Clarifier la vérité en tant que docteuresse en médecine interne -– Croire en Maître et en Fa : Marcher diligemment sur le chemin de cultivation

De la Huitième Conférence d'échanges d'expériences par Internet pour les pratiquants en Chine

[Site clartés et Sagesse]

Écrit par une pratiquante de la province du Shandong


Bonjour Maître!

Bonjour compagnons de pratique !

J'ai travaillé comme doctoresse en médecine interne pendant plus de 20 ans avant de pratiquer le Falun Dafa. J'avais de nombreuses maladies, mais en moins d'une année après avoir entrepris le xiulian de Dafa, toutes mes maladies ont disparu. Au travail, je suis en contact avec une dizaine de personnes chaque jour, ce qui me donne l'opportunité de leur clarifier la vérité en personne. J'ai clarifié la vérité de cette façon depuis que la persécution a commencé en 1999. J'ai aussi travaillé avec des représentants médicaux. Je leur ai longuement parlé et j'ai persuadé 90% d'entre eux de démissionner du PCC et de ses organisations affiliées.

 Je suis une ancienne pratiquante qui a obtenu la Loi [Fa]  en 1998. À l'époque, j'ai commencé à cultiver parce que je voulais éliminer mes maladies et avoir un corps en bonne santé. J'avais de nombreuses maladies, telles que des maux de tête chroniques, de la polyarthrite rhumatoïde, des douleurs musculaires et une grave maladie motrice. Lorsque je sortais pour faire quelque chose de simple, comme par exemple assister à une conférence, je tombais malade une fois rentrée. Je devais tout le temps avoir des médicaments sur moi. Après moins d'une année de pratique du Falun Dafa, j'ai été complètement guérie. Dès lors, je crois fermement que ce que le Maître nous enseigne est vrai et que je dois suivre le Maître pour cultiver jusqu'à l'éveil.

Le 20 juillet 1999, la persécution du Falun Gong a commencé. Bien que je n'étudiais pas encore bien le Fa, je croyais fermement que le Maître n'était pas une personne ordinaire et que personne ne pouvait le toucher. Falun Dafa est la Loi la plus droite. Il n'y a aucun tort à pratiquer Falun Dafa et à suivre le principe d' « Authenticité-Bienveillance-Tolérance » pour être une bonne personne. J'ai marché sur mon chemin de cultivation avec droiture. Le Maître me protège et personne ne peut me perturber. Je n'avais pas très peur à l'époque. Je croyais sur la base de ma foi ferme en Maître et en la Loi. À travers ma cultivation de la période de rectification par la Loi, durant les 12 dernières années, le Maître m'a constamment protégée et éveillée. Grâce à cela, le Maître m'a permis d'avancer avec diligence jusqu'à aujourd'hui. Je suis très reconnaissante envers le salut compatissant du Maître. Ci-dessous, je souhaite en faire part et partager les trois aspects de ma cultivation, avec le Maître et avec les autres pratiquants.

1. Clarifier la vérité et sauver les êtres en devisant

Au travail, je suis en contact avec une douzaine de personnes chaque jour, ce qui me donne l'avantage de clarifier la vérité en devisant avec eux. Dès que la persécution a commencé, j'ai commencé à clarifier la vérité. Au début, je le faisais d'une perspective d'une tierce personne. Je demandais aux patients leur opinion au sujet de la persécution perverse de Jiang contre le Falun Gong. Ils pensaient généralement que Jiang était très mauvais et que les pratiquants de Falun Gong étaient de bonnes personnes. Puis, je leur expliquais ce qu'était le Falun Gong et comment le Maître nous enseigne à être de bonnes personnes. Je leur expliquais aussi que le Maître nous enseigne à être exceptionnellement bons, au-delà de ce qu'on pourrait attendre d'une personne ordinaire.

Par la suite, je me suis procurée de la documentation de clarification de la vérité pour sauver les gens. Je n'avais pas beaucoup de documents à l'époque, alors je les leur montrais habituellement, en leur parlant. Après cela, je leur donnais les documents selon leur niveau d'acceptation. Après que les Neufs Commentaires sur le Parti Communiste Chinois aient été publiés, j'ai commencé à clarifier la vérité et à persuader les gens à démissionner du PCC. En plus des gens à qui je clarifiais quotidiennement, je clarifiais aussi la vérité aux dirigeants du gouvernement municipal, du Congrès du peuple et du tribunal. Je ne peux pas me souvenir à combien de personnes j'ai parlé durant les quelques années passées. Une fois, j'ai clarifié la vérité à un dirigeant du tribunal (qui est devenu par la suite le vice-président du Congrès du Peuple de la ville). Après lui avoir parlé, il était d'accord pour démissionner du PCC. J'ai aussi parlé à un ancien officier adjoint du régiment de l'armée. Il est devenu le vice-directeur du Bureau 610 local après avoir quitté l'armée. Par la suite, lorsqu'il rencontra mon collègue par hasard, il lui demanda de mes nouvelles. Il dit à mon collègue qu'il ne voulait vraiment pas arrêter les pratiquants de Falun Gong car ce sont de bonnes personnes. Mon collègue lui a dit qu'il pouvait faire le choix de ne pas arrêter les pratiquants. Il a dit qu'il devait le faire à cause de l'immense pression qu'exerçaient les autorités de haut niveau. Le PCC pervers ne persécute pas seulement Dafa, mais pousse aussi les gens qui pourraient être sauvés à commettre des crimes contre Dafa et par conséquent à mettre leur futur en grand danger.

En parlant au personnel des ventes médicales, il y avait un vendeur d'une certaine entreprise que j'avais persuadé de se retirer du PCC. Puis, ils envoyèrent un autre vendeur. Quelques vendeurs avaient aussi vu la vidéo de la Conférence de Loi du Maître à Guangzhou. L'un d'entre eux avait aussi copié une série de vidéos des conférences de Loi. Deux d'entre eux achetèrent le Zhuan Falun. Après m'avoir parlé, quelques-uns dirent aux autres de venir me voir. Je sais que le Maître permet à toutes les personnes ayant l'affinité prédestinée de venir me voir. Trois sur quatre venaient fréquemment me voir pour obtenir de nouveaux documents de clarification de la vérité.

Au début, je mettais les vendeurs à la porte ou je refusais de les rencontrer pour éviter d'accumuler du karma en acceptant leurs pots-de-vin. Quelques fois, quelques vendeurs m'insultaient pour avoir refusé leurs pots-de-vin, disant que je refusais d'admettre la réalité.

Plus tard, j'ai lu dans Zhuan Falun:

« Chaque métier dans la société humaine a sa raison d’être ; le problème est que l’esprit des gens est sans droiture, cela n’a rien à voir avec le métier qu’on fait… quel que soit le niveau social, il est possible d’être quelqu’un de bien et de prendre avec légèreté toutes sortes de désirs et d’attachements. » ( Zhuan Falun )

J'ai mis dehors des êtres qui auraient dû être sauvés parce que j'avais peur d'accumuler du karma. C'était une manifestation de l'égoïsme et aussi un crime. De plus, j'ai réalisé que je pouvais me contrôler devant la tentation. Après avoir réalisé cela, j'ai commencé à les rencontrer. Lorsque nous nous sommes rencontrés pour la première fois, je leur ai dit directement que j'étais un pratiquant de Falun Dafa et que ma responsabilité et mon choix étaient de penser d'abord aux patients. J'ai aussi expliqué que le fait d'accepter des pots-de-vin n'était pas droit et que les pratiquants de Falun Gong ne pouvaient absolument pas en accepter. J'espérais qu'ils puissent comprendre, et en général ils le comprenaient. Quelques fois, je n'utilisais même pas leurs produits, mais ils venaient me voir pour me parler du Falun Gong.

Durant les quelques années passées, j'ai été témoin de nombreux miracles. Par exemple, une fois, j'ai rencontré une femme de 70 ans. Elle avait une maladie coronarienne et une grave défaillance cardiaque. Son pouls était de 39 battements par minute et tout son corps était enflé. Elle avait perdu la capacité à prendre soin d'elle. Elle avait de la difficulté à respirer et ne pouvait pas s'allonger sur un lit. Elle avait été hospitalisée quatre fois en une année et elle était connectée à une machine à oxygène. Lorsque j'ai parlé à cette femme et que je lui aie donné une amulette de clarification de la vérité, elle devenue très enthousiaste. Puis, avant qu'elle ne s'endorme ou juste après qu'elle ne se réveille, elle tenait l'amulette dans ses mains et récitait « Falun Dafa est bon. Authenticité-Bienveillance-Tolérance sont bons ». Elle continua à le faire chaque jour. Lorsque je l'ai rencontrée de nouveau quelques années plus tard, elle avait l'air complètement guérie. Le teint de son visage était très beau. L'enflure avait disparu. Elle m'avait dit qu'elle avait perdu près de 18 kg, la plupart en eau. Son pouls avait atteint 70 battements par minute. Elle me raconta qu'elle pouvait facilement faire 5 kilomètres à pieds et qu'elle n'avait pas été hospitalisée depuis notre dernière rencontre. Les premiers mots qu'elle prononça après m'avoir rencontré ont été : « Merci Maître ! » Puis, elle me remercia pour lui avoir donné une telle bonne chose. Je lui ai dit : « Vous avez l'affinité prédestinée avec Dafa. Le Maître a tout fait pour vous. Vous pouvez seulement remercier le Maître. Tant que vous croyez que 'Falun Dafa est bon, Authenticité-Bienveillance-Tolérance est bons', vous serez bénie. » Par la suite, son mari et ses trois fils ont démissionné du PCC et de ses organisations affiliées.

Une fois, une jeune femme avait une forte fièvre depuis sept ou huit jours. Tous les médicaments qu'elle avait pris ne fonctionnaient pas. Elle est venue vers moi et me demanda une injection. J'ai fait un test sanguin et les résultats étaient tout à fait normaux. Par conséquent, je lui ai juste prescrit quelques médicaments bon marché, plutôt que de lui faire dépenser le prix d'une injection. Puis, je lui ai parlé et l'ai persuadée de démissionner du PCC. Je lui ai aussi dit de réciter sincèrement : « Falun Dafa est bon. Authenticité-Bienveillance-Tolérance est bo.» Elle accepta avec joie. Le lendemain après s'être levée, tout son corps était léger et elle n'avait plus de fièvre. Peu après, toute sa famille démissionna du PCC.

Il est certain que tout le monde ne réagit pas de la même façon. Durant les quelques années passées, j'ai été rapportée aux autorités à trois reprises. Chaque fois, la police venait voir avec fureur la direction de l'hôpital, ainsi que mon mari. Finalement, ils ne pouvaient rien faire. Quelqu'un a dit que la direction de l'hôpital m'avait protégée, mais je sais que c'était mon Maître qui l'avait fait. Je n'avais pas eu peur lorsque la police arrivait parce que je comprenais clairement que je n'avais rien fait de mal. J'étais en train de sauver les êtres qui avaient été trompés par les mensonges du PCC. Je faisais les choses les plus droites et les plus divines dans l'univers. C'est la perversité qui persécutait les pratiquants et qui commettait des crimes contre Dafa. C'est la perversité qui devait être effrayée et qui devait être traduite en justice.

Bien sûr, je dois rapidement trouver mes insuffisances dans mon xinxing et les rectifier dans la Loi. J'ai toujours fermement cru en Maître et en la Loi. Tant que nous sommes diligents dans le fait de sauver les êtres, nous ne dévierons pas de la Loi. Tant que nous agissons avec droiture, le Maître nous protègera. Le Maître m'a protégée de nombreuses fois. Voici quelques exemples :.

Une fois, j'ai parlé à un couple d'âge moyen lorsque qu'un jeune homme qui paraissait être leur fils entra. J'ai continué à clarifier la vérité. Le jeune homme a dit : « Vous pratiquez le Falun Gong. Savez-vous qui je suis ? Je travaille pour le Bureau 610. N'avez-vous pas peur que je vous dénonce ? » J'ai répondu: « Je pratique le Falun Gong. Je ne me soucie pas de savoir pour qui vous travaillez. Vous êtes une personne comme une autre. J'utilise mes capacités médicales pour sauver la vie de votre père. J'ai aussi envie de parler à vos parents du fait que le Falun Gong peut accomplir des miracles et éliminer la maladie et purifier le corps. Je veux vous aider à comprendre que le Falun Gong n'a rien fait de mal. Le Falun Gong est persécuté. Il est bon pour vous de connaître la vérité. » Le jeune homme ne voulait pas écouter ce que je disais et s'en alla en colère. Bien que je n'avais pas peur à l'époque, mon esprit ne resta pas ferme. Puis, j'ai émis les pensées droites pour éliminer complètement les arrangements des forces anciennes. 

Le lendemain au travail, un étranger m'a appelée par mon nom et m'a donné un paquet de documents de clarification de la vérité. J'ai hésité, en pensant : « Est-ce la police qui essaie de me duper ? » Je n'y ai pas trop pensé et j'ai décidé de clarifier la vérité à la direction de l'hôpital. J'ai appelé le directeur de l'hôpital de nombreuses fois mais personne ne répondait. Puis, j'ai appelé le sous-directeur et je lui ai dit que je souhaitais lui parler. Il a dit qu'il devait aller à la campagne et il me demanda de lui parler une prochaine fois. Cela m'interpella et j'ai réalisé que Maître essayait de me dire quelque chose. Le lendemain, le sous-directeur me demanda ce qui n'allait pas. J'ai dit que c'était simplement un détail et que je n'avais plus besoin de l'ennuyer. J'ai réalisé que ma peur d'être persécutée m'avait contrôlée. Lorsque les pratiquants n'ont pas de pensées droites et ne sont pas dans la Loi, la perversité prend avantage. Par la suite, on me confirma que c'était en fait un pratiquant qui m'avait envoyé des matériaux de clarification de la vérité. Si le Maître ne m'avait pas éveillée et protégée, je ne sais pas quelles pertes j'aurais causé à Dafa.

2. Influencer mon mari avec compassion et faire qu'il devienne une bonne personne

Ma famille semblait être très heureuse vue de l'extérieur. Cependant, mon mari avait un tempérament violent, ce qui me terrifiait souvent. De plus, il était constamment imprégné de la culture du parti communiste et en conséquence son standard moral déclinait. Lorsque nous étions jeunes, j'ai quitté la ville pour aller étudier et il a eu une relation avec une autre femme. Il avait déjà un mauvais tempérament. Puis, il a cédé à la tentation et il est devenu plus agité. Avant que je ne commence à pratiquer Dafa, il m'insultait constamment. Il perdait fréquemment son contrôle et jetait les choses dans la maison. Quelques fois il me battait, particulièrement après s'être saoulé. Bien que je l'endurais, je le faisais en vain car je ne pouvais pas espérer gagner en essayant de me battre et de me disputer avec lui. J'endurais les larmes aux yeux et avec de l'amertume dans le cœur.

Après avoir commencé à pratiquer Dafa, j’ai vraiment compris le sens de la vie et j’utilisais « Authenticité-Bienveillance-Tolérance » pour guider mes paroles et mes actes. J’ai aussi appris à regarder en moi et j’ai réalisé que j’avais une mentalité égoïste d’orgueil et d’arrogance. J’ai toujours pensé que j’étais meilleure que lui dans de nombreux domaines et qu’il devait bien me traiter. Je ne m’occupais pas de lui comme une épouse devait le faire. D’un autre côté, je comprenais que du point de vue de la Loi, j’avais une dette envers lui que je devais la rembourser. J’ai aussi compris que tout ce qu’un pratiquant rencontre est lié à la cultivation et à son amélioration au sein de la cultivation. Après avoir trouvé la raison, j’ai laissé tomber toutes mes notions humaines. J’ai pris soin de lui dans ma vie quotidienne. Je m’occupais davantage des tâches domestiques. Lorsqu’il m’insultait, je faisais semblant de ne rien entendre. Je n’ai jamais riposté à ses attaques. Lorsqu’il jetait des choses, je me contentais de nettoyer. Je comprenais qu’il m’aidait à élever mon xinxing. Quelques fois lorsqu’il m’insultait, il s’arrêtait soudainement et me demandait pourquoi je ne disais rien et pourquoi je n’étais pas en colère. Je lui disais : « Pourquoi devrais-je être en colère si tu me donnes de bonnes choses ? » Puis, je lui expliquais qu’insulter et frapper les gens leur donne en réalité de la vertu. Il s’arrêtait de parler. Quelques fois, il voulait s’énerver. Mais il s’arrêtait et disait : « J’admire vraiment ta tolérance. Je dois apprendre à tolérer. » Je lui disais que ma bonté et ma tolérance m’avaient été enseignées par le Maître. Je lui demandais de me comparer avec les petites amies qu’il avait eues et je lui demandais qui était meilleure et qui avait plus de tolérance. Il était d’accord avec ce que je disais.

Sous l’influence de ma compassion, il est devenu meilleur, agréable et serviable. À présent, il fait toutes les courses et toute la cuisine. Lorsque nous allons tous les deux au travail, il a pris l’habitude de se dépêcher pour rentrer à la maison et préparer à manger. Lorsque je rentre à la maison, le dîner est déjà prêt. Je l’entends rarement crier après quelqu’un. Il a aussi arrêté de fréquenter d’autres femmes. Bien qu’il n’ait toujours pas commencé à cultiver Dafa, il cultive déjà en surface. Il faisait souvent des choses irrespectueuses envers Dafa dans le passé. Maintenant, il achète souvent des fruits, les nettoie et il les met devant la photo du Maître. Le magnifique pouvoir de Dafa m’a changée, ainsi que mon mari et ma famille.

 3. Changer les mauvaises choses en bonnes choses

Après avoir été dénoncée aux autorités plusieurs fois, j’ai souvent eu de nombreuses interférences de la part de ma famille. Une fois, un pratiquant de l’hôpital où je travaillais a été persécuté par la perversité. Mon mari ne pouvait plus le supporter davantage. Après être retournée chez moi, mon mari m’a battue toute la nuit. Il a dit qu’il voulait que je meure et son côté pervers s’est complètement manifesté après être devenu saoul. Il ne m’écoutait pas quoique je lui dise. Je savais que c’était les spectres pervers du parti communiste qui le contrôlaient. J’ai émis des pensées droites, mais cela n’a pas marché. Par la suite, j’ai réalisé qu’au lieu d’émettre des pensées droites à ce moment-là, j’avais émis de la haine.  

 Le lendemain matin, j’ai pensé à ce que je devais faire en tant que pratiquante de Falun Dafa. Les enseignements du Maître me sont revenus à l’esprit :

« La Tolérance n'est pas la lâcheté, encore moins la résignation devant l’adversité. La Tolérance d'un disciple de Dafa est noble, elle est la manifestation de la grandeur d'une vie, sa nature indestructible et inébranlable comme l'or et l'acier, elle est la tolérance pour persévérer dans la vérité, c'est la Compassion et le sauvetage des vies ayant encore la nature humaine et une pensée juste. » ( Être à bout de Tolérance » Points essentiels pour un avancement diligent II)

Je ne pouvais pas laisser la perversité continuer. C’est une relation prédestinée d'être mari et femme. À la lumière de la Loi, j’ai réalisé que je ne pouvais pas divorcer en tant que pratiquante. Le divorce signifiait que je devais le mettre dehors. Les conséquences seraient terribles. Je devais le sauver. Comment pouvais-je faire ?

Maître a dit :

« Comment agir face à l'épreuve démoniaque, il faut toujours comprendre par le sens de l'éveil et par soi-même. » (Points essentiels pour un avancement diligent II)

J’ai réalisé que la nature de mon mari était bonne. C’était les forces anciennes et les spectres pervers du parti communiste qui utilisaient sa peur et mes sentiments envers lui afin de le contrôler et d’interférer avec le salut que j’offrais aux êtres. Ils essayaient de lui faire commettre un crime contre Dafa de manière à le détruire. En tant que pratiquante de Falun Dafa durant la période de la rectification par la Loi, j’ai la responsabilité de sauver les êtres et pas de les détruire. Je devais rectifier chaque chose déviée. Premièrement, je devais laisser tomber mes attachements à l’émotion envers lui en tant que mari, et je devais le considérer comme un être à sauver. J’ai utilisé mes pensées de compassion pour faire en sorte qu’il arrête de commettre des crimes contre Dafa. Je devais exposer cette chose et l’utiliser pour clarifier la vérité et montrer comment le parti pervers contrôle et persécute les êtres.

Lorsque je suis allée au travail le lendemain, je suis allée voir le directeur. Je lui ai montré les blessures et lui ai dit : « Mon mari est quelqu’un de bien et il m’aime. La raison pour laquelle cette chose s’est produite n’est pas de ma faute. C’est causé par la persécution du PCC et de Jiang Zemin contre le Falun Gong. J’espère que vous pourrez faire la distinction entre le bien et le mal. » Le directeur hochait fréquemment la tête et critiquait aussi sérieusement mon mari. Mon mari s’est alors excusé auprès de moi. Cette nuit-là, lorsque je suis retournée chez moi, mon mari invita quelques membres de la famille et quelques amis à venir de manière à résoudre le conflit. J’ai fait semblant d’être malade et je n’ai pas mangé. Ils m'ont tous persuadée de manger. J’ai dit que je pouvais manger, mais qu’ils devaient d’abord me laisser leur parler. Ils étaient tous d’accord. Alors pendant qu’ils dînaient, ils m’ont écouté leur clarifier la vérité. Je leur ai expliqué ce qu’était le Falun Gong, comment être une bonne personne, comment le PCC a fabriqué des mensonges pour tromper le public et pour persécuter les pratiquants de Falun Gong. Ils ont tous écouté attentivement. Une personne a dit : « Si le Falun Gong n’était pas interdit, je le pratiquerais moi aussi. » Ainsi, les mauvaises choses se sont transformées en de bonnes choses. Une douzaine de personnes ont compris la vérité. Il est vrai que lorsqu’il y a un problème quelque part, c’est là où nous devons clarifier la vérité.

Ci-dessus, j’ai simplement décrit ce que j’avais bien fait. Je souvent ressenti qu’il n’y a rien à écrire. Lorsque j’ai commencé à écrire, j’ai ressenti qu’il y avait en fait beaucoup de choses à partager. Les pratiquants expérimentent de nombreuses choses. Le Maître fait d’innombrables efforts pour chaque pratiquant, efforts que nous ne pouvons pas imaginer. Récemment, je me suis relâchée car l’environnement est devenu plus tranquille. Le désir du confort est vraiment comme un tueur impitoyable qui m'a freinée. J’avais vraiment honte face au Maître. Je ne peux pas continuer comme cela. Je dois avancer diligemment, suivre de près le progrès de la rectification par la Loi et suivre le Maître pour retourner chez moi.

Ci-dessus sont simplement mes expériences personnelles. Veuillez s’il vous plaît m’indiquer tout ce qui vous paraît inapproprié.


Traduit de l'anglais en Guadeloupe

Version anglaise: http://clearwisdom.net/html/articles/2011/12/2/129814.html

Version chinoise:  http://www.minghui.org/mh/articles/2011/11/14/249019.html