La rectification de mon cœur et de mon environnement a fait des miracles

De la huitième conférence de partage d’expériences par Internet pour les pratiquants de Chine

[Site Clartés et Sagesse]

Écrit par Li Chengong, une pratiquante en Chine


En 2006, on a diagnostiqué à mon mari une tumeur de l'hypothyroïde. Il a consulté des médecins dans trois hôpitaux et tous lui ont dit qu'il ne serait pas guéri à moins de subir une opération. Il a alors demandé à être hospitalisé pour se préparer à l'opération. Cependant, l'hôpital a refusé sa première demande en disant que sa carte d'assurance-maladie n'avait pas de code d'enregistrement. Quand il a demandé à être hospitalisé une deuxième fois, l'administrateur l'a refusé de nouveau en disant que sa carte était inactive parce qu'il n'avait pas payé son assurance-maladie pendant de nombreuses années, alors qu'il l'avait payée chaque année. Sa troisième demande a été rejetée parce qu'il n'y avait aucun lit d'hôpital disponible. J'ai dit : « Alors tu comprends maintenant ! Je l'ai compris bien avant toi. Alors abandonne l'idée de l'opération maintenant que tu en as compris la raison. Nous pouvons attribuer l'argent des frais médicaux aux projets de Dafa pour sauver plus de gens. » Il est alors rentré à la maison sans avoir subi l'opération. Peu de temps après, sa tumeur a disparu. Convaincu encore plus de la puissance de Dafa, il a donné 10 000 yuan à la production de documents clarifiant la vérité.

- Par l'auteur

Depuis le 20 juillet 1999, les pratiquants de Falun Gong ont été soumis à la persécution la plus implacable et la plus grave par le régime pervers de Jiang Zemin, le chef du Parti communiste chinois à ce moment-là. La pratique du Falun Gong a été proscrite et attaquée par la propagande diffamatoire fabriquée et propagée en Chine par l'appareil étatique du PCC. Sous une telle répression et des conditions aussi difficiles, beaucoup de pratiquants ont dû abandonner la pratique. La persécution a également créé des tensions entre les pratiquants et leurs familles, dont plusieurs ont essayé d'empêcher les pratiquants de continuer leur pratique par crainte de la persécution.

De telles choses se sont en effet produites dans ma famille. Quand la persécution a commencé la première fois, mon mari m'a demandé d'abandonner ma pratique du Falun Gong, mais je continuais à pratiquer à la maison une fois qu'il était parti au travail. Il avait un visage sévère quand les pratiquants venaient à la maison, malgré le fait que je lui avais dit que les pratiquants de Falun Gong étaient vraiment de très bonnes personnes. Il disait : « Vous êtes comme des agents secrets, vous devez donc changer de travail et toujours travailler avec de nouveaux collègues pour votre sécurité. » Je pensais que son attitude envers nous s'améliorerait et que je devais tout d'abord rectifier son esprit. Je lui ai dit : « Je n'abandonnerai jamais le Falun Gong parce que c'est vraiment bon. Quiconque traite Dafa avec bonté sera béni par le Ciel. » Je lui parlais souvent de la nature sinistre et déloyale du PCC et de sa persécution implacable du Falun Gong. En conséquence, son attitude s'est améliorée, mais il avait toujours peur que je clarifie la vérité et fasse la promotion des « trois retraits » (se retirer du PCC et de ses organismes affiliés) dans les lieux publics, en disant : « Tu penses que les gens ne connaîtront pas les faits sur le Falun Gong si tu ne leur en parles pas personnellement ? » J'ai dit : « Exactement. Ils ne comprendront pas les faits si je ne leur en parle pas. » Chaque fois qu'il me voyait partir de la maison, il me demandait où j'allais. Je disais : « Je suis sur le point de faire quelque chose de très droit. Tu ne dois plus me demander. Je te dirai ce que je vais faire si tu dois le savoir et je ne te dirai rien si tu ne dois pas le savoir. À partir de maintenant, laissez-moi tranquille et ne pose plus de question. » Il m'a alors laissée tranquille. Quand je suis allée à la campagne pour distribuer de l'information, il était très inquiet qu'il puisse être impliqué et persécuté. Je lui ai dit : « Les êtres humains ne sont pas en mesure de persécuter le Falun Gong et ils seront jugés responsables de leurs actes. »

Le Maître a dit que nous devrions installer autant de site de production de documents de clarification de la vérité que possible. En voyant beaucoup de pratiquants dans la soixantaine faire ce travail, j'ai été tout de suite convaincue que je pourrais également le faire. Les documents de clarification de la vérité peuvent sauver les gens et ils sont plus importants que l'argent. J'ai donc installé un site de production de documents chez moi. Mon mari ne s'y est pas opposé.

Au début, quand j'ai commencé à produire les documents, mon mari avait été congédié et son revenu n'était que de 400 yuans. Ma fille nous a donné 2 000 yuans. Je lui ai dit avec inquiétude : « Nous avons beaucoup bénéficié de Dafa. Beaucoup de pratiquants ont contribué financièrement aux projets de Dafa, mais je n'arrive pas à le faire en raison de notre situation financière difficile et du fait que ton père s'inquiète tellement au sujet de l'argent. » Elle a dit : « Pourquoi ne pas le faire sans le lui dire ? » Ses paroles m'ont réveillée et j'ai donné 1 000 yuans aux projets de Dafa. À ma grande surprise, l'argent m'est revenu plus tard pour des raisons inconnues. La même chose s'est produite deux fois et je me suis retrouvée avec plus d'argent qu'auparavant. En y repensant, j'avais les larmes aux yeux, sachant que le Maître m'aidait. Mon mari était également très ému. Dès lors il n'a jamais hésité à contribuer financièrement aux projets de Dafa après que ses affaires soient passées de 1 000 à 10 000 yuans. Il l'a fait plusieurs fois.

Je vais vous raconter maintenant une histoire remarquable. Mon mari avait loué un stand pour ses affaires près d'un bar, qui se trouvait dans un quartier bien connu pour ne pas y faire de bonnes affaires. Il m'a demandé de m'occuper de son stand. Je ne voulais pas passer mon temps à son commerce parce que je devais faire les choses de Dafa, j'ai donc proposé : « Engageons quelqu'un pour faire cela. » Il était d'accord. Je me suis occupée de mes projets de Dafa comme d'habitude. Plus tard, j'étais étonnée de voir que ses affaires allaient bon train et qu'il gagnait beaucoup d'argent, ce qui rendait d'autres vendeurs jaloux de nous. Convaincu qu'il était béni par Dafa, mon mari a soutenu davantage Dafa. Il m'avait dit qu'il voulait acheter une voiture pour son commerce. J'ai dit : « Ce serait parfait, mais me laisseras-tu utiliser la voiture quand j'en aurai besoin pour des projets de Dafa. » Il a accepté sans hésitation.

En 2006, on a diagnostiqué à mon mari une tumeur de l'hypothyroïde. Il a consulté des médecins dans trois hôpitaux et tous lui ont dit qu'il ne serait pas guéri à moins de subir une opération. Il a alors demandé à être hospitalisé pour se préparer à l'opération. Cependant, l'hôpital a refusé sa première demande en disant que sa carte d'assurance-maladie n'avait pas de code d'enregistrement. Quand il a demandé à être hospitalisé une deuxième fois, l'administrateur l'a refusé de nouveau en disant que sa carte était inactive parce qu'il n'avait pas payé son assurance-maladie pendant de nombreuses années, alors qu'il l'avait payée chaque année. Sa troisième demande a été rejetée parce qu'il n'y avait aucun lit d'hôpital disponible. J'ai dit : « Alors tu comprends maintenant ! Je l'ai compris bien avant toi. Alors abandonne l'idée de l'opération maintenant que tu en as compris la raison. Nous pouvons attribuer l'argent des frais médicaux aux projets de Dafa pour sauver plus de gens. » Il est alors rentré à la maison sans avoir subi l'opération. Peu de temps après, sa tumeur a disparu. Convaincu encore plus de la puissance de Dafa, il a donné 10 000 yuans à la production de documents clarifiant la vérité. Il a même commencé à lire les livres de Dafa et les documents clarifiant la vérité, disant : « Ceux qui persécutent le Falun Gong sont condamnés à tomber ! »

Voilà comment j'ai rectifié ma famille peu à peu et mon mari a soutenu de plus en plus Dafa. Maintenant il est prêt à m'aider à acheter des produits pour des projets de Dafa en utilisant sa voiture et aider quand c'est nécessaire. La veille du Nouvel An chinois, il m'a accompagné au chemin de fer et a installé des bannières de Dafa et des documents de clarification de la vérité de ses propres mains. Quand nous avons terminé, il a dit : « Faisons-le de nouveau l'année prochaine. »

Dans ma cultivation, je fais entièrement confiance au Maître et à Dafa et j'étudie le Fa diligemment. Avec mes pensées et actions droites, j'ai pu rectifier mon environnement de cultivation. J'avais été surveillée par la police, qui avait menacé de me condamner à la prison. Je leur ai dit : « La prison n'est pas un monastère. La voiture de police n'est pas un véhicule de Fa. Je ne serai jamais arrêtée. » Le Maître a dit :

« Si tu as peur elle t'attrapera

Quand les pensées sont droites la perversité s'écroule

Ceux qui cultivent et pratiquent sont remplis de la Loi

En émettant la pensée droite les diables pourris explosent

Divinités dans ce monde validez la Loi »

(« Qu'y a-t-il à craindre » de Hong Yin II)

Je suis absolument convaincue qu'en tant que pratiquante, je suis la personne qui attire les coups, étant donné que je peux maintenir mes pensées droites. Ce qui suit sont des incidents dont j'ai personnellement fait l'expérience.

Après le 20 juillet 1999, je suis allée lancer un appel pour le Falun Gong à Pékin. Avant de partir, ma belle-sœur qui vit dans une autre ville a téléphoné à mon mari pour lui demander de venir assister aux fiançailles de son enfant. De plus, mes deux enfants étaient sur le point de passer des examens très importants. Qu'est-ce que je devais faire ? À ce moment, je me suis rappelée l'Enseignement du Maître :

« Pouvoir ou non abandonner le cœur des gens ordinaires constitue la passe déterminante sur le chemin qui mène vers l’homme véritablement hors du commun. Tous les disciples se cultivant véritablement doivent la franchir, elle est la ligne de démarcation entre les pratiquants et les gens ordinaires. » (« Le Xiu véritable » de « Points essentiels pour un avancement diligent »)

Alors j'ai mis de côté ces choses et j'ai décidé de partir sans crainte, mais il était trop tard pour acheter un billet de train. Ensuite, quelqu'un m'a dit que je pouvais acheter le billet à bord. Alors je suis allée à Pékin et j'ai déployé la bannière « Falun Dafa est bon » sur la Place Tiananmen et j'ai crié : « Falun Dafa est bon ! Authenticité-Bienveillance-Tolérance est bon ! Le Maître du Falun Gong est innocent ! Falun Dafa est innocent ! » Quand un groupe de touristes étrangers sont passés près de moi, j'ai entendu l'un d'eux dire très fort : « Ouah, c'est le Falun Gong ! »

Un jour j'ai pensé en moi-même : « Comment puis-je mieux faire pour valider le Fa ? » Le Fa du Maître m'est venu à l'esprit :

« Escalader les marches escarpées du chemin aux mille mètres

Qui serpente, étroit et abrupt, difficile de soulever le pied

Se retourner comme pour regarder la cultivation de la LoiJuste

S'arrêter à mi-ciel il serait difficile de recevoir le salut

Faire persévérer le cœur et soulever suffisamment les jambes de dix mille livres

Endurer la douleur, être diligent et se débarrasser des attachements »

(« Escalader le Mont Tai » de Hong Yin Version B)

Je savais que c'était un conseil du Maître et je savais quoi faire. Le jour suivant, je suis allée au bureau d'appels dans ma ville avec ma mère de 90 ans. Ils m'ont demandé : « Pourquoi êtes-vous ici ? » J'ai dit : « Voici ma mère. Elle était malade auparavant, mais elle a été guérie par le Falun Gong. Maintenant il ne lui est plus permis de pratiquer le Falun Gong et toutes ses maladies sont revenues. Nous sommes venues pour vous demander ce que nous devons faire. » Ils m'ont dit d'aller voir nos autorités locales. Nous sommes allées chez eux et je leur ai posé la même question. Ils ont dit : « Voici une personne avec un bon raisonnement. Nous te payerons une pension mensuelle de 300 yuans et te donnerons un certificat afin que tu reçoives l'argent tous les mois. » Je ne m'attendais jamais à ça.

Un jour j'ai décidé d'aller dans ma ville natale dans la province du Shandong pour sauver les êtres. Je transportais une lourde charge de documents de Dafa, mais je n'avais pas peur parce que j'avais demandé la protection du Maître. Quand un inspecteur a vérifié ma voiture par habitude, il m'a simplement laissé passer sans vérifier mes papiers et sans poser de questions, comme s'il me connaissait.

Il y a deux ans, j'ai été invitée au mariage d'une amie. J'avais l'intention de profiter de cette occasion pour clarifier les faits sur le Falun Gong et promouvoir les « trois retraits », mais une bosse de la taille d'une boule de ping-pong est apparue tout d'un coup sur un de mes membres dans la nuit avant l'événement. La douleur et la démangeaison m'ont réveillée. J'ai réalisé que quelque chose de mauvais essayait de m'empêcher de sauver les gens le jour suivant. J'ai demandé l'aide du Maître et je me suis levée pour faire les exercices de Falun Gong à minuit. Deux heures plus tard, j'ai senti la douleur et la démangeaison disparaître. Quand j'ai regardé, j'ai vu que la bosse était partie. Le jour suivant, je suis allée au mariage comme prévu et j'ai rencontré beaucoup de personnes. Lors du banquet j'ai persuadé tous les photographes de faire les « trois retraits ».

Une année, quand mon mari a été congédié de son travail, j'étais allée voir mon fils aîné qui travaillait dans une autre ville. J'avais apporté des documents de clarification de la vérité et je m'étais préparée pour encourager des personnes à faire les « trois retraits ». Mon fils avait très peur que je me fasse arrêter pour cela et voulait m’en empêcher, mais mes pensées droites étaient très fortes, pensant que je devais faire connaître aux gens les faits sur le Falun Gong. J'ai demandé l'aide du Maître et dit à mon fils : « Si tu m’empêches de sauver les gens, tu feras une mauvaise chose contre Dafa. » Son attitude a changé immédiatement : « Oh maman, tu fais comme tu veux. » Beaucoup de personnes, dont mon fils et ses patrons, ont été sauvées.

De ces expériences, j'ai compris que le Maître nous aidera assurément si nous lui faisons vraiment confiance ainsi qu'à Dafa avec nos pensées et actions droites et les forces anciennes n'oseront jamais nous toucher.

En repensant à ma cultivation depuis plus de dix ans, je crois vraiment que je n'aurais jamais pu supporter autant d'épreuves sans l'aide du Maître. Je suis reconnaissante au Maître du fond du cœur. Maître, quelques soient les difficultés à venir, je ferai bien les trois choses afin d'accomplir mes vœux faits avant l'histoire et revenir à la maison avec vous.


Traduit de l'anglais au Canada

Version anglaise : http://clearwisdom.net/html/articles/2011/12/17/130175.html

Version chinoise : http://www.minghui.org/mh/articles/2011/11/23/249154.html