Aller de porte en porte avec une pétition pour secourir une compagne de pratique

De la huitième conférence de partage d’expériences par Internet pour les pratiquants de Chine

[Site Clartés et Sagesse]

Par un pratiquant de la province du Heilongjiang


Salutations, Maître!

Salutations, compagnons de pratiques

Fin 2010, une pratiquante d’une autre ville a été arrêtée alors qu’elle était en train de clarifier la vérité. Cette ville a très peu de pratiquants alors qu’elle accueille un centre de lavage des cerveau. Beaucoup de personnes là bas ne connaissent toujours pas bien la vérité sur le Falun Gong. Maître nous a enseigné: «ses affaires sont vos affaires, vos affaires sont ses affaires.» («Enseignement de la Loi à la Conférence de Loi de Washington DC du 22 juillet 2002») Les pratiquants de notre région étaient très désireux de tout faire pour la secourir. Nous avons partagé nos compréhensions et avons décidé d’aller dans son village pour collecter des signatures pour une pétition, clarifier la vérité, sauver les gens et secourir notre compagne de pratique.

Cinq d’entre nous y sommes allés et avec deux pratiquantes locales, nous avons formé trois groupes. J’ai fait équipe avec une pratiquante qui avait commencé à cultiver seulement depuis deux mois. J’ai été tellement touchée par ses fortes pensées droites et le fait qu’elle ose sortir pour secourir une compagne de pratique bien que commençant tout juste à pratiquer Dafa. Nous sommes allées de porte en porte pour dire aux gens: «une personne de votre village a été arrêtée simplement parce qu’elle cultive selon Vérité-Compassion-Tolérance. C’est illégal et elle devrait être libérée.» Beaucoup de villageois ont été très gentils et ont souhaité signer de leur nom la pétition. Ils ont accepté notre clarification de la vérité. Mais il y avait aussi des gens profondément empoisonnés par la propagande du Parti communiste chinois (PCC).

Un homme a d'abord proféré des injures puis il a signé de son nom

Alors que nous passions devant la maison d'une famille, une personne est sortie pour nous demander ce que nous faisions. J’ai dit certaines choses et alors elle a commencé à expliquer qu’elle pensait que la façon dont les pratiquants de Falun Gong transmettaient leurs documents n'était pas bonne. J’ai su qu’elle ne connaissait pas encore la vérité. J’ai vu trois autres personnes dans la maison et j’ai pensé que nous devrions entrer à l’intérieur pour les sauver. J’ai demandé: «Sœur, peux tu nous laisser entrer pour nous réchauffer un peu?» Elle a répondu que certainement. Nous étions à peine arrivées à la porte qu’un homme qui était assis sur un banc m’a demandé ce que nous faisions. Dès que je lui ai expliqué, il a commencé à jurer. Il a dit: «Je ne signerai pas. Qu'elle soit condamnée à 10 ou 20 ans.» J’ai immédiatement demandé au Maître de nous renforcer et de dissoudre les facteurs pervers derrière cette personne.

Après que cette pensée droite soit émise, je me suis rappelée d'une récente de conscience que j’avais eu en étudiant le Fa: «Un esprit fort peut diriger une dimension tout entière. Je prends la tête de ce domaine.» Je me suis ensuite tournée vers la femme la plus âgée: «Grande sœur, excusez moi de vous ennuyer par ce temps froid. Si elle avait fait quelque chose de mal, nous ne serions pas ici. Mais elle n’a rien fait de mal en étant une bonne personne. C’est bientôt les vacances du nouvel an et nous ne pouvons pas ignorer le fait qu’une bonne personne souffre en prison. S’il vous plaît aidez nous en signant de votre nom!» Elle a signé.

L’homme sur le banc a continué à dire de mauvaises choses. Je n’avais ni haine ni reproches, mais je ressentais de la pitié qu'il ne connaisse pas la vérité. Je me suis tournée vers lui et j’ai dit: «Grand frère, nous savons que nous vous ennuyons aujourd’hui. Que vous signiez ou non, nous vous remercions sincèrement.» Il a été tellement étonné en entendant mes paroles. Je lui ai ensuite expliqué combien je le comprenais et comment nous avions tous vécus à travers tant de mouvements politiques du PCC: «Le PCC n’a aucune raison légitime derrière ces campagnes, mais il attaque simplement les gens comme il l’entend. Souvenez vous de la révolution culturelle? J’ai honte d’avoir signé contre Liu Shaoqi.» [Note de l’éditeur: Liu Shaoqi était président du PCC dans les années soixante, il a ensuite été dénoncé et évincé par Mao durant la révolution culturelle.]

En me regardant, il a paru surpris. J’ai dit: «A l’école, j’ai écris tant d’articles dénonçant Liu. C’était le résultat de l’unique son de cloche des média du PCC qui nous trompaient. Nous avons tous pêché en suivant la propagande du PCC.» Il a acquiescé et a dit: «Oui, oui.» J’ai continué: «Prenons le Falun Gong. Jiang Zemin a mis en scène l’auto immolation de Tiananmen et a persécuté de gentilles personnes. Les gens dans plus de trente pays l’ont poursuivi devant plus de 50 tribunaux. Le jour où la vérité sera révélée approche. Nous pouvons clairement voir ce que sera le résultat final.» Il a souri et a signé de son nom. Nous étions contentes pour lui du fond de nos cœurs parce ce qu’il s’était positionné correctement.

«Un appel à l’aide»

Nous avons longé une autre maison qui était très belle et seul un couple y habitait. Alors que nous expliquions pourquoi nous étions là, l’homme a pris son portable pour appeler le poste de police. Ma partenaire était inquiète et a tiré doucement sur ma chemise. J’ai dit fortement: «Il appelle pour nous aider à demander sa libération!» J’ai demandé au Maître de ne pas arrêter de dissoudre les facteurs pervers dans les autres dimensions qui le poussaient à s’associer à la persécution. Nous l’avons entendu demander au téléphone: «Deux pratiquantes de Falun Gong sont venues chez moi collecter des signatures pour une pétition demandant la libération d’une autre pratiquante. Est-ce utile? Devrais-je signer?» Il a souri et nous a signalés que la police avait dit que ça pouvait marcher. Il a signé et sa femme également. J’ai remercié Maître de nous avoir aidé à surmonter le danger! Tout comme Maître le dit dans Zhuan Falun: «un seul juste terrasse cent mauvais.»

Sauver un fils

Dès que nous sommes entrés dans la cour avant d’un des pavillons, une étrange pensée m’est venue à l’esprit: «Quelqu’un dans cette maison est sur le point de mourir.» Je suis rapidement entrée et j’ai trouvé un jeune homme couché dans la pièce à l’Est, un vieil homme dans la pièce à l’Ouest et trois ou quatre personnes dans celle du Nord. L’atmosphère était pesante. Ma partenaire connaissait la famille et elle a demandé ce qui s’était passé. Ils lui ont répondu que leur fils avait essayé de se suicider et que personne n’avait pu l’en dissuader. À ce moment là, les paroles de Maître me sont revenues à l’esprit: «si vous rencontrez vraiment des choses terribles comme un meurtre ou un incendie volontaire et que vous les ignoriez, c’est un problème de xinxing. [traduction non officielle] («Enseignement de la Loi à une réunion à York,» Conférences aux États-Unis)

J’ai pensé qu’il n’était pas accidentel que je rencontre ces personnes. Je devais essayer de sauver leur enfant. Je suis allée dans la pièce de l’Est et j’ai dit: «Sais tu que je pratique le Falun Gong? Nous cultivons la grande Loi Universelle. Chacun dans ce monde doit s’assimiler aux caractéristiques de Vérité-Compassion-Tolérance. Mon Maître m’a appris à être une bonne personne où que j’aille et à penser aux autres d’abord. Je suis très inquiète pour toi! Tu devrais aussi penser aux autres maintenant. Tes parents t’ont élevé et tu ne les à pas encore remercié pour cela. Tu veux juste t’échapper quand survient le malheur, n’est-ce pas égoïste? Comment vivront tes parents si tu meures? Je vais aussi te dire une vérité: le suicide est un pêché.»

J’ai continué à lui parler de nombreux principes sur la façon d’être une bonne personne. La couleur est revenue sur son visage tandis qu’il m’écoutait. Ses yeux ont commencé à s’éclairer. Je savais que Maître l’avait sauvé, sinon il serait mort. Je me suis ensuite tournée vers ses parents. Plus tard, ils ont tous les deux signé la pétition avec joie. Ils m’ont remerciée et nous ont raccompagnés.

Chaque fois avant de sortir pour sauver les êtres, je fais toujours heshi (Ndt: salutation les mains jointes devant la poitrine) devant la photo du Maître et je demande: «Maître, votre disciple sort pour sauver les gens à présent. S’il vous plaît donner moi la sagesse dans ces moments critiques!» Mes voyages ont été très réussis. En travaillant sur la pétition, j’ai réalisé que si nous écoutons le Maître et que nous ne sommes pas touchés par de fausses images, nous pouvons sauver les gens!


Traduit de l'anglais

Version anglaise: http://www.clearwisdom.net/html/articles/2011/11/20/129591.html

Version chinoise: http://www.minghui.org/mh/articles/2011/11/18/249096.html