"Utiliserla raison pour prouver la Loi, utiliser la sagesse pour expliquer clairement lavraie image, utiliser la compassion pour que la Loi soit immensément répandueet pour donner le salut aux gens de ce monde" (Rationalité)


 

Nouvellesde Chine du 11 janvier 2001

 

 

Le gouvernement de Heilongjiang est si perfide qu’il se détruitlui-même et cause du tort aux innocents

 

Pourempêcher que les disciples viennent à Beijing, le gouvernement municipal de Hailindu Heilongjiang a exercé une mesure très perfide: ils ont affiché le portraitdu maître à la sorti et dans le kiosque d'une station de train en laissant lespassagers marcher dessus. Ils disposent encore des agents spéciaux dans lesstations de train qui se déguisent en pratiquants de Falun Gong. Lapersonne qui est considérée comme pratiquant est emmenée ailleurs. Cette actionnuit non seulement à l’image du gouvernement de Hailin, mais aussi au peupleinnocent. Les gens qui ne savent pas la vérité causent inconsciemment un tort àleur vie. Beaucoup plus de gens en on été victimes. Nous avons avertit legouvernement municipal de Hailin d’arrêter cet acte perfide. Nous espérons queles gens qui ne savent pas la vérité ne soient pas trompés par les méchants etqu'ils ne commettrons pas de crime.

 

Selon une autre information, leHeilongjiang suit l’exemple de la province de Jilin: Afficher le portrait dumaître à l’entrée du train, laisser les passagers marcher dessus en montant àbord. Les passagers qui refusent ce font arrêtés. Une trentaine de disciples deMudanjiang qui sont arrivés à la station du train vers 8h du matin le 30décembre, ont sauvegardé une partie du portrait du maître. Une dizaine de cespersonnes ont été arrêtée , y compris une mère avec son enfant à peine âgéd'une quarantaines de jours. A ce jour ils sont toujours détenus.

 

Le poste de police del’est de Tiannanmen est semblable à la méchanceté de Masanjia

 

A 10h environ le 29 décembre2000, aussitôt que nous sommes descendu du métro à la station de l’est deTiannanmen, 4 à 5 agents en civil nous ont interrogé en prétextant de vérifiernotre pièce d’identité. Je leur ai demandé qui ils étaient, ils m'ont doncmontrés leur carte de travail. Seule 2 personnes parmi nous se sont enfuies,les autres ont été emmenés au poste de police à l’est de Tiannanmen. Lesdocuments sur la vérité et les banderoles sur nous ont été découverts. Pour laraison que nous n’accordons pas le mal et que nous ne disons pas de nom nid’adresse sous l’ordre du directeur du poste de police, ils ont persécutéscruellement les disciples: Décharges électrique, frapper à grand coups depoings et de pieds, verser de l’eau gelée sur leurs corps, enfoncer un stylodans les doigts, frapper à l’aide d'extincteur de feu, menacer les pratiquantsde marcher sur le livre, les banderoles etc. Les personnes âgées et lesétudiants ne sont pas épargnés. Les plus cruels sont les policiers masculins,qui sous l’incitation du directeur du poste de police, insultent les femmes àleur guise. Une vieille dame de 60 ans en est aussi victime. Après, ledirecteur du poste de police à demandé aux femmes sans aucune honte :‘est-ce qu’ils t'ont enlevé les vêtements? Combien t'en ont ils enlevé?’ Despersonnes tiennent les disciples de force, puis écrivent des mots calomnieuxsur leur corps et leurs vêtements. Si nombreux sont les pratiquants détenus, sicruelles sont les persécutions exercées. Ici l' environnement est semblable àcelui de Masanjia.

 

La culpabilité del’équipe législative de la police de Yanqing à Beijing

 

Le Jour de l’An, nous sommes 8personnes de tout âges et sexe confondus qui ont été justifier le Dafa àTiannanmen. Nous avons étendu une banderole de 4 mètres de long. Les policiersont foncé en avant pour enlever la banderole et frapper les gens. Lespratiquants sont battus à terre, les policiers les tiennent par les cheveuxpour les traîner vers la voiture, les pratiquants qui résistent, sont alorsbattus à grands coups, même un enfant de 5 ans n’est pas épargné, il est jeté deforce dans la voiture. Les pratiquants disent à haute voix : ‘Falun Dafaest bon’, ‘Falun Dafa est une voix juste’, ‘la pratique est innocente’. Unpolicier donne un énorme coup de pied de toute ses forces dans le ventre d’unpratiquant, qui tombe à terre. Il est traîné de force dans une voiture. Ilssont conduits au poste de police de Tiannanmen, où il y a déjà plus de 100pratiquants. Ils récitent à haute voix ‘Lunyu’, ‘Hongyin’. 2 heures après, lespratiquants sont envoyés successivement aux postes de police situés dans labanlieue. Nous sommes conduits dans la prison de Xinjian à Changping, où unesoixantaine de personnes y sont pressés, il n’y pas de place pour s'asseoir. Lelendemain, nous sommes envoyés de nouveau dans l’équipe législative de la policede Yanqing.

Là, les pratiquants qui ne disentni leur nom ni leur adresse sont traînés dans une cour devant une porte, pourque le vent leur souffle dessus. Après quelques heures, s’ils ne parlenttoujours pas, on leurs enlève leurs manteaux leurs chaussures et leurs bas pourqu' ils continuent à geler. Le gardien policier s’assoit dans la voiture pournous surveiller, si la position debout ne répond pas à ses exigences, il vienttout de suite nous frapper par des coups de pieds. Si ils ne parlent toujourspas, on leur versent de l’eau froide à partir du sommet de la tête. nous sommesrestés debout dehors pendant une dizaine d'heures environ. Les 2 joursd’interrogation se sont passés ainsi. Les personnes ont passés une déchargeélectrique sur une vieille dame, puis ils l'ont frappé. Une bosse est apparusur sa tête, son visage est brûlé par le courant, des boutons sont apparus. Ily a des pratiquants qui ont été battus jusqu'à ce qu'ils s'évanouissent. Unméchant policier de grande taille, barbouille volontairement le portrait dumaître au noir, et le brûle devant les pratiquants; il le met sur une chaise,et ordonne aux pratiquants de s’asseoir dessus. Il le met ensuite à terre, ilpiétine le pied des pratiquants pour y piétiner dessus. Il frappe aussi cruellementles pratiquants.

 

 

http://www.minghui.ca/mh/articls/2001/1/11/zip.html#2