J'ai retrouvé mon équilibre avec une croyance ferme dans le Maître et le Fa
Huitième conférence de partage d’expériences par Internet pour les pratiquants de Chine

[Site Clartés et Sagesse]

Écrit par Yuanshan, un pratiquant de Chine


Extrait:

Je suis un enseignant et je suis généralement assez occupé. Travailler sur les trois choses chaque jour n'est pas si facile. Mais aussi longtemps que je suis l'arrangement et les critères du Maître, je suis aidé par le pouvoir paranormal et la vertu majestueuse de Fa.

En ce qui concerne les exercices matinaux à l'échelle mondiale, l'aube est autour de 6h en été et 8h en hiver dans ma région. Ce n'est pas si facile pour les non-pratiquants de soutenir la participation des membres de famille aux exercices matinaux pratiqués par tous les pratiquants à la même heure. Ma propre famille était comme cela. Malgré l'interférence, je me levais à l'heure pour les exercices.

- Par l'auteur

Bonjour Maître!

Bonjour compagnons de cultivation!

Je suis heureux de pouvoir soumettre un témoignage à la huitième conférence de partage d’expériences par Internet pour les pratiquants de Chine. Je cultive le Falun Dafa depuis 16 ans, mais à un certain moment j'ai cessé la pratique. Grâce à la compassion du Maître et l'aide des pratiquants, je suis revenu pratiquer le Falun Dafa. Je suis profondément reconnaissant envers le Fa du Maître, qui m'a permis d'être là où je suis aujourd'hui. Les pratiquants qui sont impliqués dans le site Internet Minghui et les pratiquants dans ma région m'ont aidé à mieux comprendre le Fa. En comparant le passé au présent, en me comparant aux non-pratiquants, je suis extrêmement chanceux.

J'aimerais partager mon expérience de cultivation avec les compagnons de cultivation et donner au Maître un aperçu de mon chemin de cultivation.

1. Cesser de pratiquer le Falun Dafa

J'ai commencé à pratiquer le Falun Dafa en août 1995. J'ai rapidement fait la transition entre connaître le Fa et étudier et pratiquer diligemment, ainsi qu'introduire le Fa aux gens. Quand j'étudiais le Fa, j'avais toujours l'impression que peu importe combien je m'efforçais, je ne pouvais pas le comprendre suffisamment. On parlait de beaucoup de choses durant l'étude collective de Fa. Sans m'en rendre compte, mon désir de faire d'autres choses est devenu de plus en plus fort. Lorsque la persécution a commencé, je me sentais complètement perdu, et mes conceptions humaines ont prévalu. Je ne pensais ni au Maître ni à Dafa, en retournant à la vie d'un non-pratiquant.

Vers le 20 juillet 1999, lorsque le Parti communiste chinois (PCC) a lancé la persécution du Falun Dafa et des pratiquants, j'avais beaucoup de peur dans mon cœur, ainsi que de nombreux autres attachements. J'étais déchiré par le désir de pratiquer Dafa. Mais, m'étant accroché à la pensée humaine, je ne pouvais pas échapper aux pièges tendus par le PCC. J'étais contrôlé par le désir de cesser de pratiquer. Dans mes rêves, je suis tombé de la grande hauteur d'une montagne abrupte petit à petit. Avais-je peur de mourir? Non. Mais les horreurs commises par le PCC m'ont fait oublier le Fa du Maître. J'ai oublié que toutes les autres choses n'étaient rien en comparaison avec le Fa infini. Je n'ai pas compris que la persécution la plus perverse dans l'histoire de l'humanité était précisément la plus importante période pour les disciples de Dafa de valider le Fa.

Puis, ma mère, une pratiquante, a signalé avec bonté mes insuffisances. Quand j'ai recommencé à lire le Zhuan Falun, ma peur a diminué. Je savais quoi faire. Le Maître et le Fa m'ont donné la force et le courage. À la fin 1999, les agents du poste de police local sont venus à mon domicile. Pour la première fois, j'ai dit sans aucune inquiétude: «Ce que vous faites est du harcèlement. Cela a un effet négatif sur mon travail. Ce genre de visite est comme couper la jambe d'une personne et de dire ensuite: «Ça saigne. Mettez vite un bandage.» Puis deux jours plus tard, vous revenez et demandez: «Est-ce que votre blessure va mieux? Nous allons l'ouvrir et regarder.» Puis vous ouvrez le bandage et rouvrez la blessure. Ensuite vous dites: «Ce n'est pas guéri, remettez le bandage. Votre visite est comme cela.» Les policiers étaient silencieux, ils sont partis et ne m'ont plus harcelé.

J'ai cessé de pratiquer en raison de mes nombreux et forts attachements humains et j'ai oublié le Fa. Quand un pratiquant n'a pas le Fa, il est comme une personne ordinaire. Avec seulement la bonté humaine, la droiture et le courage, c'est difficile de traverser les illusions, les pièges et les mensonges fabriqués par les mains noires du PCC.

2. Retrouver mon équilibre avec une croyance ferme dans le Maître et le Fa

Au début de la persécution, les véhicules de police roulaient souvent autour de moi. Je pensais que c'était une bonne chose parce que c'était une bonne occasion de se débarrasser de la peur. Quand les voitures de police me suivaient, je montais sur mon vélo sans me presser. De plus, plus la police me suivait, moins la police suivait d'autres pratiquants. D'une autre perspective, la police a continué à me suivre jour après jour. La liberté est mon droit. Je dois avoir le courage d'être libre. Quand j'ai commencé à penser de cette façon, j'ai finalement compris quelques sens de «Dafa est parfait et harmonieux» dans Points essentiels pour un avancement diligent (II).

Un policier s'est approché de moi, essayant de dire quelque chose, mais il a hésité. Il tournait autour du pot et a dit que c'était trop difficile de me suivre. J'ai dit avec confiance: «À quel point est-ce difficile? C'est juste entre le lieu de travail et mon domicile. Mes heures de travail sont fixes. Donc, c'est facile de me suivre, n'est-ce pas?» Je n'ai rien dit de mon temps libre. Je savais que c'était ma vie personnelle. Il n'était pas nécessaire de répondre à quiconque. Je lui ai aussi dit indirectement que je connaissais la loi. Plus tard, je me suis rendu compte que quand j'essaie de transmettre ce genre de message, je dois être très clair dans mon propre esprit que je suis un pratiquant de Dafa, et que toute vie doit obéir au Fa en paroles et en action. Quand j'allais me promener, les membres non-pratiquants de ma famille n'étaient pas contents. Je disais: «J'ai le droit. Je vous invite à m'accompagner.» Quand j'ai le Fa dans mon cœur et que j'insiste à faire ainsi, les gens autour de moi acceptent finalement mes actions.

En étudiant diligemment le Fa, j'ai compris qu'on doit marcher ouvertement et être honnête afin de clarifier la vérité et valider Fa.

Au début, j'avais l'impression que certaines personnes me regardaient avec suspicion. Cependant, j'ai compris que je n'ai jamais fait quoi que ce soit de nuisible à la société. Le Maître nous a enseigné à être une bonne personne, c'est mon droit et mon choix de pratiquer le Falun Gong. Si vous ne comprenez pas, c'est parce que vous ne savez pas les faits et je dois vous parler et vous aider à comprendre. Je suis une routine dans ma vie quotidienne. Quand je marche, je récite Hong Yin, les poèmes du Maître.

Lentement, mon apparence extérieure a manifesté ma compréhension de Fa, ce qui m'a amené davantage d'occasions de parler aux gens ordinaires. Étant donné la terreur rouge du PCC et les heures sombres pendant lesquelles les mensonges étaient et sont toujours répandus partout, si ce n'était pas pour le Falun Dafa, il serait très pénible de juste sortir par la porte. Quand je marche dans les rues ouvertement et honnêtement et que je dis aux gens les traitements injustes auxquels j'ai été exposés, et comment le Falun Gong a été injustement traité, je constate que ceux qui ont une attitude négative ou qui ont nui à Dafa baissent la tête et passent près de moi rapidement. J'ai souvent la pensée que, comme je suis une personne sur le chemin vers la divinité, je dois avoir confiance en moi et être fier.

Je prends toujours mes responsabilités quand je fais face à une épreuve. Quand il y a un conflit entre collègues, je cherche d'abord mes propres insuffisances. Quand je fais face à des problèmes difficiles, je me souviens des versets:

«Naît la sagesse, s'accroît la force, le coeur harmonieux, le corps léger,...» (formule sacrée du 2e exercice, La Grande Voie de l'accomplissement)

La sagesse des disciples de Dafa s'élève jour après jour. Le Maître apportera une solution. Lorsqu'il s'agit de la renommée et du gain matériel, je donne toujours aux autres ces occasions. Donc, mon environnement au travail est relativement détendu.

Quand j'ai choisi au début de pratiquer le Falun Gong, c'était parce que j'étais profondément attiré par le Fa dans le Zhuan Falun. Que les circonstances soient favorables ou pas, je dois suivre uniquement le Fa du Maître inconditionnellement. Par conséquent, mes collègues préfèrent travailler avec moi. Depuis le 20 juillet 1999, ils ont été entourés par les mensonges sur le Falun Gong, alors ils me voient comme une fenêtre du Falun Gong. Ils écoutent, regardent et réfléchissent. Les gens savent dans leur cœur que le PCC a, au cours de son existence, déformé la vérité. Les intellectuels sont plus conscients de ces mensonges. Les gens ne manifestent pas leurs propres pensées parce qu'ils sont terrifiés par la persécution impitoyable du PCC. Beaucoup de gens choisissent de ne pas prendre position. Mais ils peuvent tous distinguer le bien du mal et le bon du mauvais. Certaines personnes ont des préjugés sur le Falun Gong parce qu'elles ne connaissent pas la vérité ou n'y ont pas réfléchi. Aussi longtemps que je peux garder la pensée droite et bien faire tout ce que je suis supposé de faire, mon environnement de travail sera favorable. Au travail, je comprends que ma pratique du Falun Gong est visée. Une fois, une personne a parlé du Maître et de Dafa irrespectueusement, et je l'ai corrigé tout de suite. Plus tard, je lui ai expliqué patiemment les faits sur le Falun Gong.

Les disciples de Dafa vivent parmi les gens ordinaires, mais ne recherchent pas la compréhension et la sympathie des gens. Plutôt, nous nous efforçons pour qu'ils sachent dans leur cœur que le Falun Dafa est bon et Authenticité-Bienveillance-Tolérance est bon, afin qu'ils aient une chance d'être sauvés. Pendant plusieurs décennies, les gens ont subi un lavage de cerveau. La question qu'on se pose est comment les aider à choisir le bien. C'est difficile pour eux de croire que Dafa est bon quand ils font face à des mensonges partout. Nous devons clarifier les faits avec insistance sur le Falun Gong et nous devons les aider à voir la bonté du Falun Dafa.

Nous mangeons la même nourriture, avons le même genre de travail et vivons dans des logements similaires. Ce qui est différent, c'est que je suis toujours en bonne santé, plein de vie, brave, tolérant et mes mots concordent toujours avec mes actions et sont basés sur la vérité. Quand nous suivons le critère d'Authenticité-Bienveillance-Tolérance dans toutes les choses, grandes ou petites, notre chemin devient de plus en plus large, et nous sommes capables de faire les trois choses sans beaucoup de difficultés.

Il est inévitable d'aller en voyage d'affaires avec les collègues. Peu importe avec qui je partage une chambre, je me lève toujours et je fais toujours les exercices à la même heure que les pratiquants à l'échelle mondiale. Une fois, un gérant de niveau intermédiaire a allumé la lumière, m'a regardé et s'est rendormi. Le lendemain, il m'a juste dit que j'étais vraiment étonnant, et les autres ne semblaient pas se préoccuper ou comprendre ce qu'il voulait dire.

Il y a eu un incident au travail à propos des promotions. J'étais dans la liste des candidats. Un collègue est allé voir mon patron et a mentionné que j'étais un pratiquant. Une personne du bureau a appelé ma famille et a exercé une pression. Plus tard, le directeur du bureau du PCC m'a approché et a dit: «Le secrétaire du comité du PCC m'a demandé de te parler. Une personne t'a rapporté comme quoi tu pratiques le Falun Gong.» Je lui ai demandé: «Qui m'a vu pratiquer le Falun Gong au travail? Je peux te dire clairement que je ne pratiquerai pas le Falun Gong au travail.» J'ai dit cela en raison des règlements au travail. En même temps, je voulais leur parler que la liberté de croyance est mon droit. En fait, la personne m'a vu parler à la police ouvertement, alors elle n'a pas poursuivi plus loin.

Plus tard, je suis allé parler au secrétaire du comité du PCC. Il venait d'être muté à mon unité de travail et m'évitait. Il a parlé de ceci et cela, évitant la vraie question. Il essayait d'évaluer mon état d'esprit. J'étais détendu mais prudent dans mes réponses. Quand je l'ai vu le lendemain, l'expression de son visage était bizarre. Il n'était pas confortable parce que notre discussion précédente n'avait pas atteint son objectif. Les faits faisaient en sorte que c'était difficile pour lui d'argumenter pour le parti pervers. Aussi, j'étais désolé pour lui parce qu'il n'a pas su la vérité plus tôt. Je me suis rendu compte qu'il était très intéressé par ce que j'avais à dire, ce qui est une bonne chose. Les responsables du parti pervers savent très bien la nature du parti pervers, mais ils ne parlent de la vérité que lorsqu'ils se sentent en sécurité. En fait, la plupart ressentent une grande souffrance, mais ils n'osent pas en parler.

Je sais que l'environnement détendu au travail s'acquiert en croyant dans le Maître et le Fa et en insistant à valider le Fa.

3. Bien faire chaque pas et bien étudier le Fa

Durant la première partie de 2001, mon lieu de travail ne m'a pas donné de vrai travail à cause de la persécution. En réalité, je pensais que c'était parce que le Maître a vu que j'avais le cœur de cultiver Dafa, mais du retard dans l'étude de Fa, alors le Maître a arrangé six mois d'étude diligente de Fa pour moi. J'ai étudié le Zhuan Falun et les nouveaux articles du Maître pendant et après le travail. J'ai régulièrement téléchargé des articles de partage d'expériences du site Minghui (version chinoise de Clartés et Sagesse).

Le Maître rappelle souvent aux disciples d'étudier davantage le Fa, et si on étudie le Fa diligemment, on peut s'élever. Quand je me remémore mes paroles et actions autour de la période du 20 juillet 1999, j'ai vraiment honte. Si seulement j'avais eu un peu de courage en faisant face à la persécution, je n'aurais pas laissé une tache sur mon chemin de cultivation.

Cultiver Dafa n'est pas si difficile. Pourquoi? C'est en raison de la vertu majestueuse de Fa. Quand nous étudions le Fa diligemment et que nous nous souvenons du Fa à chaque moment, nous pouvons alors sentir la vertu majestueuse de Fa.

Je suis un enseignant et je suis généralement assez occupé. Travailler sur les trois choses chaque jour n'est pas si facile. Mais aussi longtemps que je suis l'arrangement et les critères du Maître, je suis aidé par le pouvoir paranormal et la vertu majestueuse de Fa.

En ce qui concerne les exercices matinaux à l'échelle mondiale, l'aube est autour de 6h en été et 8h en hiver dans ma région. Ce n'est pas si facile pour les non-pratiquants de soutenir la participation des membres de famille aux exercices matinaux pratiqués par tous les pratiquants à la même heure. Ma propre famille était comme cela. Malgré l'interférence, je me levais à l'heure pour les exercices.

En ce qui concerne l'enseignement des jeunes, c'est important de leur enseigner les vertus de base. Puisque je pratique Authenticité-Bienveillance-Tolérance, il est crucial d'enseigner aux élèves la signification de cela. Quand les élèves sont difficiles et refusent d'écouter, je leur dis: «Savez-vous d'où vient le salaire de votre enseignant? Il vient d'une taxe payée par vos parents. Pour le dire sans ambages, ce sont vos parents qui paient votre enseignant. Pour le dire simplement, ce sont vos parents qui paient le professeur. Si je n'enseignais pas bien à mes élèves, je me sentirais coupable.»

Quand il y a des conflits entre élèves, je leur parle de la tolérance, de l'endurance et de la bonté. Quand un élève a une friction avec ses parents, je leui parle de la sincérité et de la piété filiale.

Quand nous parlons de mauvaises choses qui se passent dans la société, je leur dis que la bonté est récompensée et que les mauvaises actions reçoivent la rétribution. Utilisant la culture traditionnelle chinoise pour influencer l'environnement, je laisse les gens savoir ce que je pense et ce que je défends. Ils peuvent ensuite décider pour eux-mêmes si je suis comme le genre de personnes décrites par les médias du PCC quand ils diffament le Falun Gong.

Avec ce genre de pensée comme fondation, c'est plus facile de clarifier les faits sur le Falun Gong plus tard. En particulier quand je parle du coup monté de l'auto-immolation sur la place Tiananmen par le PCC, les gens peuvent comprendre et accepter ce que je dis. Pendant un temps, beaucoup d'élèves qui avaient déjà obtenu leur diplôme m'ont demandé ce que je faisais. Dans leur esprit, j'aurais dû être persécuté par le parti pervers. Quand je leur disais les faits sur le Falun Gong, certains ont eu peur de ceci ou cela. Mais dès que je leur parlais de ma situation actuelle, c'était en général plus facile de parler du Falun Gong et de leur conseiller de démissionner du PCC et de ses organisations affiliées. À l'occasion, quelqu'un peut avoir particulièrement peur d'écouter la vérité, alors j'utilise mon esprit pour éliminer les facteurs pervers derrière lui et je dis ensuite: «C'est pour ton avenir. Je n'ai pas peur, de quoi as-tu peur? Est-ce que je ne fais pas bien?»

Je n'ai pas un horaire régulier pour distribuer les documents de clarification de la vérité, afficher les dépliants ou parler directement aux gens. J'utilise toutes les occasions qui se présentent à moi. De nombreuses fois l'occasion s'est présentée à moi pendant que j'étais à l'école. Parfois quand je suivais fidèlement un plan préconçu, j'ai constaté qu'il y avait beaucoup de problèmes à résoudre.

Le Fa de Bouddha est infini et le Maître a tout arrangé. Aussi longtemps que nous marchons sur notre chemin prudemment, nous pouvons ressentir le sens de Fa et nous rendre compte que le Maître se soucie beaucoup de nous, ses disciples.

Une fois, je suis allé chez un pratiquant dans une région montagneuse. Au moment de retourner chez moi, il faisait noir. Il n'y avait pas de voiture qui pouvait m'aider à retourner et il y avait une partie d'une route montagneuse qui était particulièrement difficile à traverser. Mais je ne me suis pas inquiété. Ensuite, un taxi est arrivé derrière moi. J'ai fait un signe de la main, mais il ne s'est arrêté que dix mètres plus loin. Le chauffeur était peut-être simplement prudent. Il a écouté avec joie quand je lui ai parlé des faits sur le Falun Gong et il a accepté de démissionner du PCC et de ses organisations affiliées.

Il y a quelques années, une de mes classes était sur le point d'obtenir le diplôme et tous mes élèves avaient démissionné du PCC et de ses organisations affiliées. Dans mon rêve, j'ai vu un champ divisé en deux sections, dans une poussait le blé et dans l'autre des légumes. Chaque terrain paraissait propre et poussait bien, et l'humidité était parfaite. J'ai pensé que le Maître m'encourageait à bien enseigner à mes élèves.

Lors de récentes vacances, beaucoup de gens autour de moi m'ont encouragé à apprendre à conduire. Devais-je ou pas? Le temps est si important pour moi que je ne dois pas perdre une seule minute. Après avoir réfléchi, j'ai décidé d'apprendre à conduire. Le premier jour, le moniteur a trouvé une raison pour me réprimander. Même s'il n'était pas tendre avec moi, il ne m'a pas insulté. Peu importe ce qu'il a dit, j'ai continué à sourire et je n'ai ni répondu ni expliqué. Je pensais seulement: est-ce parce que je ne devrais pas être ici? Ou bien ai-je une insuffisance liée au fait que je ne veux pas être critiqué? À ce moment-là, j'ai vu le Maître sourire dans mon esprit. J'ai compris que c'était correct de ne pas me disputer avec lui. Le sourire du Maître me disait que j'avais une tâche ici. J'ai vite ajusté ma relation avec le moniteur. J'ai pu maîtriser les techniques nécessaires. Il aime réfléchir et discuter différents sujets, et nous avons parlé de beaucoup de choses. Il était généralement d'accord avec mes points de vue concernant des questions importantes. Durant cette période, j'ai rencontré des gens prédestinés chaque jour et je leur ai conseillé de démissionner du PCC et de ses organisations affiliées. Parmi eux, il y avait des étudiants universitaires, des étudiants d'écoles secondaires, des fonctionnaires gouvernementaux, des employés d'usines et des travailleurs migrants. Un cadre de niveau inférieur dans une usine portait un insigne du PCC. Il l'a tout de suite enlevé après que je lui aie dit les faits sur le Falun Gong. La plupart des agences gouvernementales savent clairement la vérité sur la société chinoise. Ils démissionnent en général du PCC et de ses affiliations tant que vous leur dites clairement les faits.

Voilà seulement un aperçu de ce que j'ai vécu. Veuillez me signaler tout ce qui ne serait pas conforme au Fa.


Traduit de l'anglais au Canada

Version anglaise: http://clearwisdom.net/html/articles/2012/2/2/131111.html
Version chinoise: http://minghui.ca/mh/articles/2011/12/9/249490.html