C'est seulement quand nous sommes altruistes que nous pouvons accomplir notre mission

De la huitième conférence d'échange et de partage par Internet pour les pratiquants de Chine

[Site Clartés et Sagesse]

Écrit par un pratiquant de Falun Dafa en Chine


Extrait

Quand j'étais chez moi ou détenue dans un camp de travaux forcés, j'ai cultivé ma croyance ferme en Dafa. Chez moi, quand mon frère me battait méchamment, je me disais en moi-même : « Tu ne peux pas interférer avec ma cultivation. » Mais je le détestais profondément. Quand j'étais incarcérée dans un camp de travaux forcés, j'ai géré mes mauvais traitements avec des émotions humaines. Je détestais les policier de la prison et je n'avais aucune compassion pour eux. Je souhaitais qu'ils reçoivent rapidement des rétributions karmiques pour leurs mauvaises actions. En conséquence, le pire capitaine de la prison m'a électrocutée avec une matraque électrique et m'a torturée avec la méthode appelée « le lit de la mort ». À ce moment, je n'avais pas une compréhension claire de la Loi et j'ai vu la persécution du point de vue de la cultivation personnelle. À la fin, j'ai fait

Quand j'ai compris ma responsabilité et ma mission de sauver les êtres, je ne me suis plus inquiétée au sujet de la perte et du gain. Je sens maintenant une forte compassion en moi. Quand je me suis débarrassée de mon égoïsme, je suis devenue calme et ouverte. Quand j'ai réalisé ma responsabilité, j'ai commencé à ressentir

Par

Après plus de dix ans de cultivation de Dafa, je n'avais toujours pas compris la relation entre la cultivation personnelle et la rectification par la Loi. Dans le passé, je me mettais toujours en premier dans tout : je veux cultiver, je veux élever mon niveau, j'ai fait des choses pour Dafa, je veux... Ainsi, quand la persécution a commencé et que tous les médias étaient contre les pratiquants de Dafa, je n'ai pas compris. Il n'y a rien de mal avec le désir de cultiver et de devenir une bonne personne. Pourquoi y a-t-il cette persécution et interférence ? J'ai ressenti de la colère et j'avais un sentiment d'injustice et d'être traitée déloyalement. J'ai résisté à ça de toutes mes forces et coûte que coûte. Quand mon mari et ma famille ont essayé de m'arrêter, j'ai pensé qu'ils interféraient avec ma cultivation. J'ai vu ma cultivation comme la chose la plus importante, avec laquelle personne ne pouvait interférer.

Quand j'ai clarifié la vérité et que je suis allée à Pékin pour valider la Loi, mon but était d'établir ma vertu majestueuse, de poursuivre le détachement personnel et la plénitude parfaite. Ceci était une manifestation des caractéristiques égoïstes des forces anciennes en moi. En conséquence, j'ai été sévèrement persécutée et j'ai perdu mon travail. À cette époque, je pensais que je devais améliorer mon niveau et résister à la persécution, que cela était prioritaire et que sauver les êtres et valider la Loi venaient en second.

Quand j'étais chez moi ou détenue dans un camp de travaux forcés, j'ai cultivé ma croyance ferme en Dafa. Chez moi, quand mon frère me battait méchamment, je me disais en moi-même : « Tu ne peux pas interférer avec ma cultivation. » Mais je le détestais profondément. Quand j'étais incarcérée dans un camp de travaux forcés, j'ai géré mes mauvais traitements avec des émotions humaines. Je détestais les policiers de la prison et je n'avais aucune compassion pour eux. Je souhaitais qu'ils reçoivent rapidement des rétributions karmiques pour leurs mauvaises actions. En conséquence, le pire capitaine de la prison m'a électrocutée avec une matraque électrique et m'a torturée avec la méthode appelée « le lit de la mort ». À ce moment, je n'avais pas une compréhension claire de la Loi et j'ai vu la persécution du point de vue de la cultivation personnelle. À la fin, j'ai fait une grosse erreur qui était mauvaise pour le Maître et Dafa. Quand j'étais détenue dans un centre de détention à Pékin, j'ai refusé de coopérer avec tout ce qui se passait dans la cellule de la prison. J'ai refusé de parler aux gardiens ou aux chefs des détenues. Je les regardais de haut parce qu'elles aidaient la police à maltraiter les pratiquants de Dafa. Une gardienne me regardait aussi de haut ; elle utilisait mon numéro de prisonnière pour m'adresser la parole et me dire quoi faire. J'ai refusé d'écouter et j'ai couvert ma tête et mes oreilles avec une couverture. Je pensais que de cette façon je ne coopérais pas avec

Par des discussions avec des compagnons de pratique, j'ai changé ma vision envers cette gardienne et les détenues. Quand je lui ai clarifié la vérité du fond de mon cœur, elle a dit : « Ne sois pas si hostile envers nous. Nous aussi savons que Dafa est bon. Je suis en train de lire le livre en secret. »

En étudiant la Loi, en discutant avec les compagnons de pratique et en lisant les articles de partage d'expérience sur le site Minghui, mon xinxing a changé de la cultivation personnelle et de notions anti-persécution à vouloir sauver les êtres. Le Maître a souvent mis l'accent sur cela dans ses enseignements :

« En tant que disciple de Dafa de la période de la rectification de la loi, la délivrance personnelle n’est pas le but de la cultivation et de la pratique, sauver les êtres était en effet votre grand vœu lorsque vous êtes venus, c’est aussi la responsabilité et la mission que l’histoire vous a confiées pendant la rectification de la loi. » (« Abandonner le cœur de l’homme, sauver les gens de ce monde », 1er septembre 2004)

J'ai finalement fait la transition de la cultivation personnelle à cultiver la Loi dans la période de la rectification par la Loi. Je place la validation de la Loi et sauver les êtres comme ma première priorité.

De retour chez moi, j'ai clarifié la vérité aux membres de ma famille du fond de mon cœur. Je n'ai plus de ressentiment envers eux et je ne vois plus les gens qui ont interféré avec ma cultivation comme des êtres pervers. Je les traite comme des êtres qui doivent être sauvés. Plusieurs personnes dans ma famille et des amis ont compris la vérité et se sont retirés du Parti communiste et de ses organisations affiliées. Quand j'ai été jetée en prison, je n'avais plus la notion d'être persécutée. Je pensais que j'étais là pour sauver les gens qui étaient là et pour valider la Loi. Je n'ai pas pensé à « être transformée ». Je traitais tout le monde avec compassion, y compris celles qui collaboraient avec la police. J'ai émis la pensée la plus droite pour éliminer les êtres pervers derrière eux. En conséquence, le directeur et les pires policiers me traitaient avec le plus haut respect. Ils avaient même peur que je puisse découvrir ce qu'ils avaient fait subir à d'autres pratiquants de Dafa.

J'ai vu plusieurs pratiquantes qui avaient été en grève de la faim pendant une longue période. Elles refusaient résolument de coopérer avec cette persécution perverse, mais étaient contentes si elles n'étaient pas persécutées ou transformées. Elles étaient insensibles au fait que les gens autour d'elles soient sauvés ; elles semblaient même insensibles pour les pratiquantes autour d'elles qui étaient persécutées ; elles pensaient que c'était leur problème. Ainsi, certaines pratiquantes étaient en grève de la faim depuis trois ans et étaient encore à suivre les arrangements des forces anciennes. J'ai compris la raison fondamentale de ma persécution grâce à elles.

La persécution était sévère dans la région où je vis. Les pratiquants faisaient les choses chacun à leur façon et ne formaient pas un seul corps. Les pratiquants étaient satisfaits de leur situation, ils ne se préoccupaient que du petit cercle de pratiquants autour d'eux. Certains ne se préoccupaient que de leur propre amélioration. Ils regardaient à l'extérieur quand ils faisaient face à des problèmes et comptaient entièrement sur les coordinateurs et des sites de production de documents. Quand j'ai commencé à regarder à l'intérieur, j'ai réalisé que j'avais les mêmes problèmes que nos pratiquants locaux. Dû au fait que je n'avais pas une compréhension claire de la Loi, je ne pouvais comprendre la rectification par la Loi et le sens d'aider le Maître avec la rectification par la Loi. Par dessus tout, je vivais dans l'ombre de la peur d'être persécutée ; je ne pouvais voir clairement ma mission et ma responsabilité. Avec des conceptions humaines et des attachements à la peur, j'ai arrangé mon propre chemin. Parfois je recherchais des voies faciles et confortables, parfois j'étais relaxe et aussi je validais la Loi de façon sélective. Je choisissait les tâches que je croyais être capable de prendre en main en toute sécurité. Je ne pouvais même pas ressentir le poids et la solennité de l'engagement que j'avais signé avec le Maître. J'avais des sentiments humains et j'espérais que le Maître allait épargner et non punir ces disciples qui n'étaient pas diligents, trop sévèrement, afin qu'ils puissent avoir un bon futur. Mes notions égoïstes, me protégeant et planifiant la rectification par la Loi moi-même du point de vue des forces anciennes, étaient profondément ancrées en moi. Tout cela interférait avec moi. Ainsi, quand je faisais les trois choses, ce n'était pas basé sur les besoins de Dafa, mais basé sur mes attachements humains. J'avais peur d'aller sur Internet, peur de faire des documents, peur de ceci ou cela. Comment cela pouvait-il aider le Maître dans la rectification par la Loi ? Le Maître a dit :

« Lorsque je parle de ce problème, j’ai aussi évoqué un grand principe. En fait cet Univers, que les êtres sachent ou non qui je suis n’a pas d’importance. Mais il faut être clair sur un point, c’est moi qui suis en train de rectifier la loi, peu importe qui je suis, c’est moi qui suis en train de rectifier la loi. J’ai déjà dit aux forces anciennes, vous pouvez ne pas savoir qui je suis, vous pouvez ne pas croire qui je suis, cela ne consiste pas en un crime pour vous. Mais, là où je vais aller, selon votre notion je suis aussi en train de cultiver et de pratiquer, alors ce que je vais achever, vous le savez. Dans ce cas si l’on regarde ce que vous faites, n’êtes-vous pas en train de commettre un crime ? D’ailleurs, aux niveaux encore plus élevés, achever quelque chose, il n’y a pas non plus cette notion, c’est tout simplement le choix du futur Univers, c’est tout simplement la nécessité du futur Univers. (Applaudissements) Étant des êtres de l’ancien Univers, y compris tous les facteurs de vie, en ce qui concerne cette affaire de la rectification de la loi, en ce qui concerne mon choix, si tous les êtres peuvent l'harmoniser selon mon choix, sortir vos meilleurs moyens, au lieu de modifier ce que je veux, plutôt l'harmoniser d’après ce que j’ai dit, ce sera la pensée bienveillante la plus grande des êtres de l’Univers. (Applaudissements) Mais ce n’est pas ce que font les forces anciennes, elles prennent ce qu’elles ont choisi comme base et prennent tout ce que j’ai fait pour harmoniser ce qu’elles voulaient obtenir, c’est totalement inversé. Je n’ai pas l’intention de leur donner un titre d’accusation très grand, en ce moment je ne veux pas prononcer un nom quelconque de crime, mais elles ont absolument tort, on ne peut absolument pas faire comme cela. » (« Enseignement de la Loi lors de la Conférence de Loi de l’Ouest des États-Unis au moment de la Fête de la lanterne de l’an 2003 »)

Par les mots du Maître, j'ai compris que lorsque nous plaçons la validation de la Loi et harmonisons ce que veut le Maître d'abord, nous rejoignons alors les exigences de la rectification par la Loi. Naturellement, nous sommes protégés par le Maître et les divinités et les choses vont se faire doucement sans interférence. Quand notre but est d'accomplir notre devoir ou d'établir notre propre vertu majestueuse, nos pensées se conforment ensuite à celles des forces anciennes et elles ont alors une excuse pour interférer avec nous.

Un jour, nous sommes allés dans un camp de travaux forcés pour secourir un compagnon de pratique. Nous avons compris par le Fa que nous étions là pour sauver tous les êtres, y compris la police. Nous n'avions pas la notion de parler à des « malfaiteurs ». Nous avons clarifié la vérité à chacun en route vers là-bas, y compris la police. Ils nous respectaient beaucoup et à la fin, le pratiquant a été sauvé avec l'aide de tous.

Une autre fois, je suis allée dans un village éloigné avec deux autres pratiquants. L'endroit est éloigné et il est difficile de s'y rendre. Presque toutes les maisons à la campagne ont des chiens. Nous avons émis la pensée droite éliminant tous les êtres pervers qui interfèrent avec les disciples de Dafa qui sauvent les êtres. Mais mon esprit n'était toujours pas calme. Je me suis arrêtée et je me suis demandé : pourquoi est-ce que je n'arrive pas à me calmer ? Pourquoi éliminons-nous l'interférence perverse qui tente d'arrêter les disciples de Dafa ? Nous faisons les choses les plus sacrées dans tout l'univers, qui est d'harmoniser ce que le Maître veut. Qui peut interférer avec nous ? Ce sont en réalité les gens de ce monde qui sont persécutés. Alors nous avons de nouveau émis la pensée droite : éliminer tous les facteurs pervers qui interfèrent avec le salut des êtres. Nous nous sommes tous soudainement calmés. Pas un seul chien n'a aboyé ce jour-là. Nous avons distribué plusieurs documents de clarification de la vérité avec une énorme compassion. Nous avons émis une pensée compatissante : que les gens chérissent cette opportunité rarement rencontrée d'être sauvé.

Le Maître a dit dans « Qu’est-ce qu’un disciple de Dafa ? » :

« Vous avez traversé la période la plus difficile de la persécution, même les divinités vous envient, mais vous-mêmes ne savez pas le chérir. Si vous voulez faire marche arrière pour refaire ce parcours, ce ne sera pas possible, on arrive à la fin de la fin. »

Quand j'ai compris la Loi, je me suis sentie honteuse et pleine de regrets, même en mettant de côté ce que ça veut dire à la fin de la rectification par la Loi. À cause de l'égoïsme, j'ai manqué plusieurs opportunités de sauver des gens. Ces vies ont à tout jamais perdu l'opportunité d'être sauvées, juste comme les sièges vides aux spectacles de Shen Yun. Les êtres éveillés du nouvel univers doivent rencontrer les exigences de la rectification par la Loi : pour sauver tous les êtres dans la dernières phase du processus de formation, stabilité, dégénérescence et destruction ; pour nettoyer les caractéristiques égoïstes de l'ancien univers ; et devenir un être éveillé sans ego. Un nombre infini de vies dépendent de chacun des disciples de Dafa et il est crucial de bien accomplir nos tâches.

Quand j'ai compris la responsabilité et la mission de sauver les êtres, je ne me suis plus inquiétée au sujet du gain ou de la perte. J'ai ressenti une forte compassion à l'intérieur de moi. Quand je me suis débarrassée de mon égoïsme, je suis devenue calme et ouverte. Quand j'ai réalisé ma responsabilité, j'ai commencé à ressentir le sérieux et l'urgence. J'harmonise ce que veut le Maître au meilleur de mes aptitudes. Tant que je peux sauver plus d'êtres, je vais le faire. Aussi longtemps que je peux aider le corps uni à s'élever, je vais le faire calmement. J'ai mis en place un groupe d'étude de la Loi et de partage avec des compagnons de pratique. Nous avons tous réalisé notre responsabilité. Nous avons mis de côté notre égoïsme et nous nous sommes élevés au royaume de la cultivation de soi-même dans la rectification par la Loi, de ne pas vouloir faire les choses, à tous vouloir valider la Loi de façon pro-active. Afin de sauver plus de gens et avoir un plus grand impact, plusieurs pratiquants ont acheté un ordinateur, accédé à Internet, acheté une imprimante afin d'imprimer des documents et acheté un téléphone portable pour envoyer des textos. Nous avons aussi contacté des pratiquants que nous connaissions d'avant. Nous avons clarifié la vérité en personne et nous avons utilisé des billets d'argent avec des mots de clarification de la vérité écrit dessus.

Nous avons tranquillement aidé les compagnons de pratique à mettre sur pied des projets pour valider la Loi. Nous avons vu les problèmes des autres pratiquants comme les nôtres. Bien que nous y mettions beaucoup d'efforts, je sentais toujours que ce n'était pas important qu'une personne fasse bien, la chose qui importe c'est que nous fassions tous bien. Bien que nous ne soyons pas des coordinateurs, nous ne pouvons pas juste penser à comment nous faisons bien nous-mêmes, nous devrions être altruistes et davantage penser aux pratiquants, spécialement à ceux qui ont été isolés, ceux qui n'ont pas de compétences techniques et les pratiquants qui vivent à la campagne. Ils ont tous besoin d'aide pour élever leur compréhension de la Loi ainsi que pour les questions techniques. De nombreux pratiquants de la campagne m'ont demandé de les aider à résoudre des questions techniques ou autres. Il arrivait parfois qu'à peine un était parti qu'un autre arrivait. J'ai passé beaucoup de temps et d'énergie là-dessus. Quand j'ai remarqué que les compagnons de cultivation fonctionnent comme des particules de Dafa, un par un, j'ai réfléchi à la question de ce que le Maître nous demande, qui est de considérer les autres en premier. Mon plus grand éveil dans le processus a été : lorsque nous faisons quelque chose, tant que notre base, notre xinxing et nos pensées droites sont corrects, le Maître prépare tout pour nous. Lorsque nous effectuons du travail de Dafa, tant que nous agissons avec droiture et selon la Loi, de nombreux miracles vont apparaître.

« La cultivation dépend de soi-même, alors que le gong dépend du maître. » (Zhuan Falun)

Dans le processus, j'avais des incompréhensions et des désaccords. C'est important de s'oublier soi- même, de ne pas avoir de ressentiment envers les pratiquants qui ont des opinons différentes et de bien nous cultiver nous-mêmes. Plusieurs de mes idées et attachements, comme vouloir me valider moi-même, la jalousie et la culture du Parti communiste chinois, etc. m'avaient empêchée de coopérer avec d'autres pratiquants et ont interféré pour que je devienne un seul corps et valide la Loi. J'ai maintenant réalisé à quel point la cultivation est sérieuse. On doit se cultiver soi-même, tandis que nous recherchons les forces chez les autres et les faiblesses en nous-mêmes. C'est seulement avec un esprit des plus purs que sauver les autres pourra donner un bon résultat. C'est seulement quand les disciples de Dafa n'ont pas de conceptions humaines que nous pouvons correctement valider la Loi.

Après avoir étudié les plus récents articles du Maître, je ressens que la responsabilité est encore plus lourde. Nous devons mettre de côté notre égoïsme, nous purifier nous-mêmes, éliminer les barrières entre les pratiquants et former un seul corps uni très fort pour pouvoir accomplir nos vœux historiques.

Je vous prie de bien vouloir gentiment m'indiquer ce qui serait inapproprié.


Traduit de l'anglais au Canada

Version anglaise : http://clearwisdom.net/html/articles/2011/12/6/129880.html

Version chinoise : http://minghui.ca/mh/articles/2011/11/14/249192.html