Ensemble des nouvelles de Chine du 14 décembre 2000

 

[Site minghui] Un matin, vers la mis novembre, une voix provenant d'un haut-parleur d'un immeuble se trouvant juste en face du centre de détention de Beijing où beaucoup de disciples de Dafa sont détenus, énonça le contenu de "Jiang Zemin ne peut se soustraire à sa responsabilité". Les pratiquants émus se sont tous mis debout.

 

Un après-midi, vers la fin novembre, les dépliants de ‘Jiang Zemin ne peut se soustraire à sa responsabilité historique’ ont été affichés sur le mur face à l’entrée du Bureaux des Anciens Cadres de Zhongnanhai. C’est une action formidable faite par les pratiquants de Dafa à Beijing pour être en accord avec le phénomène céleste de: la rectification de la loi dans l’Univers.

 

La vérité derrière ‘la pratique cause des maladies’

 

Je suis un disciple de Dafa à Beijing, en novembre 1999, un de mes proches (un homme âgé de 80 ans) est hospitalisé dans l’hôpital de Xiehe. A cause de son âge et de la gravité de sa maladie, les membres de sa famille commençaient déjà à préparer ses funérailles. Lui-même le savait. Soudain un jour, une personne inconnue est venue devant son lit, et lui a demandé précisément son état de santé et si sa famille avait des difficultés financières. Il lui a répondu qu' elle en avait. Cette personne étrangère lui a dit: "si vous pouvez affirmer que c’est la pratique de Falun Gong qui a aggravé vos maladies, et qu' elle vous a causé du tort, vos frais médicaux pourront être remboursées à 100% ". Elle lui a sorti un document où était écrit cette déclaration, pour la lui faire signée. Mais le vieux monsieur profondément honnête ne peut être acheté par intérêt. Il lui dit calmement : ‘je suis maintenant malade et si vieux ,je suis encore là aujourd'hui je n'y serai peut-être plus demain. Je ne pratique pas le Falun Gong, pourquoi irais je dire des mensonges ? Cette histoire est immorale (qui manque de De (vertu)). Subissant un affront, l'inconnu parti de sa chambre. Elle est allée ensuite, dans une autre chambre qui se trouvait a un étage plus haut. Elle a trouvé une patiente diabétique d'une quarantaine d'années. C'est une paysanne, qui a des difficultés financières. Sa maladie est grave. Une fois entendu les paroles de la personne étrangère, elle agit contre sa conscience et donne un faux témoignage, en accusant à tort le Falun Dafa et son fondateur. Ainsi : "Une pensé de l'homme peut décider de son propre avenir."

 

Un policier de la province de Xinjiang dénonce un de ses proche

 

Un policier du bourg de Manasi de la région de Xinjiang à été ignoble et sans scrupule. Pendant la visite de l’épouse de son petit frère (pratiquante de Falun Gong) et de son enfant à la maison familiale, il s'est mis a fouillé son sac pendant son absence, et a trouvé deux documents de Dafa. Pour accomplir un exploit, il a tout de suite remis les documents au bureau de police, en leur révélant où domiciliait sa belle sœur . Ayant obtenu l’ordre d'arrêter sa belle-sœur pour 2 jours, il a immédiatement emmener en voiture des gens en direction de la maison familiale (la maison de ses parents), pour arrêter sa belle-sœur. Heureusement, cette pratiquante a pu s'échapper à temps. L'arrestation n’a pas pu être réaliser . L’enfant de cette pratiquante n’a que 2 ans, son mari a été envoyé dans un centre de rééducation par le travail parce qu'il persistait à pratiquer le Falun Gong. Cette pratiquante a été surprise que son beau-frère soit aussi cruel, et qu' il ne soit pas conscient d'avoir commis des actes aussi mauvais

 

La police menace un jeune disciple de 12 ans par ouvrir le feu

 

Wang Jianming (12 ans), disciple de DAFA de la ville de Jixi (province de Heilongjing), est allé clarifier la vérité à la ferme 8510 avec d’autres pratiquants au début du mois décembre. Il a été arrêté par la police de la ferme 8510 pendant qu' il distribuait des documents. Après avoir été battu, il a été emmené au poste. Un policier une arme a feu chargée en main; a demandé au jeune disciple de Dafa : ‘tu sais qu’est-ce que c’est?’ Le disciple de Dafa a répondu : ‘C’est un pistolet’ le policier a dit : "Si tu ne parle pas, j’ouvre le feu." un autre policier ayant pris peur dit : ‘Tu n’ouvres surtout pas le feu’. On voie à quel degré de perversité on atteint les policiers de nos jours, ils menacent même d'ouvrir le feu sur un enfant de 12 ans qui pratique ‘Vérité, Bonté, Patience. C’est un manque grave au devoir et une violation sérieuse de la loi. Nous espérons qu'il y aura de plus en plus des gens à se porter en avant pour étouffer les forces du mal.

 

http://minghui.org/gb/0001/Dec/14/news_china_121400_shishi.html