Une fermière de 60 ans établit un site de production de documents

De la huitième conférence de partage d’expériences par Internet pour les pratiquants de Chine

[Site Clartés et Sagesse]

Écrit par une pratiquante de Dafa du Liaoning en Chine


Je voudrais saisir cette occasion pour exprimer mon plus grand respect à notre bienveillant Maître. Salutations au Maître ! Salutations aux compagnons de cultivation !

En regardant le parcours de ma cultivation au cours de ces dix derniers ans, je ne me rappelle pas de beaucoup de choses qui se sont produites mais je me rappelle de la grâce du Maître, de sa grâce énorme, qu'il m'est impossible d'exprimer. Mon mari est décédé en 1998 et je souffrais de multiples maladies. La vie était douloureuse pour moi. J'ai obtenu Fa en septembre 2011, grâce à un parent qui était un pratiquant de Falun Gong. Le Maître et le Falun Gong m'ont donné une deuxième vie.

Comment je suis devenue une pratiquante de Falun Dafa

J'avais une nature compétitive et égoïste depuis ma jeunesse. Je voulais toujours surpasser les autres dans tout ce que je faisais. Et ma santé était médiocre. Au printemps 1998, mon mari en santé est mort soudainement d'une maladie chronique ; je me suis évanouie quand je l'ai appris. Quand j'ai repris conscience, en voyant mes enfants adultes pleurer autour de moi, j'ai eu l'impression de ne plus avoir la force de continuer.

Quand je pensais à mettre fin à mes jours, une parente, qui était pratiquante de Falun Dafa, est venue chez moi et m'a dit : « Pourquoi n'étudies-tu pas le Dafa ? » Je lui ai dit : « C'est quoi le Dafa ? Je n'ai pas l'humeur à faire quoi que ce soit ! » Elle a répondu : « Tu comprendras ta vie et toutes les choses qui te sont arrivées seulement après avoir appris le Falun Dafa enseigné par Maître Li Hongzhi . » Elle m'a alors parlé plus en détails au sujet du Falun Dafa. J'ai été émue et j'ai joint un groupe local pour étudier Dafa. Je ne pensais pas beaucoup à ma santé ou aux pouvoirs de guérison du Falun Dafa ; je cherchais surtout un réconfort pour mon cœur douloureux. Cependant, toutes mes maladies ont disparu en peu de temps et je sentais que mon corps était très léger.

Comment j'ai validé Fa

Jiang Zemin a lancé la persécution du Falun Gong le 20 juillet 1999, et il a trompé les Chinois avec des mensonges diffamant les pratiquants. Je n'ai pas compris la situation à ce moment-là, mais j'ai pleuré la perte de mon environnement de cultivation. Les autorités locales envoyaient des gens chaque jour pour me surveiller ainsi que pour surveiller d'autres pratiquants mais je n'ai jamais cessé de pratiquer les exercices et d'étudier la Loi [Fa].

En l'an 2000, quelques pratiquants locaux sont allés faire appel à Pékin contre la persécution injuste du Falun Dafa. Ne pas me joindre à eux a aggravé la douleur dans mon cœur. Bien que nous ne savions rien au sujet de clarifier la vérité à ce moment-là, je parlais de Dafa et des bienfaits que j'avais obtenus à tous ceux que je rencontrais. Vers la fin de l'an 2000, plusieurs pratiquants ont été arrêtés. Un jour, au mois de juin, quand je lisais des livres du Falun Dafa, une douzaine de policiers sont venus chez moi, et suite à un interrogatoire brutal, ils m'ont rapportée. Ils m'ont emmenée au commissariat et m'ont interrogée pour obtenir des informations sur d'autres pratiquants. J'ai dit que je ne savais rien. Ils m'ont alors demandé pourquoi je pratiquais le Falun Gong. J'ai répondu : « Parce que le Falun Gong m'a aidée à regagner ma santé. Pourquoi me tracassez-vous ? Quel est le problème avec ma pratique de l'Authenticité-Bienveillance-Patience ? Aucun d'entre vous ne peut m'arrêter de pratiquer le Falun Gong. » Le directeur de la police a appelé le secrétaire du Parti du gouvernement municipal qui était responsable de la persécution locale du Falun Gong, car ils ne savaient pas quoi faire. Le secrétaire du Parti a essayé de me forcer à renoncer à ma croyance. Je lui ai dit ainsi qu'aux autres : « Je souffrais de plusieurs maladies auparavant et je ne voulais plus vivre après la mort de mon mari. En pratiquant le Falun Gong, j'ai regagné ma santé et ma volonté de vivre. Je ne peux pas mentir à ma conscience. Laissez-moi vous montrer les exercices… » et j'ai commencé à faire le premier exercice. Ils ne savaient pas quoi faire de moi et m'ont laissée partir.

En 2001, le Maître a donné une conférence à Washington, « l'Enseignement de la Loi à la Conférence de Loi internationale à Washington, D.C. » Bien que je n'avais pas eu la chance de lire la conférence (les pratiquants locaux partageaient seulement une copie et on la lisait à tour de rôle), j'étais très contente. Je voulais dire à tout le monde que mon Maître était droit et que la diffamation du Parti communiste chinois n'était rien que des mensonges. Je voulais également exprimer ma gratitude pour les conseils et les soins du Maître pour ses disciples. Mais qu'est-ce que je pouvais faire pour valider Fa et le Maître sous une telle persécution ? J'ai décidé d'écrire des « Félicitations au Maître pour un discours réussi à « l'Enseignement de la Loi à la Conférence de Loi internationale à Washington, D.C. ».  » sur du papier et le livrer à plus de 30 bureaux gouvernementaux et magasins en temps opportun. À mesure que la persécution s'intensifiait, nous les pratiquants locaux avons perdu contact avec ceux des autres endroits et certains d'entre nous ont été arrêtés.

En été de 2002, je suis allée à la ville de Shenyang pour faire quelques affaires où j'ai rencontré un pratiquant d'une autre partie de mon canton et j'ai obtenu le contact d'un site de production de documents de clarification de la vérité. Dès lors, je parcourais régulièrement plus de 50 kilomètres jusqu'au site de production pour aller chercher des copies de l'Hebdomadaire Minghui et d'autres informations que nous pouvions utiliser pour éveiller la conscience des gens au sujet de la persécution brutale du Falun Gong. Une fois, j'ai rapporté plus de cent autocollants avec des mots de clarification de la vérité imprimés dessus mais les pratiquants locaux n'en voulaient pas parce que mettre ces autocollants dans des lieux publics étaient un risque pour leur sécurité personnelle. Je suis sortie et j'ai affiché ces autocollants en une nuit. Le lendemain, j'ai entendu des gens dire : « Wouah ! Ces pratiquants de Falun Gong sont étonnants. Il n'y avait rien ici hier, mais regardez maintenant, leurs autocollants sont partout, comme si des soldats célestes les avaient aidés à le faire ! »

Une fois quand je suis allée accrocher une banderole de Dafa, j'ai vu un bon endroit où les gens la verrait. Cependant, il n'y avait aucun poteau, ni mur où je puisse accrocher la banderole, seulement un grand arbre avec quelques branches et des brindilles. Il faisait nuit, que pouvais-je faire ? J'ai alors émis des pensées droites et j'ai demandé aux dieux droits de renforcer mes pouvoirs. Incroyablement, j'ai grimpé au sommet de l'arbre et j'ai accroché la banderole. Je ne voyais rien en bas tellement il faisait sombre. En descendant de l'arbre, j'étais excitée et je n'ai pas remarqué que j'avais plusieurs éraflures et que mon ventre et mes jambes saignaient. Je n'aurais pas dû développer le cœur d'exaltation.

Une autre fois, je pulvérisais « Falun Dafa est bon », « Zhen-Shan-Ren » est bon avec mon modèle en vinyle fait à la main sur des poteaux de téléphone. Après avoir émis des pensées droites à minuit, je suis sortie et j'ai commencé à pulvériser le long de la route principale en dehors de mon village. À un endroit à environ 5 kilomètres, j'ai attaché le modèle sur un poteau, mais avant que je commence à pulvériser, une voiture s'est approchée et s'est arrêtée à 5 mètres de moi. Bien que je savais que les personnes dans la voiture verraient probablement ce que je faisais et le rapporteraient à la police, il était trop tard pour que je m'enfuie. Je me suis étendue à plat ventre, j'ai fermé les yeux, et j'ai récité le poème du Maître « Vertu majestueuse » de Hong Yin,

«  Dafa ne quitte pas le corps

Conserver Zhen Shan Ren dans le cœur

Grand Arhat dans ce monde

Pour les divinités et les démons, pleine crainte respectueuse »

J'ai prié le Maître de soutenir mon travail et de renvoyer les gens qui m'interrompaient. Environ 10 minutes plus tard, ils sont partis. J'ai vidé mes deux bouteilles de peinture à pulvériser, ce soir-là.

Plus tard, l'Hebdomadaire Minghui a ajouté un numéro de plus à ses trois numéros par mois, je devais donc aller au site de production de documents tous les dimanches en autobus régional. Vu ce fardeau considérable, le coordonnateur de notre canton m'a attribué un différent site de production de documents situé à seulement 10 kilomètres de chez moi et je pouvais m'y rendre à vélo. Habituellement j'allais au nouveau site en vélo très tôt le matin ou tard le soir puisque j'étais occupée à la ferme pendant la journée. Un matin je suis partie à 3 heures et la visibilité sur la route était très mauvaise. Pour garder mon courage, j'ai récité Lunyu et Hong Yin tout le long. Il faisait encore nuit quand je suis arrivée au village et la plupart des gens dormaient encore excepté à la maison du pratiquant où il y avait de la lumière. En me voyant, le pratiquant a dit : « Incroyable ! Ceci doit avoir été arrangé par le Maître. Nous nous étions levés tôt aujourd'hui pour finir un travail. Et quand nous étions sur le point de partir, l'un d'entre nous a suggéré d'attendre un peu plus longtemps jusqu'à l'aube. Et vous arrivez. Tout a été arrangé pour qu'on vous attende, autrement votre voyage aurait été en vain. »

Un matin je suis sortie pour accrocher des banderoles. À 2 heures du matin, en automne il fait nuit. J'ai vu une banderole que j'avais accrochée quelques jours auparavant qui pendait à moitié, j'ai donc essayé de la remettre en place à l'aide d'un bâton que j'avais trouvé par terre. Tout à coup, j'ai entendu des pas s'approcher et j'ai vite couru dans le champ voisin. Un homme s'est arrêté où je me trouvais auparavant. Je l'entendais respirer. Les plantes étaient petites et pas assez hautes pour cacher une personne sans risque. L'homme se parlait à lui-même en disant : « J'ai vu une personne ici. Où a-t-elle pu aller ? » En s'asseyant, il a continué : « Étrange… je vais m’asseoir ici et attendre que vous sortiez.. » J'ai émis des pensées droites pour inciter cet homme à partir. Environ 40 minutes plus tard, il est parti. Je suis rentrée à la maison sans risque grâce à l'aide du Maître.

Ce qui précède ce ne sont que quelques exemples des cas innombrables où le Maître m'a protégée. Il n'y a aucun mot qui puisse exprimer ma gratitude au Maître.

Comment j'ai établi mon site de production de documents

Je n'avais jamais imaginé qu'il y aurait un site de production de documents de clarification de la vérité chez moi. En 2007, le coordonnateur local avait proposé cette idée et m'avait encouragé à établir mon propre site pour produire des documents pour les pratiquants de ma région. Je doutais de mes capacités car j'avais presque 60 ans et n'étais allée que quatre ans à l'école primaire il y avait bien longtemps. Est-ce que je pourrais parvenir à utiliser un ordinateur et une imprimante ? Le coordonnateur a dit : « Si tu as une foi immuable, Maître peut tout faire. Le Maître peut ouvrir ta sagesse. »

J'étais enthousiaste à cette idée. Nous avions attendu et étions dépendants des pratiquants des autres villes, pour qu'ils nous fournissent des documents, ce qui était un travail supplémentaire pour eux. Si d'autres pratiquants pouvaient effectuer le travail, je devrais pouvoir le faire aussi. L'âge ne doit pas avoir d'importance dans la cultivation du Falun Dafa. Si ceci faisait partie du plan du Maître pour la rectification par la Loi, je ne devais pas laisser tomber le Maître.

En quelques jours, le coordonnateur disposait de l'équipement nécessaire et un pratiquant est venu offrir le soutien technique. J'étais très émue par le fait que le Maître est toujours à nos cotés en autant que nous avons un cœur immuable. Bien que j'étais une fermière âgée, j'ai pu produire des documents peu de temps après. Le pratiquant technique était étonné de voir qu'en quelques jours seulement je pouvais maîtriser le processus que d'autres maîtrisaient habituellement après beaucoup plus longtemps mais il ne me l'a pas dit à ce moment-là pour éviter d'éveiller mon cœur d'exaltation. J'ai senti définitivement que le Maître m'avait accordé l'intelligence d'effectuer la tâche.

Au cours de ces dernières années, j'ai eu accès à des informations importantes pour les pratiquants de Dafa sur le site de Minghui et je les ai transmises aux pratiquants locaux. Au lieu de compter sur les pratiquants qui ont des connaissances techniques, j'essayais de résoudre la plupart des problèmes moi-même. En même temps, j'ai cultivé et travaillé les 30 acres de la ferme familiale sans aide. Les travaux quotidiens dans les champs sont déjà très exigeants pour une personne de mon âge, mais j'ai pu le faire tout en fournissant ponctuellement des documents de Dafa aux pratiquants.

Il n'y a aucun mot qui peut peut exprimer ma gratitude au Maître et à son salut bienveillant. Je continuerai de cultiver diligemment et serai digne du Maître. Je veux le dire une fois de plus, « Merci Maître ! Je suis et suivrai vos Enseignements, je ferai bien les trois choses, je me cultiverai vraiment afin de sauver les êtres et j'accomplirai mes vœux. »

Merci encore, Maître bienveillant et puissant !

Veuillez svp soulignez quoi que ce soit d'inapproprié.


Traduit de l'anglais au Canada

Version anglaise: http://clearwisdom.net/html/articles/2012/1/1/130434.html

Version chinoise: http://www.minghui.org/mh/articles/2011/12/6/249449.html