Notre équipe de travail fonctionne comme un seul corps

De la huitième conférence de partage d'expériences par Internet pour les pratiquants en Chine

[Site Clartés et Sagesse]

Écrit par une pratiquante de la province du Hebei


Bonjour vénérable Maître ! Bonjour compagnons de cultivation !

C'est vraiment bien qu'il y ait la huitième conférence de partage sur un internet des pratiquants en Chine. J'aimerais ici rapporter au Maître quelques unes de mes expérience de cultivation de notre équipe de travail et partager également avec les compagnons de cultivation.

Notre équipe de travail consiste en quatre pratiquantes et opère depuis deux ans. Notre équipe joue son rôle dans la validation du Fa et du salut des êtres. En même temps, nous nous sommes beaucoup élevés dans la cultivation en travaillant sur le projet.

1. Établir un site de production de documents

Durant l'étude du Fa en groupe, la pratiquante A a remarqué que les autres pratiquants produisaient beaucoup de documents expliquant en quoi consiste le Falun Gong et sur la vérité durant la persécution actuelle. Elle avait produit ce genre de documents auparavant, elle savait donc que cela prenait beaucoup de temps pour en produire autant. Elle avait réfléchi à construire un site de production de documents pour que les compagnons de cultivation puissent avoir plus de temps pour étudier Fa. La pratiquante A réalisa que plus d'êtres pourraient être sauvés en partageant le travail de préparation des informations qui étaient envoyées et données aux gens.

Cependant, à cause de la persécution physique, la pratiquante A n'était guère en bonne santé et ne pouvait travailler toute seule. Elle avait besoin de l'aide des compagnons de cultivation. Le Maître a dit :

« La cultivation dépend de soi-même, le gong dépend du maître. » (Chapitre un, Zhuan Falun)

Le Maître a vraiment tout arrangé et pavé le chemin pour nous. Nous accomplirons ce qui doit être fait si nous usons de nos pensées droites. La pratiquante A parla à la pratiquante B à propos de cette idée. Même si elles ne se connaissaient pas très bien à ce moment-là, la pratiquante B était contente de rejoindre l'équipe et d'aider. Elle avait aussi quelques connaissances sur la production de documents à but informatif. On commença donc ce travail sacré et grandiose chez la pratiquante B. Plus tard, à cause d'une surcharge de travail, les pratiquantes Cet D se joignirent. La responsabilité principale de la pratiquante D était de distribuer les documents.

2. Considérer les autres : harmoniser, coopérer et se compenser les uns les autres

Les pratiquantes A et B devaient s'occuper de leurs parents âgés et de préparer trois repas par jour. De plus, elles s'occupaient de toute la famille dans tous les aspects. Les deux pratiquantes équilibraient la relation entre leur famille tout en faisant bien le travail de Dafa et en cultivant et pratiquant diligemment. Elles faisaient du salut des êtres leur première priorité. La famille de la pratiquante B la soutenait et quelquefois lui donnait même un coup de main pour accomplir le travail.

En tant que disciples de Dafa, nous savons que nous devons considérer les autres en tout temps. Les pratiquantes A et B suivaient ce principe pendant la production de documents. Par exemple, la pratiquante B s'occupait toujours de la pratiquante A et essayait de faire plus de travail. Quand il était temps de cuisiner, la pratiquante A finissait son travail et faisait tout ce qui devait être fait.

La pratiquante A essayait de dépasser ses difficultés physiques et de supporter la douleur tout en faisant bien les choses. Cela lui prenait environ vingt minutes pour marcher une distance qui n'aurait normalement pris que quelques minutes à une personne ordinaire. Elle marchait tout le temps avec grande difficulté. Cependant, elle essayait de faire plus de travail sans se plaindre pour que la pratiquante B aie plus de temps pour étudier le Fa et s'occuper des autres choses. Pendant ce temps, son état physique s'est amélioré alors qu'elle étudiait le Fa et cultivait et pratiquait véritablement. Maintenant elle fait bien et travaille sur plusieurs projets. Elle profite de ses propres ressources et fait de son mieux pour jouer un plus grand rôle en assistant le Maître dans la rectification du Fa en tant que particule de Dafa.

La pratiquante C a assez de temps pour elle-même et n'a pas besoin de passer beaucoup de temps avec sa famille. En plus de travailler sur nos projets mutuels, elle se concentre sur un autre projet de Dafa. Elle achetait souvent du pain ou des petits pains cuits à la vapeur pour un dollar avant d'aller travailler dans une petite chambre isolée pendant plusieurs heures. Parce que la chambre était très étouffante l'été et que l'ordinateur émettait de la chaleur, elle suait beaucoup tout le temps lorsqu'elle était dans la chambre. Ses vêtements étaient en général trempés. Quand elle pensait à ce que le Maître a dit concernant les pratiquants qui utilisent un ventilateur, elle sentait de l'air froid venir sur elle et sentait que le Maître était à ses côtés. Quand elle se sentait somnolente à midi, elle se rappelait que ce que nous faisons est seulement le premier pas. Pour avoir le matériel pour que les êtres soient sauvés le plus vite possible, elle éliminait tout interférence, augmentait son efficacité et essayait silencieusement de bien faire.

La pratiquante D passait quasiment tout son temps à valider le Fa. Elle coordonnait le travail de Dafa, distribuait les documents et livrait les fournitures au site de production. Elle travaillait fréquemment très tard dans la nuit, même après minuit. Ça lui prenait souvent trente minutes pour aller du site de production jusqu'à son domicile pour ensuite retourner immédiatement au site de production. Elle n'a jamais abandonné la validation de Fa, que ce soit dans la chaleur de l'été, le froid de l'hiver ou sous une pluie torrentielle.

Comme nous travaillions ensemble si souvent, nous savions que chacune se sacrifiait beaucoup. Tant que nous pouvions résoudre les problèmes nous-mêmes, nous ne dépendions pas des autres, même pour acheter des fournitures ou réparer les appareils. Dafa a ouvert notre sagesse, comme un pratiquant l'a dit dans un article sur Minghui (version chinoise de Clartés et Sagesse) : « Nous devons faire de notre mieux les choses au niveau des gens ordinaires. Cependant, nous devons tout aux choses que seuls les pratiquants méritent et qui nous ont été confiées par le Maître. C'est le plus fondamental, le plus précieux et indestructible. » Pendant qu'on résolvait les problèmes un par un, nos compétences s’améliorèrent aussi dans Dafa. Nous apprîmes naturellement à bien faire les choses que nous ne pouvions faire auparavant. Le Maître élargit nos chemins de cultivation. Au départ, nous pouvions seulement faire un seul projet ou aider les autres sites de productions. Maintenant, chacun peut travailler sur plusieurs projets simultanément, ce qui augmente considérablement notre efficacité à sauver les êtres.

Le Maître a dit :

« Si vous pouvez bien faire en silence ce qui est imparfait dans cette affaire, toutes les divinités vous voueront une extrême admiration, elles vont dire que cette personne est vraiment admirable ! C’est cela qu’un disciple de Dafa doit faire. » (« Avancez encore plus diligemment »)

3. Éliminer les interférence avec la pensée droite

Parce que nous chérissons chaque moment pour sauver les êtres, des interférences se produisirent quand la famille de la pratiquante B, qui soutenait beaucoup auparavant, devint soudainement craintive. Ils ne la laissèrent plus produire des documents à la maison et usèrent de nombreuses excuses pour justifier leur action. Ils demandèrent aussi à d'autres parents de la dissuader de préparer les documents. Nous regardâmes immédiatement en nous, parce les manifestations des gens ordinaires reflètent notre état de cultivation. Nous réalisâmes que notre champ spatial n'était pas pur et qu'il contenait de mauvaises substances. Le Maître a dit : « En tant que disciples de Dafa, la pensée droite vient de la Loi. » (« Avancez encore plus diligemment »)

Nous nous ajustâmes immédiatement et nous étudiâmes le Fa. Nous regardâmes à l'intérieur et nous réfléchîmes à quelle pensée n'était pas basée sur le Fa, quelle action ne convenait pas et si nous n'étudiions pas bien le Fa parce que nous étions trop occupés. Nous trouvâmes les lacunes, nous nous rectifiâmes et nous renforçâmes nos pensées droites.

La pratiquante B n'était pas du tout ébranlée. Dès qu'elle se sentait un tant soit peu inconfortable, elle se rectifiait immédiatement d'après le Fa. Quand elle entendit la chanson « Passer une tribulation fait monter le niveau au ciel », elle réalisa que c'était le Maître qui lui donnait un indice pour s'élever de niveau. Elle pensa que c'était une bonne chose. Elle dit à sa famille : « Dafa est sacré. Notre famille a bénéficié de Dafa. Notre père qui est plus qu'octogénaire a été heurté par une automobile à plusieurs reprises, mais il n'a pas été blessé. Il a eu une crise cardiaque et le médecin lui a dit qu'une opération était nécessaire. Parce qu'il a dit « Falun Dafa est bon et Authenticité-Bienveillance-Tolérance est bon », les médecins découvrirent que ses artères n'étaient plus bloquées une fois sur la table d'opération. Nous le ramenâmes à la maison et il se portait bien. Notre fille aînée trouva un très bon travail sans difficultés. Je dois laisser Dafa avoir un pied dans la maison. Je vis pour cela. Je dois le faire. Si vous ne me permettez pas de le faire ici, je louerai une maison et partirai là-bas pour préparer les documents. »

La pratiquante B récitait constamment le Fa du Maître et consolidait ses pensées droites. Elle réalisa que sa famille avait été manipulée par des êtres pervers dans d'autres espaces. Elle émit donc la pensée droite pour les éliminer. En même temps, elle étudiait le Fa, regardait à l'intérieur, identifiait ses propres lacunes et faisait tout ce qu'elle devait faire. Depuis lors, elle a été claire sur le fait que le Maître s'occupe d'elle en tout temps. Elle marche sur son propre chemin de valider le Fa.

En même temps, la pratiquante A rencontrait aussi des interférences chez elle. Son mari dit qu'il voulait divorcer. La pratiquante A lui dit calmement : « Oublie simplement cette pensée. Tu n'as pas le mot de la fin. Cela n'arrivera jamais. » Trois jours plus tard, tout retourna à la normale dans la maison, comme si rien ne s'était passé.

Le Maître a dit :

« Vous devez vous rappeler que votre pensée droite peut changer les gens ordinaires et que ce n'est pas eux qui vous entraînent. Si les gens ordinaires disent quelque chose ou vous créent des interférences, ne le prenez pas à cœur et faites simplement ce que vous devez faire. » (« Enseignement de la Loi à San Francisco, 2005 », 2ème partie des questions réponses)

La pratiquante A a également suivi le Fa du Maître et fait ce qu'elle devait faire.

Maintenant notre équipe de travail est revenue à la normale dans tous les aspects. Nous marchons sur le chemin que le Maître a arrangé pour nous, nous honorons nos vœux préhistoriques et faisons bien ce que Dafa attend de nous.

4. Bien cultiver et mentionner les lacunes des autres avec compassion

Bien étudier le Fa et l'étudier souvent est une condition préalable pour la cultivation. En plus d'étudier le Fa de notre côté, nous trouvons aussi du temps pour étudier le Fa ensemble et partager entre nous ce à quoi nous nous sommes éveillés dans notre cultivation afin que nous puissions nous élever rapidement dans Dafa et avoir confiance quand nous faisons les trois choses. Nous sentons que le Fa s'est enraciné dans nos cœurs.

Parce que chacun d'entre nous marche sur son propre chemin lors de la validation de Fa, il est naturel que chacun aie sa propre façon de faire les choses. Tu préfères cette façon-ci, tandis qu'elle préfère celle-là. Dans la pratique, nous nous compensons et essayons de faire bien les choses. De plus, Dafa ouvre notre sagesse pour faire les choses de façon parfaite. Quand nous voyons nos lacunes respectives, nous les mentionnons avec compassion. En général, nous citons un ou plusieurs paragraphes des conférences de Fa du Maître et nous étudions ensemble. À partir des conférences de Fa, nous apprenons ce que le Maître attend de nous et nous nous rectifions par rapport à Dafa.

Une fois la discussion entre les pratiquantes A, D et d'autres pratiquants a dévié. La pratiquante A a remarqué une vieille conception chez la pratiquante D et l'a immédiatement mentionnée. Elle a dit : « Chaque pratiquant cultive dans Dafa et change pour être meilleur. Mais tu la blâmes encore pour quelque chose qui s'est produit il y a de cela de nombreuses années. Il est évident que cela ne s'aligne pas avec Dafa. De plus, nous devons regarder le coté positif des autres au lieu de regarder leurs lacunes. » La pratiquante A désintégra les conceptions fixées de la pratiquante D en citant des passages des conférences de Fa du Maître. La discorde entre elles fut donc enlevée, et ainsi les substances corrompues qui empêchaient les êtres d'être sauvés furent aussi éliminées. En même temps, l'autre pratiquant suivait calmement. Encore une fois, nous fûmes témoins du Fa du Maître :

« Donc, rappelez-vous absolument ceci : chaque fois que des problèmes, des difficultés, des mécontentements ou des conflits avec autrui traversent votre route, vous devez vous examiner vous-mêmes et rechercher la cause à l'intérieur de vous. Vous trouverez ainsi la cause de ce problème insurmontable. » (« Enseignement de la Loi à la première conférence de Loi en Amérique du Nord », 29 et 30 mars 1998)

Nous les pratiquants de notre équipe de travail continuerons à suivre le chemin que le Maître a arrangé pour nous. Nous coopérerons bien, ferons bien les trois choses, honorerons nos vœux préhistoriques, arriverons à la plénitude parfaite et retournerons à la maison avec le Maître.

Merci au Maître ! Merci aux compagnons de cultivation !

Heshi


Traduit de l'anglais au Canada

Version anglaise : http://clearwisdom.net/html/articles/2012/1/15/130724.html

Version chinoise : http://www.minghui.org/mh/articles/2011/12/1/84-249409.html