Les travaux forcés en Chine : Témoignages présentés à la Commission du Congrès Exécutif en Chine, le 22 juin 2005 (2e partie)

 

Les travaux forcés en Chine

Mercredi, le 22 juin de 10 à 11

Rayburn House Office Building, Room 2255

Déclaration de Gregory Xu


III.2 Le centre de détention Lanzhou Dashaping et le Centre de détention No.1 de Lanzhou

Lanzhou Zhenglin Nongken Food Ltd, établie en 1988 au Gansu par Lin Ken, un homme d'affaires Taiwannais, est l’une des premières entreprises financées par Taiwan au Gansu. En 1992, la compagnie s’est embarquée dans une société coopérative avec le centre de détention Dashaping de Lanzhou et le centre No. 1 de détention de Lanzhou (également connu en tant que centre de détention de Xiguoyuan). Selon WOIPFG, environ 10.000 détenus (y compris des douzaines de pratiquants de Falun Gong illégalement détenus) étaient forcés d’éplucher avec leurs mains l’écorce des graines de melon et devaient faire du travail dur intensif. Ces détenus étaient forcés de fendre les graines d'une grande variété de melons entre leurs dents, et d’éplucher la cosse avec leurs mains nues pour enlever les graines. En hiver, ils devaient effectuer ce travail dehors sous un froid glacial. Bon nombre d'entre eux ont subi des engelures et la peau de leurs mains s'est dédoublée, avec du pus et du sang qui suintaient des blessures sur les graines de melon. En été, fendre et extraire les grains des cosses continuaient toujours. Beaucoup ont fendues et endommagées leurs dents en fendant les graines de melon et ont même perdues leurs ongles à force d'extraire les grains de leurs coquilles. Les détenus étaient forcés de s'accroupir sur leurs talons pour effectuer le travail, du matin tôt au soir jusqu'à plus de dix heures sans interruption et sans salaire.

Afin que Zhenglin Nongken Food Ltd et le centre de détention de Xiguoyuan fassent d’énorme profit, les détenus recevaient de lourdes charges de travail. Les employés du centre de détention torturaient les détenus à volonté. De plus, il y avait de la corruption et crime économique. En 1998, un chef de la division du centre de détention de Dashaping s’est suicidé avec un pistolet lorsqu’on a découvert qu’il avait détourné l’argent du coût des graines de melon.

Au mois d’avril 2001, Wan Guifu, pratiquant de Falun Gong de 57 ans a été illégalement envoyé au centre de détention numéro 1 de Lanzhou. Wan Guifu a été forcé de fendre les graines de melon avec ses dents et d’extraire les graines avec ses doigts. Ses lèvres étaient très enflées et tous ses ongles sont tombés. Ses doigts saignaient et le pus en suintait. Puisqu'il ne pouvait pas finir son quota, Wan Guifu était torturé par des détenus de la cellule numéro 9, d’après les instructions secrètes du capitaine de la 4e équipe du centre de détention numéro 1 de Lanzhou. Wan a subi de graves blessures à son abdomen. Le 29 décembre 2001, il a été envoyé à l'hôpital du camp de travail de Lanzhou Dashaping où il est mort trois jours plus tard. Les médecins ont extrait beaucoup de fluide de la cavité abdominale de Wan Guifu, un résultat direct de grave torture. Selon la confirmation de personnes (noms omis) qui étaient détenues au centre de détention de Lanzhou Dashaping pendant une longue période, le taux de mortalité des détenus au centre était très élevé, mais en raison du blocus d'information, les détails des cas de mort ne sont habituellement pas rapportés.

Ces travailleurs manuels non payés ont apporté des profits énormes à Zhenglin Nongken Food Ltd. En quelques années seulement, Zhenglin Nongken Food Ltd. est devenue la plus grande base de production de graines rôtis et de noix en Chine. Son produit principal, « les graines de melon Zhenglin cueillies à la main » (écossées par les détenus), est vendu dans plus de 30 pays y compris les Etats-Unis, le Canada, l'Australie, la France, la Nouvelle-Zélande et les pays asiatiques du sud-est. Actuellement, Zhenglin Nongken Food Ltd. a des filiales à l’étranger, aux Etats-Unis, au Canada, à Singapour et en Malaisie. En Australie, ils ont une personne de liaison pour les affaires de l'importation.

III. 3. Le camp de travaux forcés des femmes No.1 à Shangdong

Le camp de travaux forcés des femmes numéro 1 de la province de Shangdong, connu également comme le camp de travaux forcés des femmes de Jinan, est situé au 20 Chemin Jiangshuiquan, ville de Jinan, province de Shandong. C'est le site industriel de fabrication pour les articles de Shandong Leader Handicraft Articles Co., Ltd.

Les détenues sont forcées de produire sans salaire. Peu après le mois d’octobre de l’an 2000, le nombre de détenues a soudainement augmenté de 200 à 700, avec approximativement 95% de nouvelles détenues étant pratiquantes de Falun Gong. Afin de gagner des devises étrangères et davantage de bonus, le camp a souvent forcé les pratiquantes à travailler des heures supplémentaires pour coudre de la literie. Les femmes de plus de 60 ans ont également été forcées de souffrir jusqu’à l’épuisement, travaillant durant la nuit afin d'accomplir les tâches. Les détenues s'évanouissaient souvent sur le plancher en raison de la surcharge de travail à long terme d'heures supplémentaires. Celles qui refusaient de travailler étaient enfermées à clef dans l’obscurité, dans une salle « étroitement surveillée ». Se reposer, dormir, se laver et aller à la toilette étaient interdit. Les détenues étaient forcées de continuer à se tenir debout pendant plus de 20 jours jusqu'à ce qu'elles s’évanouissent. Leurs jambes et leurs pieds devenaient si enflés qu'elles ne pouvaient plus porter de souliers et ne pouvaient même plus marcher. Elles devenaient gravement handicapées, physiquement et mentalement. Les produits principaux incluent la literie faite à la main et les accessoires domestiques sous le nom de marque « Lijie ».

Dans les six premiers mois de l’an 2002, ce camp de travaux forcés a fait 570.000 yuans (USS70, 000) de sa production. En deux ans, il a bâti un bureau de douze étages, un bâtiment de réception et un endroit pour emmagasiner l’approvisionnement. Les produits fabriqués sont vendus aux États-Unis, Canada, Chili, Argentine, l’Union européenne, Arabie Saoudite, Turquie, Kowéit, Emirats Arabes Unis, Australie, Japon, Corée, Singapour et plus de 30 autres pays. On dit que Shandong Leader Handicraft Articles Co. Ltd est l’une des plus importante entreprise qui gagne un revenu étranger. Son chiffre d'affaires annuel est de 70 millions de yuans (8.5US millions) et l'exportation annuelle est de plus de 10 US millions.

III.4 Le camp de travaux forcés des femmes Qingsong à Shanghai

La citoyenne chinoise Li Ying vivait dans la ville de Shanghai et était diplômée de l'université de Tongji à Shanghai 1992 avec un maîtrise en gestion d'entreprise. Elle travaillait pour la Compagnie Zhonglu Management Consulting à Shanghai. Le 16 octobre 2001, elle a été détenue pour pratiquer le Falun Gong et condamnée à deux ans de travaux forcés au camp de travaux forcés des femmes Qingsong à Shanghai. Elle a été libérée le 15 octobre en raison des appels persistants de son fiancé, le citoyen australien Li Qizhong et de l'effort de secourir les pratiquants de partout dans le monde et est arrivée en Australie le 29 novembre 2003.

Li Ying fut forcée de faire un dur travail pendant sa détention au camp de travaux forcés des femmes Qingsong à Shanghai, faisant des produits pour de nombreuses compagnies chinoises et usines. En plus des jouets de peluche exportés en Italie, elle devait faire des produits pour la marque de sous-vêtements « Three-Gun ». Selon son témoignage, tous les sous-vêtements de « Three-Gun » identifiés par « examiné par le # 16 » sont faits par les détenues du camp de travaux forcés des femmes Qingsong à Shanghai. Les détenues doivent se lever à 5 heures et travaillent de 7h00 à 23h00 ou minuit. Les mains et les doigts deviennent enflés après de si longues heures de travail avec un salaire de 3 yuans (0.35$) par jour. Les détenues doivent payer des frais de pension de 75 yuans (9.00$ US) par mois qui sont déduits de leur maigre salaire.

Three-Gun Co., Ltd, est autorisé à importer et à exporter. Son produit principal est la marque de sous-vêtements « Three-Gun » qui est vendu dans plus de 70 pays et régions. Le groupe Three-Gun est également un associé de compagnies de renommées mondiales telles que Dow Corning et Dupont, desquelles il importe la technologie.

III.5. Le camp de travail No. 3 de la Province de Henan et le camp de travail des femmes Shibalihe de la Ville de Zhenzhou

La concurrence dans l'industrie des produits capillaires est très intense puisque c'est une industrie très spécialisée avec des taux minimes en termes de capital, technologie et marketing. De plus, puisque le prix du cheveux humain comme matière première et du travail constituent un pourcentage significatif du coût total du produit, les compagnies se battent pour les matières première et la main d'oeuvre à prix réduit. En conséquence, les détenues des camps, prisons et centres de travail du voisinage sont devenues les esclaves pour faire les produits capillaires bon marché. L'analyse de la situation révèle que c'est l’une des raisons principales que les camps de travail sont devenus des sites de production pour des produits capillaires de Henan Rebecca et d'autres produits capillaires de Henan.

Pour faire les produits capillaires de la province de Henan, plus de 800 détenues (y compris des pratiquantes illégalement détenues de Falun Gong) au camp de travail numéro 3 de la province de Henan et au camp de travail des femmes Shibalihe dans la ville de Zhenzhou ont été forcées à travailler jour et nuit, sous le regard des gardiens qui les menacent de torture, punition et humiliation. Elles travaillent des heures supplémentaires pour apporter le revenu de devises étrangères et plus de profit pour les camps de travail et Henan Rebecca Hair Products Inc. Pour augmenter le profit, le camp de travail numéro 3 de la province de Henan « achète »même comme esclaves les pratiquantes de Falun Gong à d’autres endroits pour 800 yuans (100.00$ US) chacune. Lorsque le camp de travail était à court des fonds et était sur le point de fermer, de nombreuses pratiquantes de Falun Gong ont été enlevées et emprisonnées à ce camp où elles ont été forcées de faire les produits capillaires, de ce fait rétablissant les affaires du camp de travail.

Selon un témoin, « le camp de travail numéro 3 de la province de Henan a reçu le prix de 'l'unité civilisée nationale de travail ' citation du Comité de droit et des politiques centrale du « Bureau 610 » et du bureau du camp de travail pour persécuter le Falun Gong. Lors de la remise du prix, trois détenues se sont évanouies d'épuisement. Qu Shuangcai, directeur du camp de travail numéro 3, persécutait brutalement les pratiquantes de Falun Gong et était récompensé par ses supérieurs. Au mois de mai 2003, il a été transféré au camp de travail des femmes Shibalihe dans la ville de Zhenzhou et promu au poste de directeur de ce camp de travail. Tout de suite, il a signé un contrat avec les produits capillaires Henan Rebecca, Inc. Il a également institué l'utilisation des camisoles de force pour torturer les pratiquantes. Quelques mois après son arrivée, trois pratiquantes de Falun Gong ont été torturées à mort. »

Avec l'aide des travaux forcés des camps de travail de Henan, dans les 10 premiers mois de l’an 2002, l'exportation de produit capillaire de la province de Henan a atteint 138.86 US millions, ce qui en fait une grande industrie avec plus de 1 milliard de yuans (125 US millions) de revenu et Henan est devenu le plus grand fabricant de produit capillaire dans le monde. L'industrie de produit capillaire a eu un taux de croissance annuel consécutif de presque 30% et les produits capillaires de Henan ont une part d'un quart du marché mondial. Possédant cinq camps de travail/usines de produits capillaires, Henan Rebecca Hair Products Inc. est le principal producteur mondial de perruques de cheveux humains.

Selon des sources, les Etats-Unis sont le plus grand marché de distribution et de consommateurs des produits capillaires dans le monde. Rebecca prend une portion importante du marché aux Etats-Unis. Les statistiques montrent que les Etats-Unis ont un besoin de 15 millions de perruques de cheveux humains, dont 10 millions proviennent de Xuchang, Henan.

III.6. Autres produits d’exportation fabriqués au camp de travail

De nombreux autres produits fabriqués par les pratiquants de Falun Gong dans les camps de travail de la Chine sont finalement exportés aux Etats-Unis et dans d'autres pays.

M. Sam Lu est maintenant un résidant d'Atlanta. Il a été emprisonné dans la province de Guangdong pendant presque deux mois en 2001. Selon son propre témoignage, Sam a été forcé de fabriquer des produits d'exportation tels que des jouets et des sacs à provisions, sans salaire. Il se rappelle encore d’un des sacs à provisions imprimées avec « La Galerie d’Art Nationale ». Sam s’est retrouvé dans une cellule d’environ 300 pieds carrés avec 20 prisonniers et une toilette à l'intérieur. Ils dormaient et travaillaient dans la cellule.

Parfois ils étaient forcés de travailler jusqu'à 2:00 h pour maintenir le rythme. Seulement deux repas par jour étaient servis. Les policiers utilisaient un fouet pour battre les prisonniers s’ils ne faisaient pas un bon travail où ne pouvaient pas maintenir le rythme.

Le même genre de tragédie est arrivé à Xuefei Zhou, l'épouse de Sam, qui a été condamnée au camp de travaux forcés pendant trois ans sans aucun procès et sans avocat seulement parce qu'elle avait distribué des dépliants dans la rue pour clarifier la vérité au sujet du Falun Gong. Xuefei a été forcée de faire de la broderie pour l'exportation. Le travail dur, la malnutrition et la torture ont presque fait perdre la vue à son épouse.

III.7. Le citoyen américain Dr. Charles Lee est forcé de faire des lumières de Noël pour exportation aux Etats-Unis

Le citoyen américain, Dr. Charles Lee, a été arrêté en arrivant à l'aéroport de Guangzhou le 22 janvier 2003. On lui a fait un procès rapide le 21 mars 2003 ou il a été condamné à une peine d’emprisonnement de trois ans pour son « intention » d'exposer les violations des droits de l'homme contre les pratiquants de Falun Gong par le gouvernement chinois. Il n'a commis ni n’a eu l’intention de commettre aucun crime. Sa seule intention était d’exposer au peuple chinois la réalité et la nature de la persécution que le gouvernement chinois leur cache.

Selon l'information des « Amis de Charles Li », lors de sa détention d’un an et demi, Dr. Lee a subi l'abus physique et mental: il a été battu, gavé, privé du sommeil, menotté pendant des jours et forcé d'observer des vidéos contre le Falun Gong comme lavage de cerveau. Ces tactiques sont utilisées pour briser son esprit et lui faire abandonner sa croyance dans le Falun Gong. Il est évident que la persécution de Dr. Lee vise directement sa croyance dans le Falun Gong.


D
u mois de juin 2004 à la fin de l’an 2004, chaque jour Dr. Lee a été forcé à faire des lumières de Noël. Parfois il était forcé de travailler de 10 à12 heures par jour, 7 jours par semaine. Ces lumières de Noël seront exportées aux États-Unis.

IV.            L'information cachée et les reportages de médias

Qu’est-ce que le monde sait au sujet des camps de travail en Chine? Est-ce que les gens achèteront toujours les exportations de la Chine s'ils savent qu'ils sont faits dans des camps de travail par des pratiquants de Falun Gong en Chine ?

Malheureusement, la mort de Mme Gao Rongrong accentue le camouflage systématique et la crainte du Parti communiste chinois que les gens sachent la vérité. Craignant la publicité du visage défiguré de Mme Gao, le département de la police municipale de Shenyang (Division de la sécurité d'État) a commencé à mettre sous écoutes les lignes téléphoniques de tous les pratiquants de Falun Gong de la région et une chasse à l’homme s’en est suivi, ayant pour résultat l’arrestation à nouveau de Mme Gao et l’enlèvement et torture d'autres pratiquants de Falun Gong.

Depuis que le Parti communiste chinois a lancé la persécution du Falun Gong en juillet 1999, le Régime communiste a utilisé ses médias d'État pour orchestrer une campagne de haine contre le Falun Gong, sans permettre aux pratiquants de s’exprimer. Le gouvernement chinois pénalise sévèrement quiconque ose défier son blocus d'information. M. Liu Chengjun, de la province de Jilin, était impliqué dans l'incident de la diffusion des programmes de Falun Gong sur le câble de télévision de Changchun le 5 mars 2002. En revange, les autorités chinoises ont ordonné une arrestation massive à Changchun peu de temps après. La police a tiré dans une jambe de M. Liu après l'avoir arrêté. Le 20 septembre 2002, le tribunal populaire intermédiaire municipal de Changchun l'a condamné à 13 ans de prison. Le 26 décembre 2003, Liu Chengjun a quitté ce monde après avoir subi 21 mois de torture en prison.

Source : http://www.cecc.gov/pages/roundtables/062305/Xu.php?PHPSESSID=8a85fef2332442cf35285a6fca0a72e7

Traduit de l’anglais au Canada le 24 août 2005

http://www.clearwisdom.net/emh/articles/2005/8/20/64095p.html