Nier les tentatives d'abandonner la vie ; demander le retour de fonds extorqués ; douze ans de croyance ferme en Dafa

De la huitième conférence de partage d'expériences par Internet pour les pratiquants de Chine

[Site Clartés et Sagesse]

Écrit par une pratiquante de la ville de Shijiazhuang, province du Hebei


Je compte parmi les pratiquants qui sont «enregistrés» par la perversité. Ils m'ont enlevée un jour et m'ont escroquée en m'imposant des amendes. Après avoir été libérée du camp de travaux forcés, le commissariat de police a gardé huit mille yuans de mon argent. Un jour j'ai croisé un policier dans la rue, et je l'ai rattrapé pour lui demander de me rendre l'argent. Je lui ai dit que s'il avait persécuté les pratiquants de Dafa, il aurait commis des crimes indéniables, si cependant, il avait traité les pratiquants de Dafa avec gentillesse, il aurait accumulé des avantages sans limites. Il a dit que je pouvais lui parler comme ça, mais je ne devrais pas parler à d'autres de cette façon. Je lui ai dit que si j'osais lui parler ainsi, de qu'aurais-je peur de dire à d'autres. Quelques jours plus tard, le policier a rendu les huit mille yuans à l'usine de mon mari.

- Par l'auteure

Salutations au bienveillant Maître ! Bonjour chers compagnons de pratique !

Je suis une personne âgée qui a commencé à pratiquer le Falun Gong en mars 1996. J'ai obtenu la Loi en raison de ma maladie. Une dizaine de jours après avoir obtenu la Loi, j'ai éprouvé un sentiment de légèreté dû au fait que je n'avais plus de maladies. Au cours des douze dernières années, j'ai fermement cru en Maître et en Dafa. Je vous présente mes expériences ici.

Première partie : Dissoudre la persécution avec des pensées droites

Le 20 juillet 1999, lorsque le régime de Jiang a commencé à diffamer le Maître et persécuter Dafa, je n'ai pas hésité du tout et je suis allée à Pékin pour protéger la Loi et demander justice pour le Maître. En conséquence, j'ai été condamnée aux travaux forcés pendant deux ans. Au camp de travail, je n'ai pas coopéré avec la perversité. Partout où j'allais je disais toujours aux gens que Dafa est bon. Peu importe qui me demandait si je pratiquais encore, ma réponse était simple : « Encore ! » Cinq mois plus tard, j'ai été libérée. Après que la police ait été mise au courant, ils sont venus avec le directeur du comité de quartier et m'ont demandé quand j'étais rentrée à la maison. Ils voulaient me faire enregistrer au poste de police et ont tenté de me faire suivre une classe de lavage de cerveau. J'ai pensé : « Pas question ! Chez moi, c'est moi qui ai le contrôle. » Ils m'ont demandé d'y aller et j'ai dit que je n'irai pas. J'ai refusé de bouger. Mon beau-fils a demandé à mon mari de rentrer à la maison et il les a critiqués en disant : « Que faites-vous ? Vous voulez l'arrêter de nouveau ? La dernière fois que vous l'avez arrêtée, elle est allée au camp de travaux forcés. Maintenant vous venez l'arrêter de nouveau ... » Il y avait beaucoup de gens qui nous entouraient dans la rue. La police savait qu'ils étaient dans l'erreur, alors ils sont partis en silence.

Après un certain temps, une nuit, les policiers sont venus de nouveau. Mon mari a dit : « Tu ne devrais pas partir. » Je me suis dit, « Je ne pars pas. Je lui fait face ! » J'ai dit au policier : « Je ne vais pas sortir, mais je ne vais pas avec toi, non plus » Le policier a alors dit que je devrais être responsable de ma propre vie. J'ai dit que si je n'avais pas été responsable de ma vie, je ne serais pas allée à Pékin pour protéger la Loi, et qu'il devrait être responsable de sa propre vie aussi. La police est partie. Maintenant, quand je regarde en arrière, j'avais de très fortes pensées droites. Je savais qu'il n'y avait rien de mal à cultiver Dafa et qu'il n'y avait rien de mal à être une bonne personne. Personne ne peut me changer. La police est partie précipitamment.

Le Maître a dit :

« Ce qui importe pour les pratiquants, c'est la pensée droite. Quand vous avez une pensée droite très forte, vous pouvez résister à tout et vous pouvez tout faire. C’est parce que vous êtes un pratiquant : une personne sur le chemin de la divinité et hors du contrôle des facteurs des gens ordinaires ou des principes de Loi de bas niveau. » (« Enseignement de la Loi à la ville de Los Angeles »)

Maintenant, quand je lis la Loi du Maître, je comprends pourquoi j'étais si audacieuse et sûre, puisque je pensais que ce que nous faisions était la chose la plus juste. Puisque nous faisons la chose la plus juste, nous ne devrions avoir peur de rien. Depuis je n'ai peur de rien, je peux obtenir la sagesse de Dafa et la protection du Maître. Nous avons des pensées droites et des actions droites. C'est seulement ainsi que je pouvais dissoudre la persécution perverse, le lavage de cerveau et exiger le retour de l'argent qu'on m'avait confisqué et qu'on appelle des « amendes ».

Deuxième partie : sauver les êtres vivants et accomplir ma mission

Le Maître a dit dans l' « Enseignement de la Loi à Manhattan » le 26 mars 2006,

« Alors dans ce cas, pour un disciple de Dafa, la cultivation et pratique personnelle ne sert que de base fondamentale, alors qu'aider le Maître, sauver les êtres et valider la loi est le vrai but d'être un disciple de Dafa, et c'est seulement à travers cela que vous pouvez remplir les vœux que vous avez faits avant l'histoire. » (« Enseignement de la Loi donné à Manhattan » ~ 26 mars 2006 ~ New York)

En tant que disciple de Dafa de la période de la rectification par la Loi, je sais bien le véritable but de l'obtention de la Loi; ma mission est de sauver les êtres vivants.

Après ma libération du camp de travaux forcés en juin 2000, pendant un certaine temps, j'ai eu l'attachement de la peur qui m'empêchait de sauver les êtres. J'ai pensé que l'attachement de la peur n'est pas une partie de moi et que je devrais me cultiver pour l'éloigner. En plus de l'étude de la Loi, je suis également allée avec les autres pratiquants à la campagne pour distribuer du matériel de clarification de la vérité. Je comprends que l'étude de la Loi peut dissoudre les attachements. J'ai été déterminée dans mes pensées droites. Si je voulais vraiment me débarrasser de ma peur, je devais m'avancer davantage pour sauver les êtres. Au début, quand nous allions à la campagne, je surveillais le véhicule tandis que les autres pratiquants donnaient le matériel. Plus tard, j'ai décidé de me débarrasser de ma peur. Je pensais que je ne devrais pas permettre à la peur de m'arrêter, donc j'ai aussi commencé à donner des documents.

Parfois, je roulais en mobylette jusqu'à quatre-vingt kilomètres de chez moi. J'allais au pied des montagnes et dans des campagnes reculées. Une fois, après avoir distribué tous mes documents de clarification de la vérité, il faisait sombre et mon moteur était à court de batterie; j'étais encore à plus d'une trentaine de kilomètres de la maison. Comme je suis arrivée à un autre village, le propriétaire d'un véhicule à trois roues causait dans la rue. Je lui ai demandé de me conduire chez moi. Quand je suis arrivée, mon mari n'était toujours pas de retour alors j'ai rapidement préparé le dîner. Au moment où j'ai fini de le préparer, mon mari est rentré. De cette façon, il n'a pas eu à attendre pour manger. J'ai compris que c'était l'arrangement du Maître. Le Maître est juste à côté de moi, me protégeant à chaque minute. Le Maître à coup sûr protège les disciples qui sont justes dans leurs pensées et leurs actions. Je remercie le Maître.

J'utilise différents moyens pour clarifier la vérité et sauver les êtres. En plus de distribuer des documents clarifiant la vérité personnellement, je parle aussi aux gens. Je donne autant de documents que possible, j'essaie de persuader le plus grand nombre d'êtres de quitter le PCC et ses organismes connexes. Aujourd'hui, il existe des véhicules de police partout, mais je n'ai pas peur. Parfois, alors que je clarifiais la vérité et donnais des DVDs aux ouvriers qui venaient chercher un emploi, le Maître me donnait un indice de quitter les lieux. Au moment de partir, un véhicule de police arrivait. Parfois, les véhicules de police partaient et je retournais. Les ouvriers se disputent pour avoir les documents, et parfois sept à huit familles visionnent un DVD de Shen Yun. Ces ouvriers répandent le matériel de Shen Yun à des villages et régions éloignées. A présent, j'ai aussi commencé à faire des appels téléphoniques de clarification de la vérité pour sauver les êtres. Le Maître a dit : « Maintenant, chaque minute, chaque seconde est primordiale, si on laisse passer ce moment, on rate tout. » (« Enseignement de la Loi à la conférence de Loi à Atlanta 2003 »), j'ai vu qu'il y avait encore beaucoup d'êtres qui ne sont pas sauvés. Je m'inquiète pour eux, donc si je peux sauver les êtres vivants en utilisant des moyens différents, je le ferai.

Je suis encore à la traîne par rapport à beaucoup d'autres pratiquants qui font mieux que moi, mais je suis très reconnaissante envers le Maître. C'est le Maître qui me protège et c'est Dafa qui me donne la sagesse pour que je puisse marcher ouvertement et noblement sur le chemin de la validation de la Loi et du salut des êtres.

Troisième partie : croyance ferme en Maître et la Loi pour me libérer du karma de maladie

Au début de 2009 quand je suis allée à la campagne pour clarifier la vérité et sauver les êtres, la perversité a tendu ses mains vers moi, j'avais les mains engourdies et mes bras se sentaient lourds et je pouvais à peine les monter au-dessus de ma tête. Mes jambes pouvaient à peine bouger et mon corps était rigide. Je n'ai pas écouté les forces anciennes et je croyais que tout cela était une illusion. J'ai continué à aller de l'avant et à donner des documents de clarification de la vérité. Quand il m'était difficile de marcher, je prenais mon vélo. Parfois, je tombais de vélo, mais je continuais quand même.

Une nuit, après l'émission de la pensée droite à minuit, j'ai soudain eu peur. Une pensée me disait : « Vous devez partir (mourir) » Je pensais que si je mourais, quand les enfants rentreraient à la maison, ils n'auraient pas de maman. Après une seconde, j'ai pensé que si je mourais, c'était comme endommager la Loi. J'ai conclu que c'était arrangé par les forces anciennes et non le Maître, je ne devais pas mourir. A ce moment, j'ai senti que toute ma dimension était remplie de perversité. Je me suis levée du lit pour m'agenouiller et demander au Maître : « Maître! Je suis votre disciple, je vous écoute. Je ne vais pas écouter les forces anciennes. Je ne vais pas mourir. » Je sentais que le Maître nettoyait mon corps et le Maître enlevait des couches et des couches de substance maléfique. Je me suis sentie beaucoup plus légère physiquement, mais je n'ai pas récupéré pendant longtemps. Après avoir partagé avec les autres pratiquants, j'ai trouvé que j'avais encore l'attachement à la réputation et j'avais hâte de récupérer (la santé). La tribulation s'est prolongée et je n'ai pas pu dormir pendant plus d'un mois. Je ne pouvais fermer l’œil qu'une dizaine de minutes à la fois. Pendant cette période, j'ai continué à nier la persécution par les forces anciennes. Chaque fois que j'en avais le temps, j'étudiais la Loi et j'émettais la pensée droite.

Le Maître a dit dans : « Éliminer les interférences »

« Tous les problèmes qui allaient éventuellement apparaître au cours de l’épreuve destructrice et perfide, je vous avais parlé de tout préalablement dans mon enseignement de la Loi. Pour ceux qui n'ont pas cultivé réellement, la traversée s'avère vraiment difficile. Alors maintenant vous savez plus clairement pourquoi je vous demande souvent de lire beaucoup le Livre ! La Loi peut briser tous les attachements, la Loi peut briser toutes les perversités, la Loi peut briser tous les mensonges, la Loi peut affermir la pensée juste » (Points Essentiels pour un avancement diligent II)

La Loi du Maître m'a éveillée sur le fait que puisque la Loi a un tel pouvoir sans bornes, je devrais passer plus de temps à étudier la Loi. J'ai ensuite étudié deux conférences de Zhuan Falun par jour. Je sentais que je m'améliorais considérablement du point de vue de la Loi. La nuit, j'émettais des pensées droites pendant au moins une heure. Ma maison était le lieu local pour le groupe d'étude de la Loi. Les compagnons de pratique sont venus étudier la Loi avec moi, émettre des pensées droites et partager leurs expériences avec moi. J'ai pensé : « J'ai le Maître pour prendre soin de moi, et j'ai les compagnons de pratique qui m'aident. Peu importe la difficulté de la tribulation, je peux quand même survivre. »

Au début de 2011, j'ai complètement abandonné mes attachements. Je vais toujours écouter le Maître, et je ne suis pas attachée à mon corps physique. Maintenant, je suis sortie vainqueur de l'interférence de karma de maladie arrangée par les forces anciennes.

Mon expérience est la suivante : Sur l'escalier où nous devons nous améliorer, peu importe la taille de la tribulation, si seulement nous croyons vraiment en Maître et la Loi, il n'y a pas de tribulation que nous ne puissions traverser avec succès. D'autre part, il est très important que les pratiquants s'encouragent et s'aident les uns les autres. Certains attachements sont difficiles à reconnaître, mais les autres pratiquants peuvent les remarquer et les mentionner, quand j'ai compris que je devais me débarrasser de ces attachements, j'ai senti que mon corps était confortable et léger et que rien venant de niveau inférieur ne pourrait me contraindre.

Pendant ces douze années, j'ai fait beaucoup de choses et je me sens heureuse. J'ai eu ce sentiment merveilleux après avoir étudié la Loi, et le bonheur de voir les êtres vivants être sauvés. Je regrette aussi que parfois je n'ai pas été assidue dans la cultivation. En conclusion, je vais étudier davantage la Loi, sauver davantage d'êtres vivants et remplir un bel avenir. Je veux accomplir ma promesse de façon à rendre le Maître heureux et afin d'être digne des efforts ardus du Maître.

Merci Maître ! Merci compagnons de pratique ! Heshi !


Traduit de l’anglais au Canada

Version anglaise : http://clearwisdom.net/html/articles/2012/1/7/130569.html

Version chinoise : http://minghui.ca/mh/articles/2011/12/9/249504.html