Faire ce qu'on peut (Première partie)

De la Huitième conférence de partage d’expériences par Internet pour les pratiquants de Chine

[Site Clartés et Sagesse]

Écrit par Ruoyu, une jeune pratiquante de la province du Jilin


Bonjour Maître ! Bonjour compagnons de cultivation !

Je suis honorée de pouvoir participer de nouveau à la conférence de partage d’expériences par Internet. En tant que disciple de Dafa, participer est notre responsabilité parce que c'est un acte d'assimilation à Dafa, de se rectifier et de ce fait d’être capable de mieux accomplir la mission des disciples de Dafa.

1. J'ai obtenu Fa miraculeusement

J'ai officiellement commencé à cultiver le Falun Dafa quand j'étais au lycée. Dans ma jeunesse, j'étais toujours extrêmement intéressée aux mystères inexplicables dans le monde. Je lisais également beaucoup au sujet des diverses religions. Pendant la vague de la popularité du qigong, j'aspirais à cultiver à des niveaux élevés. Après avoir entendu parler du Falun Dafa, je n'ai pas tout de suite commencé à pratiquer. Environ six mois plus tard, le destin a frappé à ma porte.

Un été, j'ai rêvé que mon vieux voisin d'à côté me montrait un Falun de la couleur d'une mandarine jaune tournant sur la paume de sa main et j'ai entendu une musique céleste merveilleuse jouer à l'arrière-plan. Le Falun était aussi grand que sa paume et était très beau. Je me suis vaguement rappelée qu'il a dit : « C'est le Fa le plus élevé. » Comme si je comprenais clairement ce qu'il voulait dire, j'ai répondu fièrement dans mon rêve : « J'en ai un aussi et le mien est plus grand que le vôtre. » En disant cela, j'ai levé la tête et un Falun énorme et coloré tournait au-dessus de ma tête. Puis je me suis réveillée. C'était 5 heures du matin et j'entendais toujours la belle musique céleste dans mes oreilles, je me suis donc levée et je suis allée dans la cour. J'ai entendu plusieurs personnes pratiquer le Falun Dafa près de la porte, accompagnées de la merveilleuse musique que j'avais entendue dans mon rêve – la musique des exercices de Dafa. À ce moment-là, j'ai commencé à cultiver dans Dafa.

Dès le début, j'ai été témoin de plusieurs miracles de Dafa. J'ai vu les caractères et les signes de ponctuation dans le livre Points essentiels pour un avancement assidu apparaître en or et en pourpre. Je pouvais continuer de lire le livre sans allumer les lumières quand il commençait à faire nuit. Quand le Maître a ouvert mon œil céleste, j'ai senti une force percer à l'endroit entre mes sourcils. J'ai également vu le Falun dans plusieurs couleurs tournoyer dans le ciel et bien d'autres scènes. Je pouvais à peine contenir ma joie d'obtenir le Fa et je ne pouvais cesser de lire le Fa. Chaque jour je sentais que je progressais à grands pas. J'étais stricte envers moi-même et je savais comment regarder à l'intérieur quand je rencontrais des épreuves. J'agissais selon les enseignements de Dafa quand les conflits surgissaient avec d'autres pratiquants. Parce que je me comportais bien à la maison, ma famille a remarqué les changements et pensait beaucoup de bien du Maître et de Dafa.

2. Valider Dafa

La persécution a commencé en 1999. Je savais que tout ce qui était télévisé était des mensonges et la propagande du Parti communiste chinois (PCC) et j'ai essayé de l'expliquer à mes amis et à mes parents. Cependant, après avoir été témoins de nombreux « mouvements » terrifiants du PCC, la plupart d'entre eux se sentaient impuissants à aller à l'encontre de la machine de propagande du régime. J'étais très triste.

Notre professeur de langue était responsable de notre classe. Une fois, il a parlé du Falun Gong en classe et a dit qu'il pensait que la situation était semblable à la guerre des Boxers ou de la rébellion de Taiping. Après la classe, je suis allée le voir et je lui ai dit : « Monsieur, le Falun Gong est une méthode de cultivation individuelle. Ce qui se passe en Chine depuis le 20 juillet 1999 n'est pas du tout comme la guerre des Boxers ou la rébellion de Taiping. Le Parti communiste chinois diffame à tort un groupe de personnes innocentes qui veulent seulement élever leur moralité et se cultiver. Vous êtes un homme instruit. Veuillez svp considérer objectivement les faits et portez un jugement correct. » Il m'a demandé de répéter ce que je disais trois fois, parce qu'il pouvait à peine croire que moi, qui était habituellement très calme, avait le courage de m'exprimer. Finalement il a souri et hoché la tête, disant qu'il suivrait ma suggestion et parlerait objectivement de la persécution. Plus tard, quand je fréquentais l'université, j'envoyais souvent des lettres clarifiant les faits sur le Falun Gong à mes professeurs.

Quand j'allais à l'université, le Maître bienveillant s'est assuré que j'étais la seule étudiante sur le jury d'un concours d'expression orale organisé par l'université. Les autres juges étaient des hauts fonctionnaires. Une des candidates était une élève avancée de la société de l'école de journalisme. Elle a prononcé un discours diffamant Dafa et presque tous les juges lui ont donné une note élevée. Je lui ai donné une mauvaise note parce que son opinion était erronée et sa présentation était médiocre. À mon avis, je pensais que j'étais très juste. Une autre candidate était une nouvelle étudiante. Son sujet, le contenu, son expression et d'autres aspects de son discours étaient naturels et rafraîchissants. Tout le monde était ému. Pourtant à la fin, les juges lui ont donné une note de 9.98. Cependant je lui ai donné 10 points. En conséquence, le résultat final était très juste. La candidate qui avait diffamé Dafa s'est classée en deuxième position avec une moyenne de 0.2 en dessous de la gagnante à cause de la note que je lui avais donnée.

De retour au dortoir, beaucoup de camarades de classe qui avaient regardé le concours m'ont dit que j'avais fait un bon travail. Elles ont dit qu'elles étaient fières de moi et que j'étais une juge tout à fait impartiale.

Au cours de mes études à l'université, j'ai clarifié la vérité aux personnes prédestinées et j'ai découvert à ma grande surprise que plusieurs parents de mes compagnons de classe étaient des disciples diligents de Dafa. Par conséquent, mes compagnons de classe faisaient bien attention de me protéger. Quand je faisais les exercices, ils fermaient les rideaux et fermaient la porte à clef. Quand j'émettais les pensées droites, ils faisaient attention de ne pas me déranger. Quand j'écrivais des lettres clarifiant la vérité ou que je copiais les enseignements du Maître, ils ne m'arrêtaient pas. Ils me disaient quand la police faisait des recherches pour ceux qui surfaient sur les sites interdits.

Une fois, j'ai été très émue par le soutien que j'ai reçu de mes camarades de classe. Il y avait une camarade de classe que j'aidais beaucoup. Elle voulait être la prochaine monitrice de la classe, mais mes camarades de classe et le professeur me considéraient comme le meilleur choix pour être la prochaine monitrice. Par conséquent, elle me traitait comme le plus grand obstacle au concours. Elle a secrètement demandé l'avis d'autres étudiants pour savoir si l'école m'expulserait si elle leur disait que je pratiquais le Falun Gong. Mes camarades de classe l'ont persuadée d'abandonner cette idée. Je l'ai appris seulement avant de recevoir mon diplôme. Mes amis étaient encore fâchés quand ils en parlaient : « Nous l'avions donc avertie. Si elle faisait une chose semblable, elle serait bannie de la classe, par le corps enseignant et l'école. » Quand j'étais à l'université, je connaissais deux autres pratiquants qui étudiaient à une autre université. Je leur envoyais souvent les nouvelles conférences du Maître et des documents clarifiant la vérité. Je copiais à la main les conférences. Protégée par le Maître bienveillant, nous les disciples étions en sûreté en tout temps. À l'école, je donnais souvent des brochures et j'affichais des documents clarifiant la vérité dans les lieux publics. J'ai également envoyé des lettres clarifiant la vérité pour sauver les gens.

Pendant les premières années de la persécution, tout le monde était effrayé. Quand les nouveaux enseignements du Maître étaient publiés, les autres pratiquants ne me faisaient pas confiance parce qu'ils pensaient que j'étais trop jeune, alors ils ne me donnaient pas les nouvelles conférences. Cependant le Maître veillait sur moi. Il me disait dans mes rêves qu'il y avait de nouveaux textes et que je pouvais aller les demander chez telle pratiquante. Quand j'étais à la maison pendant les vacances scolaires, je faisais ce que je pouvais pour aider les pratiquants. J'aidais si on avait besoin de moi pour transmettre l'information. J'aidais s'ils devaient rapporter quelque chose sur le site Minghui, écrire des articles ou produire des documents clarifiant la vérité, j'allais sur Internet et je faisais comme on m'avait demandé. Au début, je devais aller aux cybercafés, mais plus tard, j'ai eu mon propre ordinateur. En coopérant avec d'autres pratiquants, j'ai augmenté ma capacité et j'ai identifié et éliminé beaucoup d'attachements.

Cependant, il y avait quelque chose que je ne faisais pas bien. À plusieurs occasions, je suis tombée par hasard sur des livres diffamant Dafa et le Maître à la foire du livre organisée par l'école. J'étais trop effrayée pour clarifier la vérité en présence de tant d'étudiants. Au lieu de cela, j'ai glissé des brochures dans ces livres, espérant que les gens les liraient et jugeraient par eux-mêmes. Cependant il semblait que personne n'achetait ces livres et plus tard ils ont été enlevés des étagères.

Il y a eu un autre incident où l'on avait demandé à mon école de tenir une réunion dans chaque classe pour diffamer Dafa. J'ai regardé les étudiants sur la scène présidant la réunion tandis que j'émettais les pensées droites. En fait, ils savaient tous que j'étais une pratiquante et ils avaient une bonne impression de moi. Peut-être que le Maître a vu mes pensées droites puisqu'une chose inattendue s'est produite. Quand le président montait sur scène, il m'a jeté un coup d’œil et a dit : « Nous n'avons pas besoin de discuter au sujet du Falun Dafa puisque tout le monde le connaît déjà. Au lieu de cela, parlons des choses qui nous tracassent. » Dans toute la salle, les étudiants et le corps enseignant ont ri et applaudi. Un étudiant de la région du sud de la Chine s'est levé et a crié : « Pas d'eau, pas d'électricité, pas de téléphone ! » Ainsi, la réunion s'est transformée en discussion sur des questions scolaires et s'est terminée sur une note positive. Je me suis rendue compte que, quels que soient les incidents que nous rencontrons, le plus important est d'avoir des pensées droites. Tant que nous avons une bonne compréhension, le Maître arrangera tout.

Au cours de mes années d'étudiante, j'ai beaucoup écrit et publié. Ceci m'a donné une bonne base pour ma future participation dans la production d'articles exposant la persécution locale. Tout était arrangé par le Maître. En cours du travail de rédaction des articles clarifiant la vérité, je me suis également retrouvée dans plusieurs situations où mes idées étaient différentes des autres pratiquants, ce qui a créé des conflits et des malentendus. Je me suis rendue compte que tout ceci étaient des occasions précieuses pour m'élever arrangées par le Maître.

(À suivre)


Traduit de l'anglais au Canada

Version anglaise : http://www.clearwisdom.net/html/articles/2011/12/15/130133.html

Version chinoise : http://www.minghui.org/mh/articles/2011/11/24/249165.html