Fière d’être disciple de Dafa

De la huitième conférence de partage d’expériences par Internet pour les pratiquants de Chine

[Site Clartés et Sagesse]

Par Xinzheng de la province de Liaoning, Chine


Salutations à notre grand Maître bienveillant  ! Salutations compagnons de pratique!

J’ai commencé à cultiver le Falun Dafa en 1996 et mon esprit et mon corps en ont bénéficié. En dépit des tribulations, je n’ai quasiment jamais cessé d’étudier la Loi ou de faire les exercices. Lors des situations les plus dangereuses, le Maître m’a protégé. Je crois que le Maître voit les disciples d’après leur foi solide. J’en ai vraiment fait l’expérience:

Si les disciples sont emplis de pensées droites

Le Maître a le pouvoir de changer la décision du Ciel’’

(“La grâce entre Maître et disciple’’ de Hong Yin vol II)

Tant que les disciples ont des pensées droites et restent dans la Loi, la perversité ne peut vraiment pas nous toucher, la grâce infinie de Bouddha est si belle!

Un jour, il y a 10 ans, deux secrétaires du comité judiciaire et politique du Parti communiste chinois (PCC) ont parlé avec moi de 10 heures du matin jusqu’à 18 heures, j’émettais des pensées droites constamment et clarifiais les faits. J’ai vu qu’ils avaient un mandat d’arrêt à mon nom et je l’ai déchiré. Les deux ont dit : “Madame, vous êtes vraiment remarquable !’’ En partant, j’ai réalisé que sans la force du Maître, je n’aurai pas été aussi éloquente. J’en avais les larmes aux yeux. Le Maître m’a aidé, autrement mon champ droit n’aurait pas été aussi fort.

La deuxième fois, le comité politique et judiciaire a transmis mon nom pour qu’on m’emmène au centre de lavage de cerveau de la ville. L’administration de l’usine où je travaillais a tenté de m’épargner en disant que si je rendais certains livres et écrivais une garantie que je cesserai la pratique cela irait. J’ai pensé : “ Même écrire un tel seul de ces caractères serait trahir un Bouddha’’ Le dernier jour, la voiture de l’usine est venue me chercher chez moi et je pensais qu’ils voulaient m’emmener au centre de lavage de cerveau mais nous sommes arrivés à l’usine. Ils m’ont demandé : “Pratiquez-vous encore ?’’ J’ai répondu calmement : “ Oui’’. Un véhicule de police est arrivé et j’ai dit à tous ceux présents : “Qui ose me forcer à monter dans ce véhicule ? Je ferais la grève de la faim pour protester. Je n’ai rien fait de mal en cultivant Vérité-Compassion-Tolérance !’’ J’avais juste étudié le nouvel article du Maître : “Les pensées droites des disciples de Dafa sont puissantes’’. J’ai véritablement senti que le Maître m’aidait et mes pensées droites se sont manifestées. J’ai pensé : “Je suis une disciple de Dafa et je crois fermement en Maître et en Dafa. J’ai choisi cette voie sans reproches ni regrets. Où que j’aille je clarifierai les faits et me cultiverai.’’ Mon cœur était très calme. Ils sont allés dans une autre pièce pour parler. Ils m’ont dit que je devrais partir en retraite huit mois plus tôt avec un salaire complet et un bonus. Les gens ont été surpris. Mon mari à la maison m’a dit : “Les autres auraient eu leur salaire réduit s'ils avaient manqué un jour de travail mais tu peux rester à la maison pendant 8 mois et malgré ça tu obtiens un bonus complet !’’ Agissez d’après les enseignements du Maître et personne ne peut nous toucher !

L’usine où je travaille a 6000-7000 employés. Je ne parle pas d’ordinaire avec les directeurs de l’usine mais afin de clarifier les faits, je me suis forcée à rendre visite aux directeurs chez eux. Ils ont renoncé à me demander de “garantir de ne plus pratiquer". Après qu’ils soient partis en retraite, le nouveau secrétaire du PCC m’a parlé. Je lui ai parlé du Falun Gong et comment j’avais bénéficié de la pratique. Il était d’accord et n’a jamais mentionné le Falun Gong sur le câble de la télévision de notre usine. Après qu’il ait été promu, j’ai rendu visite au secrétaire par intérim. Ils m’ont placé sous surveillance interne mais je leur ai quand même clarifié les faits. La femme du directeur, par l’intermédiaire d'une camarade de classe, m’a dit d’arrêter de clarifier les faits ou je m’attirerai des ennuis mais j’ai malgré tout parlé à tout le monde, dont des gens du PCC. Finalement ceux qui m’ont puni m’ont dit : “Vous n’avez pas dit un seul mot négatif sur le Falun Gong jusqu'à présent.’’ J’ai dit “Le Falun Gong est bon. Comment pourrais-je dire un mot négatif à son propos ? Si le Falun Gong n’était pas bon, je n’aurai pas été à Pékin et risqué ma vie pour faire appel.’’ Tous ont ri.

Les compagnons de pratique dans notre usine se conduisent tous bien et notre environnement est relativement bon. Les gens nous reconnaissent tous. Nous avons pu lire les livres de Dafa sur le lieu de travail et nous faisons des échanges pendant le déjeuner. Les gens appellent mon bureau : “ La pièce du Falun Gong’’. Lorsque deux administrateurs plus jeunes ont assumé leurs nouvelles positions, le directeur m’a appelée dans son bureau et a dit : “ Je ne vous permettrai absolument pas de lire les livres de Dafa dans notre usine.’’ J’ai clarifié les faits tout en émettant des pensées droites. Il a compris et m’a dit : “Sœur, s’il vous plaît utilisez un journal pour couvrir vos livres.’’ La secrétaire du PCC est la soi-disant ‘Lèvres à repasser" signifiant qu’elle est très bavarde. Elle me parle souvent, me donnant à chaque fois une chance de lui clarifier les faits.

Nous avons une fois clarifié les faits tout distribuant de petits calendriers à des gens qui les aimaient beaucoup. Nous avons développé un attachement au zèle. Quelqu’un m’a dénoncé à l’administration de l’usine et ma compagne de pratique a été dénoncée au poste de police local. L’autre pratiquante avait peur et a rapporté tous les documents restants à mon bureau. J’ai pensé à elle et à sa position—elle était plus jeune avec plus de pression à la maison et je pouvais partager la pression. Je lui ai dit : “ Tu peux dire que je t’ai donné toutes ces choses. N’aie pas peur. Récitons.’’

Vivre sans désirs,

Mourir sans regrets ;

Balayer les pensées illusoires,

Cultiver pour devenir Bouddha n'est pas difficile.

(‘Rien ne reste’, de Hong Yin)

Ses pensées droites se sont stabilisées et elle est venue dans mon bureau pour émettre des pensées droites avec moi. Ni l'une ni l'autre n'avons eu d'ennuis. C’était la fin de l’année et le moment de recevoir le bonus de fin de l’année, une grosse somme d’argent. La secrétaire du PCC est venue dans mon bureau et a dit : “ Cette fois-ci on ne peut pas vous donner de bonus.’’ Quand j’ai demandé quelle en était la raison, elle s’est levée d’un bond et a crié : “ Vous avez causé tellement de problèmes ! Aucune d’entre vous n’a été en détention, cependant vous voulez encore un bonus ?’’

J’ai répondu: “Nous ne faisons rien de mal. Nous avons véritablement agi pour le bien de tous. Lorsque les désastres surviennent, les gens peuvent rester en sécurité. Il est possible que vous ne compreniez pas maintenant mais vous comprendrez dans le futur. Nous avons bien fait notre travail, nous devrions recevoir nos bonus de fin d’années. Si vous retenez nos bonus à cause du Falun Gong, c’est de la persécution. Je vous mènerai en justice pour sûr.’’ Les bonus ont été donnés à la veille de la nouvelle année chinoise. Les gens pensaient que c’était notre faute que le bonus de fin d’année n’ait pas été donné et ils nous regardaient de façon étrange. Mais nous avons finalement reçu nos bonus entiers. Cela a été un sacré coup pour les facteurs pervers. Nous cultivons de façon ouverte et digne et nous avons formé un champ d’énergie droite. Nous sommes fiers d’être disciples de Dafa!

Lorsque le comité judiciaire et politique m’a trouvé, j’avais de fortes pensées droites. Je n’ai pas eu peur d’eux et je leur ai juste serré la main. Je les ai invités à venir chez moi. Ils ont dit : “Vous venez juste de déménager—nous ferions mieux de ne pas laisser savoir à vos voisins que vous êtres une pratiquante du Falun Gong.’’ Je leur ai dit que je n’avais jamais pensé que cultiver le Falun Gong n’était pas bon et avais toujours dit à mes voisins que je pratiquais le Falun Gong. Il n’y a aucun mal à cultiver Vérité-Compassion-Tolérance.

Lorsque le fils de ma camarade d’école s’est marié, elle s’est arrangée pour que je m’assoie près de ses administrateurs. Ils m’ont demandé de prendre un verre. J’ai dit : “ Je buvais beaucoup auparavant, mais maintenant je ne bois plus d’alcool.’’ Lorsque son directeur m’en a demandé la raison, j’ai répondu: “Je pratique le Falun Gong et je ne peux pas boire d’alcool.” Il a dit avec admiration: “Vous êtes merveilleuse! Vous osez dire que vous pratiquez le Falun Gong dans un tel cadre social !’’

Peu importe le cadre social, que ce soit dans la vie de tous les jours ou au travail, je réussis à persuader les gens de faire les trois renonciations (renoncer au parti communiste chinois et à ses deux organisations de jeunesse). Lorsque j'apprends que des gens ne comprennent pas le Falun Gong dans un bus ou sur le marché le matin, je leur parle du Falun Gong. Je dis aussi: “Je suis une pratiquante. S’il vous plaît souvenez-vous ‘Falun Dafa est formidable ! Vérité-Compassion-Tolérance est formidable !’ Vous en serez bénis.’’

Je ne me fais pas remarquer. C’est ce que je dois faire en tant que disciple de Dafa dans la période de la rectification par la Loi. En pensant à mon chemin, j’ai encore des regrets. Les tribulations ci-dessus sont toutes apparues lorsque je n’étais pas dans un bon état de cultivation. J’avais l’attachement à me faire remarquer ou le désir de me valider. Lorsque j’ai déménagé, je n’ai pas bien étudié la Loi. J’ai le cœur lourd en écrivant ce partage, parce que je sais qu’à chaque fois j’échappe à l’épreuve, le Maître a beaucoup enduré. Je peux seulement me cultiver diligemment et solidement et éliminer mes attachements. Je peux alors aider le Maître dans la rectification de Fa (Loi ou principes) avec un état d’esprit pur.

J’ai établi un site de production de documents, gravé des disques et imprimé des documents tels que des livrets des Neuf commentaires sur le Parti communiste. J’ai travaillé avec les compagnons de pratique, installé les antennes TV pour NTD et aidé les compagnons de pratique à installer les satellites de NTD. J’encourage les pratiquants des alentours à aller sur Internet, à dépenser des billets avec des messages clarifiant les faits imprimés dessus et à appeler pour clarifier les faits. Les compagnons de pratique sentent que notre état de cultivation s’améliore. Nous sommes tous très diligents. Peu importe les difficultés que nous rencontrons, aucun de nous ne peut abandonner ses responsabilités envers Dafa ; nous travaillons tous dur à faire les trois choses.

Je dors seulement quatre heures par jour et je ne suis pas fatiguée, ni ne me sens mal. Je vis chacune de mes journées remplie d’énergie. Parce que je me cultive, je traite chaque personne avec bienveillance. J’ai aussi surmonté la douleur du décès d'un être cher. J’ai abandonné la douleur et la solitude des neuf dernières années quand je ne pouvais pas voir ma fille. Je fais les choses de Dafa avec sérénité. Lorsque les personnes ordinaires pensent que je suis une pauvre misérable, alors j’explique à quel point le PCC est pervers et ils sont d’accord que le PCC est mauvais. J’ai déménagé il y a 4 ans. Mes voisins disent : “ Vous n’avez pas vieilli et vous souriez toujours.’’ Certains ont remarqué que j’ai l’air plus jeune, avec moins de cheveux gris. “Vous les pratiquants de Falun Gong êtes vraiment bons, vous en êtes un exemple !’’

Maître, soyez rassuré ! Je suis déterminée à éliminer mon égoïsme. Dans le temps limité restant j’avancerai diligemment avec les compagnons de pratique, je marcherai fermement sur la voie arrangée par le Maître, je serai stricte avec moi-même et sauverai plus d’êtres vivants.


Traduit de l'anglais en Europe

Version anglaise : http://www.clearwisdom.net/html/articles/2011/11/19/129577.html

Version chinoise : http://www.minghui.org/mh/articles/2011/11/14/249117.html