Toujours garder à l'esprit que nous sommes des pratiquants de Dafa
De la huitième conférence de partage d’expériences par Internet pour les pratiquants de Chine

[Site Clartés et Sagesse]

Dicté par une pratiquante en Chine nommée Xianzhi et écrit par un compagnon de cultivation


Je suis une femme au foyer vivant à la campagne. En juin 1996, quand je travaillais dans une ferme, très souvent je voyais une femme âgée dans une maison au pied de la montagne. Un jour, je lui demandai qu'est-ce qu'elle faisait là-bas. Elle me dit qu'elle allait là-bas pour écouter le Fa. «Qu'est-ce que le Fa?», lui demandais-je. Elle dit que c'était pour pratiquer le Falun Gong. Je lui demandai immédiatement: «Pouvez-vous m'y conduire?» Elle a dit oui, et le premier juillet 1996, cette dame m'emmena pour écouter le Fa.

Je me rappelle toujours au début, quand j'ai écouté le Fa; je ressentais que c'était vraiment bien. Plus tard, plus je l'écoutais, plus je voulais l'écouter et plus cela entrait dans mon cœur. Pendant l'étude du Fa, je jetai un rapide coup d'oeil autour de moi et je remarquai que quelqu'un somnolait. Je me demandai comment quelqu'un pouvait somnoler, tandis que le Maître nous avait dit que le Fa est tellement bien. Après avoir écouté le Fa, nous faisions les exercices. Un jour, je réalisai que de nombreuses maladies que j'avais avaient disparu, en particulier des migraines sévères. Chaque fois que j'avais une migraine, je devais m'étendre sur un lit pendant huit à dix jours. Maintenant, j'ai totalement guéri et je me sens légère physiquement. Cela renforça ma confiance dans la cultivation, et par conséquent, je pris le chemin de cultivation du Falun Dafa, tenue par le devoir et ne regardant jamais en arrière.

Le 20 juillet 1999, le Parti communiste chinois (PCC) commença à persécuter le Falun Gong. Je sentis que je devais valider Dafa et redresser la réputation du nom du Maître. J'allai à Pékin avec de nombreux autres pratiquants de notre village. La police arrêta notre véhicule avant que nous n'ayons conduit plus de 150 kilomètres. On nous arrêta illégalement, on nous emmena à un poste de police et nous fûmes enchaînés à une fenêtre en fer. Ils essayèrent de nous forcer à signer une déclaration de garantie. Nous écrivîmes tous les bienfaits que nous avait procuré la pratique du Falun Dafa. Le directeur était si furieux qu'il nous agressa verbalement et frappa la table avec son poing. Il donna l'instruction de faire parader plusieurs d'entre nous dans la rue. C'était le soir quand nous arrivâmes au village et mon fils rentrait juste de l'école. Quand il entendit que sa mère avait été traînée en parade dans la rue, il vint me chercher et essaya de me ramener. La police le plaqua brutalement au sol. Tous les témoins de la scène étaient très fâchés et la police, en le réalisant, conclut à la hâte. Les membres de notre famille parvinrent à nous ramener chez nous. Cependant, avant que nous ne partions, ils essayèrent de nous forcer à écrire une «déclaration de garantie», que nous avons tous ignorée.

Après être rentrés à la maison, mon fils pleura, en disant: «Maman, arrête de pratiquer! Pense à moi, s'il te plaît!» Je dis: «Mon fils, j'ai décidé de marcher sur la voie de la cultivation du Falun Dafa d'une manière droite et rien ne pourra me faire changer d'avis.»

L'hiver 2001, j'allai encore une fois à Pékin pour protéger Dafa. En fait, le 25 avril 1999, je suis aussi allée à Pékin. Quand des pratiquants et moi arrivâmes à Zhongnanhai (le QG central du PCC), nous vîmes de nombreux pratiquants revenir en disant que la question était résolue. À ce moment, après avoir été à Pékin plus d'un mois, distribuant des documents clarifiant la vérité et validant Dafa, nous fûmes arrêtés par la police et détenus dans un camp de travaux forcés de Pékin pendant un an.

Après le Nouvel An de 2002, je pus retourner chez moi. Ma belle-mère était décédée deux ans auparavant et mon beau-père vivait seul. Mon mari avait trois frères aînés. Son deuxième frère ne s'était pas marié et les trois autres vivaient leur propre vie. Avant de cultiver, je ne m'étais jamais disputée avec la famille de mon mari, après avoir commencé la cultivation, je me rappelai que j'étais une pratiquante et que je devais faire encore mieux. Souvent, j'apportais de la bonne nourriture chez mon beau-père et rapidement il demanda s'il pouvait venir dîner chez moi tout le temps. Je répondis: «Si tu veux, tu peux rester chez moi et avoir tes repas.» Très vite, le deuxième frère vint aussi chez nous pour avoir ses trois repas par jour. Les deux ont pris leurs repas chez moi pendant presque dix ans et nous étions en très bonne harmonie.

À de nombreuses reprises, mes belles-sœurs invitèrent mon beau-père pour rester avec eux au Nouvel An. Elles voulaient montrer leur piété filiale en l'invitant à rester plusieurs jours. Mais mon beau-père demandait toujours à être ramené rapidement à la maison. À une occasion, juste après le Nouvel An lunaire chinois, je restai chez ma mère pendant plusieurs jours, et je repris mon beau-père quelques jours après. Avec cela, il tomba malade une fois de retour à la maison et il nécessita des soins pendant plusieurs jours avant de récupérer. Depuis lors, il ne veut plus aller nulle part. Il me soutient vraiment dans ma pratique du Falun Gong. Un autre pratiquant m'a dit une fois: «Quand je parle de toi avec ton beau-père, il pense que tu es tellement bonne qu'il est difficile de trouver une personne comme ça dans ce monde.» Mes belles-sœurs disent aussi qu'elles ne savent pas d'où viennent ces bénédictions et qu'elles ont une belle-sœur tellement bonne qu'elles ne s’inquiètent pas du tout pour leur beau-père.

Pendant les Jeux Olympiques de 2008, je fus arrêtée par la police et emmenée à un centre de lavage de cerveau. À ce moment, je fis un appel à la maison et il se trouva que mon beau-père répondit au téléphone. Il demanda: «Xianzhi, est-ce toi? Est-ce vraiment toi? Tu me manques vraiment.» Un officier de police qui surveillait l'appel et un autre membre de l'équipe rirent mauvaisement et demandèrent quel âge avait mon beau-père. Je dis: «Mon beau-père a 84 ans.» En entendant cela, ils changèrent d'attitude et dirent: «Les pratiquants de Dafa doivent avoir un bon état d'esprit et c'est sûr qu'ils doivent bien faire à la maison. Sinon, comment une belle-fille pourrait-elle manquer à son beau-père?»

À une autre occasion, un cadre du PCC est venu dans notre village pour découvrir qui pratiquait toujours le Falun Gong. Les villageois lui firent part de ma situation et lui dirent qu'il était difficile de trouver une personne aussi bonne que moi dans toute la ville. Le cadre dit que c'était parce qu'elle pratique le Falun Gong, sinon toutes ses bonnes actions devraient être rapportées. Les gens ne savaient pas que c'était à cause du Falun Gong que j'étais capable d'être une si bonne personne. C'est Dafa qui m'a changée en une personne qui se préoccupe des autres. Si je n'avais pas cultivé Dafa, je n'aurais pas été aussi tolérante. C'est Dafa qui m'a complètement changée. Je remercie ici sincèrement le Maître et Dafa.

En juillet 2006, ma belle-sœur décéda et je fus responsable d'organiser toute la question des funérailles. En fait, le fils aurait aussi pu le faire, mais cela ne me dérangeait pas et je le fis sans me plaindre. Depuis lors, mon beau-frère vient tout le temps à la maison pour dîner, même quand c'est les vacances ou la haute saison des récoltes. Les gens me demandent: «Comment peux-tu continuer à faire ainsi?» Je réponds que je suis une disciple de Dafa. Je ferai tout ce que mon Maître me demande de faire. Peu importe où je vais, je me rappelle toujours que que je suis une disciple de Dafa, que je fais bien et que je répands le Fa.

Pendant tellement d'années les gens ont été témoins de ce que j'ai fait et ont admiré mes efforts. De plus, les autres pratiquants dans le village ont aussi très bien fait. Tous les villageois disent que quiconque pratique le Falun Gong est une bonne personne et ils soutiennent tous Dafa. Je me rappelle quand la persécution a commencé, le secrétaire général du parti de notre village a suivi le parti pervers. Quand les disciples de Dafa lui ont clarifié la vérité, il refusa d'écouter et il continua sa persécution des pratiquants, emmenant même la police pour arrêter les pratiquants de Dafa. Il décéda quelques années plus tard. Il y eut un autre cadre dans notre village; appelons-le M. A. Il comprit la situation après que des pratiquants lui aient clarifié la vérité et il protégea les pratiquants. Durant les Jeux Olympiques, la police vint pour m'arrêter. Quand M. A l'apprit, il conduisit son véhicule au-dehors du village pour arrêter les véhicules de police. Il dit à la police qu'ils ne devaient pas m'arrêter et que je suis une bonne personne. La police ne voulut pas écouter. Plus tard, il alla au centre de lavage de cerveau pour demander ma libération. À ce moment-là, nous avions trois pratiquants du village qui étaient détenus dans le centre de lavage de cerveau. Quand il alla là-bas, il vit une pratiquante âgée menottée à la fenêtre en train d'être interrogée. M. A dit: «Elle est âgée et vous la traitez de cette manière. Qui ici n'a pas d’aînés à la maison? Si vos aînés étaient traités de cette manière, comment vous sentiriez-vous?» La police ne dit rien et ils déverrouillèrent les menottes de la pratiquante.

M. A alla au centre de lavage de cerveau trois fois pour demander notre libération, nous fûmes finalement libérés et il nous emmena chez nous. M. A en sait plus à propos de la vérité, et il fût aussi promu. Il protégea les pratiquants de Dafa et arrêta à de nombreuses reprises les policiers qui nous agressaient. Maintenant, l'environnement de cultivation dans notre village est beaucoup plus détendu. Tous les pratiquants vont au site de pratique ouvertement pour étudier le Fa et faire les exercices.

Dans la saison libre de moisson, nous nous séparons en plusieurs groupes de deux pour distribuer des documents clarifiant la vérité dans notre région alentour. La nuit, nous allons loin pour distribuer des documents et coller des affiches informatives. Nous allons de village en village et quand nous avons fini de distribuer les documents, nous avons franchi une distance de plus de 50 kilomètres. Les pratiquants âgés s'occupent des villages se situant dans un rayon d'une quinzaine de kilomètres. Chaque fois avant de sortir, nous émettons la pensée droite sur le chemin ou bien nous récitons calmement «Falun Dafa est bon» et «Authenticité-Bienveillance-Tolérance est bon». Aidés par le Maître, tout va très bien à chaque fois et nous ne rencontrons pas d'interférences. Nous ne nous sentons pas fatigués après avoir voyagé plus de 100 kilomètres. Quand nous conduisons nos vélos, nous ressentons comme si nous volions. Quand c'est la haute saison, nous cultivons la terre durant le jour et la nuit nous distribuons les documents clarifiant la vérité. En plus de distribuer les documents, nous clarifions la vérité directement. Chaque personne est en charge d'un secteur de notre village. La plupart des êtres dans la région dont je suis en charge ont quitté le PCC et ses organismes affiliés.

Le Maître a dit (en effet) que les pratiquants doivent s'améliorer et s'élever en tant qu'un seul corps. Très souvent, nous partageons entre pratiquants des villages alentour. Après avoir partagé, nous élevons tous nos compréhensions ensemble. Habituellement, nous faisons nos trois choses séparément, et quand on arrive aux dates sensibles du PCC, les pratiquants des villages alentour et éloignés sortent tous, personne ne restant en arrière. Nous planifions bien les itinéraires et nous distribuons les documents clarifiant la vérité à partir de nos villages respectifs. Nous mettons des autocollants et suspendons des bannières. Nous marchons quinze kilomètres et revenons. Nous travaillons comme un seul corps et avons la volonté de sortir et d'aider le Maître dans la rectification de Fa.

Mon mari me soutient beaucoup dans ma cultivation. Quand la persécution a commencé et qu'il apprit que je devais aller à Pékin avec les autres pratiquants, il m'a dit: «Tu vas à Pékin valider le Fa, comment vas-tu valider le Fa? Tu ne sais même pas réciter Hong Yin.» Je mémorisai donc Hong Yin jour et nuit, et en deux jours je fus capable de le réciter au complet. Ensuite, il essaya de me tester pour voir si je pouvais le réciter, il proposa aussi des idées aux autres pratiquants allant avec moi, nous conseilla le chemin le plus sûr pour ne pas être stoppés par la police. Une nuit, après que je sois revenue à la maison du camp de travail de Pékin, quand je faisais les exercices, il mentionna le fait qu'il avait peur que je sois encore persécutée. Je lui rappelai les différences dans ma condition physique avant et après avoir pratiqué le Falun Gong, il cessa donc d'être effrayé. Parfois, il m'a aussi aidée à distribuer des documents clarifiant la vérité. Durant toutes ces années, il a protégé les livres et les documents de Dafa. Il y a quelques temps, il m'a aussi aidée à poster des autocollants. Après les avoir collés, je vins pour jeter un coup d’œil et il avait fait du bon travail en les collant au bon endroit et sans plis. Plusieurs pratiquants sont venus chez nous et il les a toujours bien traités. Les autres pratiquants disent aussi: «Ton mari a un très bon état d'esprit.»

Il y a aussi des choses que je n'ai pas bien faites. Mon domicile fut fouillé par la police à de nombreuses reprises – une fois quand je fus condamnée au camp de travail de Pékin et une autre fois quand je fus arrêtée durant les Jeux Olympiques. Ils vinrent plusieurs fois pour m’agresser. Je sais que cela veut dire que j'avais encore des failles dont la perversité a profité. Si j'avais été suffisamment droite, ils ne seraient pas venus à ma porte. Une fois, ils vinrent encore pour me harceler, je n'avais aucun attachement à la peur. J'émis immédiatement les pensées droites pour éliminer les démons et je demandai au Maître de me renforcer. Au même moment, je leur demandai pourquoi ils me harcelaient. Depuis lors, ils n'osent plus revenir.

Quelques mots de conclusions après mon long partage: suivons de près ce que le Maître exige de nous et n'oublions pas de regarder à l'intérieur. Gardons toujours à l'esprit que nous sommes des pratiquants de Dafa et que nous pouvons franchir n'importe quel obstacle qui est sur notre chemin.

Pour terminer, j'aimerais remercier le Maître encore une fois! Et remercier Dafa!


Traduit de l'anglais au Canada

Version anglaise: http://clearwisdom.net/html/articles/2012/1/3/130487.html
Version chinoise: http://minghui.ca/mh/articles/2011/12/11/249444.html