire de Yongdeng a quand à lui directement menacé la famille de M. Wang, en disant que les rouleaux sur la porte de la maison de Wang n’étaient pas conformes à la réglementation du PCC et avaient mauvaise influence. Les rouleaux devaient être retirés immédiatement, autrement Wang Youjiang aurait des problèmes pour obtenir son enregistrement de résident et sa carte d’identité.

La famille de M. Wang a demandé au représentant du comité à quelle réglementation les rouleaux ne se conformaient pas, quelle mauvaise influence ils pouvaient avoir et qui cela gênait, mais celui-ci n’a pas répondu. Quand ils ont insisté en lui demandant de préciser quels mots sur les rouleaux étaient inappropriés, il n’a rien trouvé à dire. La famille a poursuivi en disant qu’un citoyen a le droit d’afficher un rouleau et que personne n’avait le droit de s’en mêler. Qu’ils étaient des représentants chargés d’exécuter les dispositions légales du gouvernement et que leur demande déraisonnable était illégale. La famille de Wang a conseillé à ces hommes de sérieusement réfléchir à cela et de ne pas enfreindre la loi en toute conscience. Cependant, les policiers n’ont pas écouté et ont arraché les rouleaux de force. Quand l’un des policiers a essayé d’enlever le rouleau horizontal qui disait: "La lumière de Bouddha illumine tout", M. Wang Youjiang leur a demandé: "Auriez vous peur de la Loi de Bouddha? Savez vous qui a peur de la Loi de Bouddha? Les démons, seuls les démons ont peur de la Loi de Bouddha!" Le représentant du comité a baissé la tête et n’a plus rien dit.

Des passants ont vu ce qui se passait et ont condamné ces fonctionnaires pour leurs actions illégales. Ces derniers ont pris la fuite.

M. Wang Youjiang a commencé à pratiquer le Falun Gong en 1998. Après que le régime de Jiang Zemin ait lancé sa persécution du Falun Gong le 20 juillet 1999, M. Wang a été détenu à plusieurs reprises. Le 10 janvier 2001, il a été arrêté et détenu dans le Centre de Détention de Xiguoyuan de Lanzhou. Durant sa détention, les gardiens l’ont battu à coups de poings et coups de pieds. Il a été forcé de faire du travail d’esclave pendant longtemps et a été torturé de manière inhumaine. Quand il a été transféré dans le Centre de Détention de Siergou du district de Xigu, ville de Lanzhou, il était incapable de se tenir debout. Le 3 juillet 2001, Le tribunal de District de Chengguang de Lanzhou a secrètement condamné M. Wang à dix ans de prison. M. Wang avait tout d’abord été détenu dans le Centre de Détention de Xiguoyuan, puis transféré dans le Centre de Détention de Siergou et dans la Prison de Dashaping. Il a été libéré le 9 janvier 2011.

M. Wang a fait la demande pour obtenir son enregistrement de résident obligatoire et sa carte d’identité en avril 2011. Presque une année s’est écoulée. Wang Yujuan, une policière du Département de Police du Bureau de l’Administration des Enregistrements des Résidents de Yongdeng, trouvait sans arrêt des excuses pour le retard. Elle a dit: "Nous nous efforçons déjà de chasser ces pratiquants du Falun Gong qui vivent actuellement dans notre localité. Comment pouvons nous accepter d’en accueillir un nouveau?" Son ton et son regard exprimaient une haine extrême envers le Falun Dafa et les pratiquants.


Traduit de l'anglais en Europe

Version anglaise: http://en.minghui.org/html/articles/2012/4/2/132512.html
Version chinoise: http://www.minghui.org/mh/articles/2012/3/12/254120.html