Clarifier la vérité en compagnie de mon mari, un policier
De la huitième conférence de partage d’expériences par Internet pour les pratiquants de Chine

[Site Clartés et Sagesse]

Écrit par une disciple de Chine


Bonjour Maître!
Bonjour compagnons de pratique!

Je me suis éveillée au fait qu'il n'existe pas une telle chose comme des personnes qui savent ou des personnes qui ne savent pas comment parler pour clarifier la vérité. Tant que l'on étudie bien la Loi et que l'on se cultive véritablement, le chemin pour sauver les gens devient de plus en plus large.

Clarifier la vérité en compagnie de mon mari, un policier

Un jour, je me suis dit: «Je ne veux omettre aucune personne prédestinée. Je dois chérir la grâce du Maître et chérir chaque être que le Maître a arrangé pour entrer en contact avec moi.» Cependant, mon mari est fonctionnaire de police. Je n'étais pas prête à parler aux gens de la vérité sur le Falun Gong quand il se trouvait près de moi. Nous prenions souvent le taxi quand nous sortions. La première fois que je suis sortie, je n'ai pas clarifié la vérité au chauffeur de taxi, de peur que mon mari se fâche. Plus tard, je l'ai regretté. La deuxième fois, j'ai parlé avec le chauffeur, mais mon cœur n'était pas calme. Ce chauffeur ne voulait pas quitter les organismes du Parti communiste chinois. Mon mari était fâché et disait: «Tu peux parler quand tu prends le taxi toute seule. N'en parle pas quand je suis avec toi. Si le chauffeur bloquait les porte et nous conduisait au poste de police, ce serait très compliqué!»

Les deux fois suivantes, je n'ai pas parlé au chauffeur. J'avais peur que, s'il arrive des problèmes à mon mari, qui soutiendrait la famille?, car nous avons des frais de scolarité pour notre enfant. Mais en étudiant la Loi, j'ai réalisé que j'avais tort. Les disciples de Dafa sauvent les gens, mais moi, par égoïsme, je n'ai pas sauvé un être qui entrait en contact avec moi, j'étais inquiète pour l'argent et je craignais que mon mari ne soit pas content. Étais-je encore vraiment une disciple de Dafa? J'ai découvert que les facteurs qui m'empêchaient de sauver les gens étaient la sentimentalité, l'égoïsme et la peur.

La fois suivante, dès que je me trouvai dans un taxi avec mon mari, j'ai commencé à émettre les pensées droites afin d'éliminer tous les facteurs qui empêchaient les êtres d'obtenir le salut. J'ai également émis les pensées droites envers mon mari: «Tu es mon époux, tu es également venu pour cette Loi. N'interfère pas avec moi quand je sauve les êtres et ceci sera ta vertu majestueuse. Ton côté éveillé doit accepter mes actions.» Ainsi, j'ai parlé au chauffeur et il a été d'accord pour quitter le Parti. Une fois sortis du taxi, mon mari m'a regardée comme si rien ne s'était passé et m'a dit: «Allons-y.» J'ai compris que la situation précédente avait été causée par ma peur et que, si mes attachements sont partis, l'environnement change.

À partir de ce moment-là, j'ai toujours clarifié la vérité aux gens en compagnie de mon mari. Même quand mon état n'était pas très stable, je ne voulais abandonner aucune personne prédestinée. Un jour, j'ai vu un chauffeur de taxi qui ne me paraissait pas très bien et qui ne voulait pas me parler. En arrivant à destination, au moment où mon mari sortait du taxi, j'ai payé la note. J'ai dit au jeune homme: «Je dois vous dire quelques mots du fond de mon cœur. Nous nous sommes rencontrés par hasard et je vous veux du bien.» Je lui ai vite donné quelques CD et dit: «S'il vous plaît, regardez ceci chez vous et apprenez la vérité. Retenez bien que le Falun Dafa est bon; ne vous laissez pas duper par le coup monté par le PCC de l'auto-immolation. Le Parti communiste chinois a fait trop de dégâts et le Ciel va le détruire. Pour votre sécurité, assurez-vous de quitter le PCC.» Il a hoché la tête et est parti.

En regardant derrière, j'ai vu que mon mari me souriait. Il m'a dit: «Comment se fait-il que tu avais peur, et pourquoi ne lui as-tu pas dit cela en cours de route?» Je lui ai dit que je n'étais par sûre de la personne quand nous étions en route, donc j'ai attendu jusqu'au moment où j'ai ouvert la portière de la voiture pour lui parler. Il m'a répondu: « C'est tout ce que tu as comme capacité? As-tu de puissantes pensées droites?» J'ai regardé à l'intérieur et j'ai découvert que, oui, j'avais peur, je reconnaissais la perversité. Comme ce que je faisais était la chose la plus vertueuse de l'univers, il me faudrait être plus ouverte et plus digne pour continuer ma route.

Mon mari n'était pas d'accord avec le contenu des documents de clarification de la vérité. En progressant dans mon étude de la Loi et en regardant à l'intérieur, je suis devenue de plus en plus pure et il est devenu plus lucide. Un jour, un jeune collègue de son poste de police est décédé suite à une maladie. Les gens n'ont appris qu'il était malade qu'au moment où il est décédé, et les autres policiers se faisaient du souci, craignant que le public les ridiculise parce que c'était la rétribution. Mon mari a dit: «Si nous l'avions su plus tôt, nous aurions pu lui rendre visite, l'aider à quitter le PCC et le faire réciter Falun Dafa est bon, et peut-être qu'il ne serait pas mort.»

Le côté conscient des gens sait que Dafa est l'unique espoir pour être sauvé. Si nous cultivons de mieux en mieux en conformité avec Dafa, les êtres autour de nous apprendront plus vite le merveilleux de Dafa.

Se débarrasser par la cultivation d'une faible estime de soi et de la haine; clarifier la vérité à davantage d'officiers

J'ai grandi dans le secteur du système de justice sociale. Les gens de mon entourage travaillent tous dans des prisons et des camps de travail forcé. Les gens dans ce secteur sont en général égoïstes, jaloux, astucieux et pourvu d'un forte nature démoniaque. Après avoir commencé la cultivation, je me voyais toujours pourvue d'égoïsme et manquant de compassion.

J'ai été arrêtée plusieurs fois lorsque je faisais appel pour le Falun Gong et j'ai été torturée avec des méthodes comme le gavage. En retournant chez moi, j'avais de la haine envers ces fonctionnaires qui torturent les pratiquants et je voulais qu'ils rencontrent leur rétribution. Lorsque je clarifiais la vérité, cela n'avait aucun effet. Je ne leur parlais pas avec un cœur sincère. J'avais des conceptions et je disais dans mon cœur: «Je vous en ai déjà parlé, alors ne regrettez pas de ne pas m'avoir écoutée quand vous serez confronté à la rétribution.»

Le Maître nous a dit dans «l'Enseignement de la Loi à la conférence de Loi internationale à New York 2004»:

«Je viens de dire qu'en comparaison du nombre de personnes dans le monde, le nombre de disciples de Dafa est actuellement très petit, cependant vous avez endossé une aussi grande mission historique. Alors, en tant que disciples de Dafa de quelque région que ce soit, vous êtes pratiquement l’espoir de salut pour les êtres de cette région, et qui plus est vous êtes leur seul espoir. Les êtres là-bas ont besoin d'entendre la bonne nouvelle, ils ont besoin de vous entendre leur clarifier la vérité, afin de comprendre ce qu'est Dafa. Voilà pourquoi la responsabilité des disciples de Dafa est d'une importance capitale.»

Je pensais que, puisque je vis dans cet environnement, peut-être que c'est moi qui l'avais choisi initialement, et je dois sauver les êtres ici. J'ai regardé à l'intérieur: pourquoi ne voulais-je pas les voir ni leur parler? J'ai découvert que mon estime pour moi-même était très basse. J'ai été forcée de quitter la maison pour éviter d'être arrêtée et j'ai perdu mon emploi. J'ai fait le vœu d'éliminer ces conceptions humaines. J'ai demandé au Maître: «S'il vous plaît, arrangez pour que les gens prédestinés me rencontrent. Je dois les sauver avec compassion.»

Comme mon esprit a changé, l'environnement a changé en conséquence. D'habitude, les fonctionnaires m'ignoraient, mais maintenant, ils commençaient à me dire «Bonjour» de loin. «Tu es revenue, tu dois avoir enduré beaucoup d'épreuves ces dernières années. Va pratiquer, sois juste vigilante sur les questions de sécurité.» Je peux dire qu'ils se souciaient vraiment pour moi. Certains ont pris l'initiative de me parler de leurs problèmes de famille, pas comme les autres gens qui cachent toujours leurs problèmes. Je leur ai expliqué les faits sur le Falun Gong et je leur ai parlé de comment ils pouvaient éviter la rétribution karmique. Un responsable de la radiodiffusion interne d'un camp de travaux forcés m'a dit en ce qui concerne la persécution des pratiquants: «Oui, je ne devrais jamais faire ces choses-là.»

Un jour, je me suis rendue au département de l'alimentation avec mon mari. Je me souvenais qu'un de mes camarades d'école que je n'avais plus vu depuis pas mal d'années travaillait là-bas. Je pensais que serait fantastique si je lui clarifiais la vérité. Alors que je partais, il descendait l'escalier. Il était actuellement le directeur de ce département. Il me demanda: «Comment se fait-il que tu aies l'air si jeune?» Son collègue a aussi commenté que j'avais l'air très jeune par rapport à son apparence à lui. J'ai dit: «C'est parce que je pratique le Falun Gong.» Je lui ai parlé de la vérité et non seulement il l'a acceptée, mais il nous a même invités pour le repas du soir. Il m'a donné ses coordonnées et il m'a dit que certains des autres camarades d'école se rencontreraient prochainement, et il voulait absolument que j'y aille. Je savais que c'était une autre bonne occasion pour répandre la vérité.

De l'égoïsme à la tolérance entre compagnons de pratique

Je trouvais que je manquais de pitié, pourvue d'une forte nature démoniaque et d'égoïsme. Ces traits n'affectaient pas uniquement la qualité de ma clarification de la vérité, mais ils interféraient également dans la coopération avec les compagnons de pratique et la formation d'un corps unique. Un jour, j'ai appris qu'une pratiquante souffrait d'épreuves et j'étais impatiente. Je lui ai dit en colère: «Tu n'arrives pas à surmonter une épreuve aussi banale? Le Maître nous a enseigné cela au début de ses enseignements de la Loi. Si tu refuses de te débarrasser de tes attachements, es-tu encore en train de cultiver?» J'ai raté l'occasion de l'aider à résoudre un problème et je l'ai aussi rendue fâchée.

Cette pratiquant a vite augmenté sa compassion, disant: «Elle était de bon cœur pour m'aider à élever le niveau de mon xinxing. Quoique son ton...»

Je me fâchais encore plus en entendant cela. Je pensais: «Tu es dans un état pareil et tu n'aimes pas mon ton?» Je savais que ma nature démoniaque était grande. J'ai lu l'Hebdomadaire Minghui qui contenait quelques articles qui m'ont profondément touchée. Il fallait absolument que je voie le bon côté des autres, afin que je puisse apprendre d'eux et mieux endurer. Parfois, je n'utilisais pas des mots blessants avec ma bouche, mais dans mon for intérieur, j'étais fâchée. Un jour, j'ai lu les mots du Maître:

«Lorsqu’au début je vous ai donné le salut, il y a de nombreuses personnes qui étaient en train de m’injurier, il y en a certains pendant le stage, en même temps qu’ils écoutaient mon cours ils m’injuriaient. Je n’attache pas d’importance à cela, je veux tout simplement réussir à vous donner le salut.»Enseignement de la Loi lors de la Conférence de Loi de l’Ouest des États-Unis au moment de la Fête de la lanterne de l’an 2003» - Première partie)

J'ai été touchée par la grande compassion du Maître. Nous sommes tous des disciples du Maître; je n'ai pas le droit d'être autant critique envers les autres disciples. Maintenant, je sais voir sincèrement les bons côtés des autres pratiquants, et comprendre que la pratiquante qui expose son problème fait cela afin de se corriger elle-même, et en même temps pour donner au corps uni la chance de nous élever ensemble. Mes réprimandes ne peuvent aider personne.

Plus tard, mon ton a changé, et je voulais vraiment l'aider et penser à elle. Je l'ai encouragée afin qu'elle passe le test. Le processus d'abandonner ma nature démoniaque s'est fait en plusieurs étapes. À un autre moment, les pratiquants locaux se sont réunis chez moi pour apprendre une nouvelle technologie. Un pratiquant a donné l'enseignement à l'aide de mon ordinateur et les autres pratiquants avaient amené le leur pour apprendre. La disciple A était assise à côté de l'instructeur. Je n'ai pas eu l'occasion d'utiliser l'ordinateur. J'étais furieuse, car il semblait que la disciple A ne voulait pas du tout m'autoriser à essayer.

Alors, j'ai pensé d'un autre point de vue: apprendre une technologie est pour renforcer notre corps uni. La disciple A vit en banlieue, et elle doit instruire les autres pratiquants de sa région. Moi, je vis en ville, j'ai encore plein d'opportunités pour apprendre. Je me suis calmée et j'ai dit à la disciple A de bien prendre note. Plus tard, l'instructeur n'est pas parti tout de suite et j'ai utilisé les notes de la disciple A pour essayer.

Aider les compagnons de pratique et me cultiver moi-même

Certains des pratiquants âgés qui vivent près de moi sont interférés par le karma de maladie et ont des difficultés à étudier la Loi. J'ai établi un groupe d'étude de la Loi avec eux, en plus de notre groupe de pratique régulier. Nous étudions la Loi quatre fois par semaine, et nous utilisons un jour par semaine pour produire des documents et les distribuer. Une d'entre eux parlait constamment de ses problèmes physiques à la fin de chaque étude de la Loi, chaque jour, et elle faisait étalage d'un grand nombre d'attachements. Je lui disais d'émettre les pensées droites afin d'éliminer toute interférence. Elle a essayé de réciter les phrases des pensées droites, mais après une demi-heure, elle n'était toujours pas capable de retenir les mots et elle récitait même quelques mots qui signifiaient le contraire.

Je ne pouvais plus supporter cela et je lui ai dit: «Petite tante, il n'y a que ces deux phrases à retenir et tu n'arrives pas à les apprendre en une demi-heure? L'interférence de ton karma de maladie n'a pas été éliminé dans une période aussi longue. Qu'en penses-tu d'aller chez ta fille (qui est également une pratiquante). Peut-être que leurs pensées droites sont plus puissantes et pourraient mieux t'aider.» Finalement, elle est allée chez sa fille.

Après un certain temps, j'ai découvert mon égoïsme. Je n'ai pas réussi à saisir ces bonnes opportunités de cultivation et je pensais qu'être en compagnie de ces pratiquants âgés était un sacrifice. Mon point de vue était toujours l'amélioration de soi-même – je voulais vraiment être seulement en compagnie de pratiquants plus jeunes. Je pensais que j'aidais les compagnons de pratique, mais j'ai réalisé que je cherchais seulement à me valider moi-même.

J'ai décidé de rester encore avec les pratiquants âgés. Quand j'ai entendu qu'elle était revenue de chez sa fille, je suis allée la voir. Elle était surprise. J'ai dit: «J'ai eu tort, je n'aurais pas dû te demander de partir. Étudions de nouveau la Loi ensemble.» Elle était gênée et a dit: «Je suis allée à l'hôpital.» J'ai dit très calmement: «Petite tante, c'est fini. Nous allons étudier la Loi ensemble et nous corriger nous-mêmes et tout ira bien.» La pratiquante était émue et a dit: «Je suis tellement surprise que tu veuilles encore venir étudier la Loi avec moi!»

Je me suis dit: «Je suis ici pour étudier la Loi.» La Loi sait changer une personne et briser tous les attachements humains. Je vois maintenant qu'en avançant sur mon chemin jusqu'à aujourd'hui, au milieu de la rectification par la Loi, mon plus grand problème jusqu'à ce jour a été de me défaire de mon égoïsme dans ma cultivation. Mon égoïsme m'a fait m'en prendre aux autres, me valider moi-même, être jalouse et avoir peur quand je sauvais les gens. Tellement de pratiquants m'ont aidée au cours de ces dernières années. Je remercie le Maître qui a arrangé tout cela avec compassion! Je veux me cultiver continuellement, je veux être diligente et sauver davantage de gens.

Heshi!


Traduit de l'anglais en Belgique

Version anglaise: http://clearwisdom.net/html/articles/2011/11/18/129555.html
Version chinoise:
http://www.minghui.org/mh/articles/2011/11/15/249224.html