Enseignement de la Loi au séminaire sur la création des beaux-arts

(LI Hongzhi, le 21 juillet 2003 à Washington DC)

 

Tous les élèves ici présents créent des œuvres d’art, ils ont tous des compétences professionnelles. Je vais parler de ce qui me vient à l’esprit, je ne parlerai que du point de vue du principe de la Loi. Les beaux-arts sont très importants pour les êtres humains, tout comme les autres formes de culture humaine, dans la société humaine ils peuvent jouer un rôle directeur sur les conceptions des êtres humains, ils peuvent influencer la conception esthétique des êtres humains. Qu’est-ce que la beauté et quel est le juste sentiment de la beauté que les êtres humains doivent avoir, cela est étroitement lié aux critères de base de la moralité des êtres humains. Si les gens prennent les choses qui ne sont pas belles pour belles, alors la moralité des êtres humains est arrivée à sa fin.

 

La moralité humaine à différentes périodes peut connaître certains changements. La moralité humaine influence elle-même l’art de l’humanité, et l’art en retour influence aussi les êtres humains. Vous avez déjà vu dans les arts d’aujourd’hui, que de nombreuses choses sont fabriquées selon la conscience moderne et les êtres humains d’aujourd’hui ont de loin dépassé la limite et les critères de moralité que les êtres humains sont sensés avoir, c’est pourquoi les soi-disant arts qui ont été fabriqués ne sont déjà plus une culture humaine. Car ils n’ont pas été créés avec raison, avec lucidité, ce ne sont pas des choses vraiment merveilleuses de l’être humain, issues d’une compréhension juste de la beauté artistique ayant la pensée droite et la pensée bienveillante de l’être humain. Dans ce cas, c’est une dépravation de l’art. S’agissant de l’art actuel, au sens strict, cela ne relève déjà plus des choses de l’être humain. J’ai souvent constaté que certaines soi-disant œuvres d’art moderne, voire des œuvres très célèbres, sont en réalité des produits de nature démoniaque. Non seulement elles sont de nature démoniaque, mais beaucoup de personnes à la recherche de l’inspiration quand elles peignent sont déjà en quête d’un comportement diabolique, à la longue leur mentalité devient assurément obscure et étrange. Les artistes savent tous cela, l’état psychologique au moment de créer ce genre de chose est de laisser agir l'aspect malveillant de la nature humaine, jusqu’à aller chercher intentionnellement une réaction psychologique perverse. Donc ces choses du soi-disant art moderne en général ne sont pas bonnes, car ce n’est pas uniquement nuisible à la personne qui peint, cela cause une nuisance psychologique aux gens qui les admirent, cela joue aussi un rôle destructeur très grave sur les conceptions morales des êtres humains.

 

Cependant les disciples de Dafa, dans leur Xiulian et leur vie quotidienne, ne peuvent pas non plus se séparer de l’environnement social des gens ordinaires, dans ce courant de conception, les gens modernes sont aussi influencés par cet environnement. Beaucoup de disciples de Dafa avant d’avoir étudié Dafa ont suivi un enseignement et exercé l’art moderne. Bien sûr à mon avis, que vous ayez exercé l’art moderne ou exercé un authentique art traditionnel que de véritables êtres humains sont sensés avoir, les techniques de base que vous avez apprises dans le passé devraient être les mêmes, donc les disciples de Dafa doivent absolument comprendre clairement quels sont les arts que les êtres humains doivent avoir, ainsi vous pourrez agir selon les critères de l’art pur et droit de l’être humain, vous pourrez créer de bonnes choses.

 

Alors pourquoi aujourd’hui avons-nous cette réunion ? Je vous le dis, toutes les choses que les disciples de Dafa font dans l’histoire d’aujourd’hui sont extrêmement cruciales. Hier je l’ai encore dit, j’ai dit que tout ce que font les disciples de Dafa, dans un futur proche la société humaine prendra cela comme exemple. Maintenant, pendant la rectification de la loi, tout dans ce monde tourne autour de Dafa, c’est certain, car les Trois Mondes sont créés pour la rectification de la loi. Pourquoi aujourd’hui est-ce que je vous parle de ces choses ? C’est parce que les disciples ayant ce genre de compétences artistiques sont pourvus de capacités, ils sont pourvus d’énergie, si les choses que vous faites ne sont pas droites ou bien ne sont pas suffisamment droites, dans ce cas vous pouvez accentuer ces facteurs qui ne sont pas droits et influencer davantage la société des êtres humains. Tout au long du Xiulian, vous vous rectifiez vous-mêmes en vous cultivant, en vous cultivant vous éliminez tout ce qui n’est pas bon, vous devez être de bonnes personnes où que vous soyez, alors dans le domaine artistique vous devez aussi être de bonnes personnes, dans vos œuvres vous devez aussi manifester la magnificence, la droiture, la pureté, la bienveillance et la clarté.

 

Lorsque la moralité de la société humaine dégringole jusqu’à ce point, les conceptions des êtres humains connaissent aussi ce genre de changement. Lorsque le changement et l’évolution en sont arrivés à cette étape, si on veut que l’être humain retrouve le chemin par lui-même, ce n’est plus possible. Aucun être humain, aucune théorie, aucun moyen ne peut permettre à l’être humain de retourner, il n’y a que Dafa qui puisse le faire. Vous me suivez ici c’est pour sauver les êtres, en même temps, pour nous dans la signification de sauver les êtres est compris aussi sauver la moralité humaine et comment ces êtres humains sauvés vont exister dans le futur, vivre dans le futur et dans quel état ils vivront. C’est-à-dire que les disciples de Dafa non seulement sont en train de sauver les êtres, mais ils créent aussi pour les êtres du futur un véritable chemin d’existence propre aux êtres humains. C’est ce que les disciples de Dafa sont en train de faire pendant la validation de la Loi.

 

J’ai dit que les Trois Mondes existeront pour toujours. Comment existeront-ils ? C’est ce que je vais faire lorsque la Loi rectifiera le monde humain. Néanmoins les choses que les disciples de Dafa font aujourd’hui sont sans exception très importantes, ce sont toutes des bases créées pour les êtres humains du futur, pour la culture du futur. Tout de l’époque contemporaine des êtres humains est en désordre, il ne reste pratiquement rien de ce qu’un être humain traditionnel est sensé posséder, il n’y a plus de choses pures et droites. Heureusement nos ancêtres ont laissé encore certains héritages culturels, ils n’ont pas tous été détruits, particulièrement dans le domaine des beaux-arts, on a laissé les apprentissages de certaines techniques essentielles, de sorte que les êtres humains retournant à une voie humaine, elles permettent à ceux qui apprennent les beaux-arts de maîtriser certaines des choses les plus essentielles. Alors comment utiliser ces choses les plus essentielles pour s’engager sur une voie véritablement humaine ? Comment pouvoir créer de bonnes choses ? A mon avis, avec ces techniques de base comme fondement, en y ajoutant la véritable magnificence bienveillante, droite et pure que les disciples de Dafa ont comprise pendant leur Xiulian, vous pourrez alors exprimer de bonnes choses.

 

En parlant de ceci, je veux aussi parler un peu de la situation de l’évolution de l’être humain et du processus de l’évolution des arts de l’humanité que j’ai observés.

 

En réalité, que ce soit les arts orientaux ou occidentaux des êtres humains, tous sont passés par un processus de formation, d’existence et de détérioration. L’art oriental et l’art occidental s’engagent sur deux chemins différents, c’est l’exprimer dans le langage humain, en fait ce sont des manifestations concrètes dans le domaine de la vie artistique chez les humains – vies aux plus bas niveaux des deux grands différents systèmes de l’univers - c’est-à-dire les manifestations des choses de chacun de leur propre système cosmique au plus bas niveau, ici chez les hommes. En réalité, dans l’univers il y a de nombreux grands firmaments différents, vraiment nombreux, ce sont tous des corps célestes indépendants et immenses. Chaque grand firmament a sa propre structure particulière qui montre des styles différents dans chaque domaine, exprimé en langage humain, ils ont chacun des caractéristiques artistiques différentes. Dans chaque immense corps céleste existent des principes différents provenant d’un éveil juste après avoir compris le principe de Loi fondamental Zhen Shan Ren. Ainsi des systèmes différents de corps célestes ont chacun les caractères particuliers de leur propre système, cela se manifeste concrètement dans les structures du ciel et de la terre, la situation écologique, les formes de vie, les accessoires décoratifs pour les êtres vivants, les styles architecturaux, les formes de manifestations des animaux et des végétaux, etc., tous ont leur façon particulière et juste d’exprimer la beauté, d’exprimer l’amitié et la gratitude. Parmi tant de créations des systèmes cosmiques, il y a essentiellement les formes d’expression des vies de bas niveau appartenant à deux systèmes qui sont transmises ici chez les êtres humains, comprenant l’art oriental et l’art occidental. Mais dans le corps de firmament immense ça ne se limite pas à cela, ce que je voulais dire, il n’y a que ces deux systèmes qui ont été transmis jusqu’à l’être humain.

 

S’agissant de ces deux systèmes artistiques des êtres humains, ils ont tous un processus de transmission de plusieurs milliers d’années dans les cultures nationales orientales et occidentales, mais les styles de ces deux arts sont totalement différents, ils diffèrent en matière de techniques, de mode d’expression, d'impressions et de sensations visuelles. Depuis le début de son processus de transmission, l’art chinois est fondé sur une culture semi-divine, la moitié de l’importance n’est pas mise sur la surface humaine mais sur l’expression de la grâce divine et sur le sens profond, c’est pourquoi ce caractère se manifeste dans toute la culture, particulièrement dans le domaine des beaux-arts, on n’insiste pas sur l’expression superficielle détaillée, on accorde de l’importance à l’expression d’une idée, l’expression de son sens profond. Quant à l’art occidental, il est aussi transmis par les divinités aux êtres humains, mais on insiste sur la culture superficielle de l’être humain, il met en avant l’excellence, la précision, la finesse et le travail divin de similitude au niveau de la technique, il met l’accent sur la représentation des techniques de l’espace superficiel de l’être humain, c’est pourquoi dans leurs œuvres d’art, l’expression superficielle d’un objet peut être très fine et précise, donc les styles de l’art occidental et chinois s’engagent sur deux chemins différents. Dans le processus de l’évolution, l’art occidental a été hérité de la civilisation précédente. En fait, l’art occidental a toujours gardé depuis les civilisations précédentes une transmission académique, il y a eu des écoles, des théories, des exercices réglementés, donc il s’engage sur un tel chemin. La transmission de l’art oriental, se fait toujours parmi le peuple, parmi les lettrés ou les artisans ou bien les gens qui cherchent le Tao, il n’y a pas de théories systématisées, ni d’écoles, ni d’exercices réglementés, on s’appuie totalement sur l’expérience personnelle pour s’exprimer dans l’œuvre, surtout pour les œuvres de sculpture. En raison des caractéristiques culturelles des Chinois, dans l’expression de leurs peintures et sculptures, c’est ce caractère culturel des Chinois qui est essentiellement à l’oeuvre, elles en expriment l’esprit sans le savoir. Donc de ce point de vue, il y a une très grande différence dans leur moyen d’expression. Considéré de la perspective de la surface de l’être humain, la technique de l’art occidental s’avère très minutieuse, elle exige une précision dans le traitement de l'ombre et de la lumière, de la structure, du rapport de perspective, en particulier quand il s’agit de la structure du corps humain, elle l’exprime vraiment précisément. Tandis que pour les beaux-arts de la Chine ancienne, étant donné qu’il n’y a pas de théorie systématisée ni de recherche spécialisée, les structures les plus superficielles d’un objet sont exprimées avec un manque de précision.

 

Le chemin de l’art suit toujours le commencement, l’apogée et le déclin, toute la culture des êtres humains suit aussi cette direction. Tout de l’humanité se trouve à l’intérieur de la formation, l’existence, la détérioration et la destruction qui font partie de la nature de l’ancien univers, c’est pourquoi lorsque la moralité des êtres humains ne va plus, rien ne va plus, tout doit être recommencé, pour les êtres humains c’est une tribulation, tout se termine, tout va recommencer, va de nouveau vers le sommet et de nouveau décliner, c’est un cycle répétitif.

 

Comme dans les beaux-arts de la Chine ancienne il n’y avait pas de recherches systématiques ni d’apprentissage spécialisé, en général les rapports de perspectives du corps humain et des objets manquaient de précision. Après la fin de la dynastie Qing, beaucoup de gens exerçant les beaux-arts chinois avaient aussi acquis des bases techniques essentielles dans les beaux-arts occidentaux, dans leurs œuvres, la forme extérieure apparente devient juste, ce genre d’œuvres est apparu. Mais arrivé à l’époque contemporaine, surtout dans les vingt dernières années, la Chine a aussi été influencée par la conscience moderne, les œuvres sont devenues de moins en moins convenables. Les conceptions ont changé suivant le changement idéologique des gens, si la pensée droite de l’homme ne joue pas un rôle directif, s’il dépend totalement de sa conscience superficielle et ne s’appuie pas sur la compréhension de sa véritable pensée, si on n’a pas une réflexion lucide sur son véritable soi, c’est comme s’il n’y avait plus d’âme. La conscience de l’homme est formée après la naissance dans la peau superficielle de l’homme, elle se manifeste comme une réaction subconsciente devant quelque chose. La conscience n’est pas stable, elle peut changer à tout moment, suivant le changement de condition extérieure et le changement de conjoncture sociale, si on s’appuyait totalement sur cette chose, on n’aurait plus de pensée maîtresse, on serait dans un état non systématisé, non normalisé, n’ayant pas de pensée droite, n’ayant pas de véritable soi. Les choses fabriquées dans cet état de conscience sont soi-disant de l’art moderne ou de soi-disant œuvres d’art moderne. Le début de l’éclosion de ces choses ce sont ces choses apparues à la première période de l’Impressionnisme et de l’art abstrait en occident. Lorsque vous regardez calmement ces choses, c’est sûr qu’il semble que la pensée véritable de l’homme n’est pas présente elles sont faites en suivant la conception superficielle de l’homme, qui n’est pas systématisée, ni normalisée, ni régulière, ni continuelle, les choses qu’elles expriment on ne sait de quoi il s’agit, elles ne peuvent pas procurer un sentiment de beauté aux gens, elles suivent la conscience superficielle de l’homme. Les œuvres qu’ils ont faites à l’époque montrent des nez tordus, une moitié de visage, un pied tordu vers l’arrière, dès le début ces choses-là ont été produites en abandonnant la pensée maîtresse et la pensée droite, c’est le résultat des conceptions post-natales de l’homme qui contrôlent les membres de la personne. C’est seulement en abandonnant la conscience maîtresse de l’homme, en laissant les conceptions de l’homme en surface jouer leur rôle à leur guise, qu’on peut fabriquer ce genre de choses. L’apparition de ces choses a presque détruit le niveau le plus haut et le plus parfait de l’art occidental de toute l’humanité, à l’époque contemporaine cela a influencé la Chine.

 

Et ça c’était seulement le début de l’art moderne, étant donné que les conceptions humaines, en suivant la moralité de toute la société qui devient de plus en plus dépravée, ne demeurent pas à un endroit, elles dégringolent aussi en conséquence Ces choses des Impressionnistes et de l’art abstrait du début ne s’occupaient pas du tout du rapport juste de la perspective, de la transition entre lumière et obscurité, ni de la précision de la structure, elles poursuivaient de plus en plus de soi-disant sensations personnelles et cette sorte de laisser aller irrationnel était pris à tort pour une libération de la nature humaine. Cela consiste en une véritable restriction de la nature innée et c’est un laisser aller de la conscience post-natale dépourvue de son véritable soi. Au niveau des couleurs ce sont des barbouillages intenses c’est totalement une sensation de laisser aller aux conceptions dénuées de toute pensée rationnelle et lucide, alors que les conceptions sont formées après la naissance, elles ne sont pas la véritable pensée de l’homme, elles sont irrégulières, non structurées et non systématisées, c’est pourquoi les choses qu’ils ont barbouillées sont aussi comme cela et visuellement complètement discordantes. Arrivé à la période tardive, comme les conceptions morales de l’être humain ont dégringolé de plus en plus, [les artistes] sont entrés dans une conscience encore plus inférieure et ce genre de conscience inférieure ne s’est pas limité à la conception humaine. Lorsque la pensée maîtresse de l’homme et son véritable soi renoncent à contrôler la surface de l’être humain, des êtres vivants venant de l’extérieur peuvent profiter de l’occasion pour entrer. Arrivé à ce stade, une conscience extérieure maîtrise déjà le cerveau du corps humain, c’est pourquoi au niveau des couleurs apparaissent des expressions plus sombres, plus obscures, même la lumière est assombrie, c’est totalement l’expression d’un état d’esprit de nature humaine décadente. Quand cela a dégringolé encore plus, ils ont été poussés par la recherche de la notoriété et de leur intérêt personnel dans la société, en quête d’un total abandon d’eux-mêmes, à ce moment-là ils ont abandonné même leurs conceptions post-natales. Dans ce cas, la coquille est complètement dépourvue de son propre soi et est 100% contrôlée par des consciences venant de l’extérieur, et ces consciences extérieures pour la plupart sont des êtres vivants du monde obscur, des monstres et des fantômes en grande partie. C’est aussi un changement de conjoncture céleste au moment où la moralité humaine ne va plus. Lorsqu’un être humain peint, il est contrôlé par des êtres vivants de nature Yin, les choses qu’il peint en apparence montrent le monde obscur et les objets du monde obscur. Dans beaucoup de peintures, d’un coup d’œil vous pouvez voir qu’elles expriment un monde de fantômes, il est brumeux, ténébreux et flou, ces soi-disant personnages dans le tableau ressemblent à des spectres. La terre est celle du monde obscur, le ciel est celui du monde obscur, pourquoi les gens apprécient-ils une telle sensation ? N’est-ce pas parce que ces gens sont dépourvus des pensées droites de l’être humain ? Ne recherchent-ils pas l’obscurité ? N’est-ce pas justement une grande dépravation de la moralité humaine ? Et encore ce ne sont que les êtres humains qui se sont dirigés et sont allés dans un espace à un niveau plus bas que celui de l’être humain. Comme la moralité de l’être humain dégringole toujours, de nos jours l’art est en train de devenir une manifestation bien réelle de la nature démoniaque de l’être humain, les arts sont devenus un outrage à l’art sacré, ils sont déjà devenus complètement des instruments qui donnent libre cours à la nature démoniaque, ce qu’ils expriment, ce sont des esprits malins, des démons, des spectres et des monstres. Les artistes eux-mêmes admettent aussi que ce sont des immondices, mais dans le courant de l’art ce sont les choses qui ont pourtant le plus de valeur. Comment des immondices peuvent-ils être ce qu’il y a de meilleur ? Car les conceptions des gens ont été complètement inversées, donc ils considèrent les immondices comme ce qu’il y a de meilleur.

 

C’est l’histoire des beaux-arts de l’homme, je viens de parler d’un processus global. Maintenant je vais poursuivre la discussion à partir de l’art occidental. Le saviez-vous ? Pourquoi a-t-on fait que les Français se sont rendus pendant la deuxième guerre mondiale ? Les Français n’avaient-ils pas la capacité de se battre ? Cette nation n’avait-elle pas eu comme héros Napoléon et Louis XIV dans le passé ? Cette nation n’avait-elle pas connu une histoire glorieuse ? Les guerres parmi les êtres humains sont contrôlées par les divinités et elles ont lieu pour des raisons précises, il n’est pas permis que quelque chose ait lieu seulement parce que l’homme le veut. La France ne s’était pas directement lancée dans les combats de la seconde guerre mondiale, le but des divinités était de vouloir sauvegarder les œuvres d’art uniques de cette civilisation humaine qui se trouvaient en France, ces œuvres d’art sont aussi l’art le plus glorieux dans le cycle de cette civilisation humaine, méritant le plus d’être une fierté pour les êtres humains, c’est véritablement l’art le plus traditionnel et le plus parfait pour l’être humain. Si les combats s’étaient déclarés, les œuvres d’art conservées au Louvre et à Versailles, etc., auraient totalement disparu et l’art dans les rues de Paris aurait cessé d’exister aussi. Ce sont les divinités qui voulaient laisser ce peu de choses aux êtres humains, leur intention étant de permettre aux êtres humains dans le futur de pouvoir les prendre comme référence et ainsi retrouver l’art propre à l’être humain, en plus les disciples de Dafa peuvent aussi arriver à retrouver le chemin basé sur ces techniques fondamentales de cet art traditionnel juste.

 

Dans l’art occidental, durant les dernières civilisations, c’est toujours à travers l’apprentissage méthodique que les gens ont de nouveau mûri et ont retrouvé le chemin de la civilisation précédente. Mais après qu’une civilisation précédente soit détruite, il y a une période pendant laquelle les techniques de base manquent de maturité. Vous pouvez constater dans les œuvres d’art en Occident, par exemple pour les œuvres avant la Renaissance et les œuvres de la Renaissance, les œuvres après la Renaissance et les choses de l’époque contemporaine, il y a un tel processus. Avant la Renaissance, en parlant de façon générale, la qualité artistique des œuvres manque de maturité, leur composition, leur structure, leurs proportions, leurs couleurs, etc. … comme vous le voyez, donnent l’impression d’un manque de maturité. Que ce soit dans les peintures, les dessins, les sculptures, toutes manquent de maturité. Mais comme les gens ont déterré certaines choses de la civilisation de l’époque précédente au cours de fouilles archéologiques, certaines étaient des sculptures de dieux, il y avait aussi certaines autres sculptures de la précédente civilisation de la Grèce antique, ce sont toutes des œuvres vraiment mûres et parfaites. Parce que des bases de la civilisation antique existaient, l’art occidental a atteint très rapidement sa maturité. Parce qu’on pouvait étudier et comparer avec des choses antérieures, l’art occidental a donc mûri rapidement ; après la Renaissance, si Léonard de Vinci et d’autres artistes sont apparus, c’était aussi l’intention des divinités qu’ils guident les êtres humains vers une maturité dans l’art et leur disent comment accomplir ces œuvres, ce qui fait qu’à l’époque leurs œuvres ont eu une très grande influence sur l’humanité. Mais l’art moderne contemporain est aussi arrangé par d’autres sortes de divinités, c’est ce groupe de forces anciennes qui aujourd’hui manipule la rectification de la loi. Pourquoi est apparu un Van Gogh ? Pourquoi est apparu un Picasso ? Elles ont aussi arrangé que ces gens-là viennent, mais ils étaient là pour jouer un rôle négatif, l’objectif est qu’au moment où la moralité de l’être humain dégringole, on fasse en sorte que tout ce qui est dans la culture de l’être humain soit corrompu en même temps. Donc ces deux personnes sont venues pour troubler l’art de l’être humain, c’est-à-dire que leur venue avait pour but de corrompre l’art de l’être humain, elles sont complètement venues pour détruire l’art de l’être humain. C’est à cause de cette base qu’ils ont établie en ce temps-là pour le soi-disant Modernisme que l’art de l’humanité a pu atteindre aujourd’hui un tel état de nature démoniaque.

 

A l’époque, lorsque l’art traditionnel en Occident a été attaqué par le soi-disant Impressionnisme, c’est juste le moment où est apparu la photographie. Dans le débat, pour ces soi-disant Impressionnistes, le propos le plus typique fut : « Quelle que soit la précision dans vos peintures, peuvent-elles être plus précises qu’une photographie ? ». Donc à cause de cela, ils ont rejeté la peinture d’objets identiques au modèle, qui étaient peints de façon réaliste, de façon traditionnelle et standardisée. En réalité, l’art traditionnel est pour l’être humain une recherche de la perfection de haute qualité, il n’y a pas de limite à cela. Les espaces de l’art traditionnel sont très vastes, parce que dans une œuvre parfaite non seulement il y a de la vie, mais en réalité le vécu de la vie personnelle et la personnalité de l’auteur lui-même y sont aussi inclus. Toutes les choses avec lesquelles l’auteur est entré en contact dans sa vie, les connaissances et les techniques maîtrisées de chaque discipline qu’il a acquises au cours de sa vie, peuvent toutes se manifester dans ses œuvres. C’est pourquoi pour un même objet, chacun peut dans ses œuvres s’exprimer de manière différente, que ce soit au niveau des couleurs, des expressions du visage, jusqu’au degré de maîtrise quant à la technique. Parce que chacun a des vécus différents dans sa vie, les caractères de chaque auteur sont différents, tout cela amène des différences dans leurs œuvres. De plus ce qu’ils veulent exprimer, ce sont les manifestations merveilleuses de l’univers infini et des vies de règnes encore plus élevés jusqu’aux divinités et jusqu’aux mondes des divinités, donc c’est une grande voie radieuse infinie. Souvent les artistes qui excellent dans la peinture et dans la sculpture, comme leur pensée se concentre principalement sur leur art, donc pour la plupart ils n’excellent pas dans la parole, tandis que ceux qui ne savent pas bien peindre ni sculpter savent cependant bien parler, ces gens s’efforcent de faire passer leurs arguments boiteux et leur raisonnement tordu, avec l’argument de la photographie ils ont vraiment réussi à renverser l’art traditionnel et petit à petit on en est arrivé à ce point aujourd’hui. Bien sûr en ce temps-là, si on voulait renverser l’art traditionnel, cela ne pouvait pas être fait par quelqu’un qui ne connaissait rien aux beaux-arts et qui était incompétent dans les beaux-arts, c’est pourquoi les arrangements de l’époque faisaient que les quelques représentants du Modernisme ont maîtrisé les techniques de base dès leur plus tendre enfance, de cette façon ils ont pu tromper encore plus les gens de ce monde.

 

Du fait des débats entre le bon et le mauvais menés entre l’Académie et les Impressionnistes et les Abstractionnistes du début, du fait de la dégradation des valeurs morales humaines et des conceptions humaines qui nient les vrais arts sacrés de l’homme, il fallait que les artistes traditionnels se frayent un petit espace pour leur survie, donc maintenant on appelle l’art traditionnel le « Réalisme ». Mais dans le passé il n’y avait pas ce genre d’expression. La raison pour laquelle les divinités ont transmis l’art aux hommes, c’est pour qu’ils puissent exprimer la bonté et la beauté respectées par les êtres humains, cela a joué un rôle positif sur la moralité humaine. Du fait de la dépravation de la moralité humaine, l’art traditionnel de l’être humain a été exclu du palais de l'Académie officielle par le courant de développement de la nature démoniaque, pour pouvoir survivre l’art traditionnel est devenu le Réalisme et c’est comme ça que l’expression de Réalisme est arrivée.

 

Actuellement tout de l’être humain avance de cette façon dans le sens inverse, avez-vous remarqué ? Ceux qui ne savent pas placer leur voix, ceux qui ne connaissent pas la théorie de la musique, ceux qui n’ont pas de techniques de base de danse sont devenus des vedettes de la chanson et de la danse. Mais les vrais artistes ne peuvent eux plus vivre de leur métier ; même ceux qui savent comment couper les cheveux sont exclus et doivent exercer dans les rues et ceux qui ne savent pas couper les cheveux travaillent eux dans des salons très luxueux. Toutes les choses dans l’humanité sont en train de dégringoler dans le mauvais sens et se dirigent de cette façon vers la dépravation. Et ce que ces soi-disant Modernistes recherchaient auparavant, c’était une sensation personnelle, qui plus tard les a amenés à perdre le contrôle de leur propre soi et maintenant ils livrent leur corps aux démons pour qu’ils les contrôlent, comment quelque chose de bon peut-il sortir de cela ? Ils prennent quelque chose du Modernisme et l’accrochent là pour que les gens le voient : « Ah, regardez comme cette peinture est bien ? » S’ils n’en parlaient pas, personne ne saurait où il y a du bien là-dedans, mais le bien dont ils parlent est cependant de nature démoniaque, de plus il contient une telle naïveté de l’art, à un point risible. Si votre pensée ne le suit pas dans sa nature démoniaque, vous ne saurez pas voir les prétendues bonnes choses dont il parle. En réalité ces choses sont toutes des immondices nuisibles aux être humains.

 

Bien sûr, il y a pas mal de gens qui suivent cette vague de courant par imitation, mais la plus grande partie du public ne comprend pas ces choses du Modernisme. Si vous dites que tout cela ce sont des immondices, les gens qui fabriquent ces choses diront alors que plus cela ressemble à des immondices, meilleur c’est. Vous avez tous entendu dire qu’un soi-disant artiste en Chine mangeait de la chair d’enfants morts, n’avez-vous pas entendu ce reportage il y a quelque temps de cela ? C’est précisément à cause de la recherche de la nature démoniaque que l’on en est arrivé à ce point, n’est-ce pas effrayant si tout cela continue encore à se développer ? Si les arts de l’humanité continuent ainsi, nul besoin de décrire ce qu’il adviendra d’eux dans l’avenir.

 

Ensuite je vais parler un peu de ce sur quoi devraient s’exprimer les arts dans l’humanité. Est-ce que les arts dans l’humanité ont pour but d’exprimer l’homme lui-même ? les paysages ? les divinités ? ou les démons ? Vous devriez savoir que le véritable art dans l’humanité est d’abord apparu dans les temples des divinités. Une autre raison pour laquelle les divinités ont transmis ce genre de culture à l’homme, c’est pour que l’homme voie combien les divinités sont grandioses, pour qu’il croie que le bien et le mal recevront leur juste rétribution, que ceux qui font du mal recevront le mal, que l’homme bon recevra des bienfaits et que les pratiquants monteront aux Cieux. L’apparition de l’art occidental a commencé dans les églises ; à l’époque primitive en Orient les statues sculptées étaient celles de divinités et les peintures les plus anciennes et les plus primitives transmises en Chine étaient toutes la représentation de divinités. Y a-t-il une limite lorsque l’homme peint les divinités ? Il n’y a pas de limite. Dans l’immense univers, tout ce qui est dans la voûte céleste immense, lorsque l’homme croit vraiment dans les divinités, lorsqu’il va vraiment décrire les divinités, les divinités peuvent se manifester à l’homme. C’est le plus parfait, le plus sacré, c’est aussi l’aspiration de l’humanité et également sa destination la plus merveilleuse, dans ce cas la manifestation des œuvres sera sans limite.

 

Vous le savez, lorsque l’homme veut peindre des divinités, il doit prendre un homme comme modèle. Cela ne pose pas de problème, parce que l’homme a été créé par les divinités selon leur propre image, il n’y a pas de problème lorsqu’on exerce la technique de base en prenant un être humain comme modèle. L’homme dessine un homme, ce n’est pas non plus interdit, on peut le faire, parce que l’homme est après tout la partie principale dans ce monde. Il y a encore moins de problèmes lorsqu’on peint des paysages. Cependant le cœur de la création des beaux-arts pour l’être humain doit être les divinités. Pourquoi parle-t-on ainsi ? Réfléchissez tous, l’homme a du karma, en tant que disciples de Dafa, vous le savez tous, tout ce qui est peint par les gens contient des éléments propres à l’auteur. Dans une œuvre artistique, toutes les informations sur cet artiste, toutes les informations sur le modèle peint sont contenues dans cette peinture. Quand un être humain ordinaire dessine un trait, je sais tout de suite qui est cette personne, quel genre de maladie elle a, combien de karma elle a, son état d’esprit, sa situation familiale, etc. Le sujet peint manifeste aussi pleinement dans la peinture toutes ses pensées et tous les éléments sur son corps, y compris la quantité de son karma. Si on accroche la peinture de cette personne dans la maison, alors le karma de la personne dans la peinture peut émaner de la peinture, en accrochant une telle chose à la maison, est-ce qu’on est en train d’en bénéficier ou d’en être victime ? Le karma sera émis et diffusé, relié à cette personne, il se diffusera de façon continuelle dans la maison de la personne qui a accroché cette peinture. Les gens ne peuvent pas voir le lien de connexion entre les objets et en réalité les gens peuvent vraiment se sentir mal à l’aise.

 

Mais quand un être humain veut peindre des divinités, réfléchissez tous : les divinités sont radieuses, grandioses et émettent une énergie bienveillante et compatissante, cela est bénéfique aux gens et les gens qui peignent et créent des sculptures peuvent tous recevoir des bienfaits au cours de la création de leurs œuvres, en même temps l’auteur peut aussi engendrer la pensée bienveillante au cours de la création d’œuvres artistiques de divinités, à partir de cela les divinités peuvent l’aider à renforcer ses pensées droites, à éliminer le karma sur son corps et le karma des pensées. De cette façon lorsque les gens voient ce genre d’œuvres, ils peuvent en bénéficier, leur esprit s’élargit, ils auront des pensées bienveillantes dans leur esprit et cela permettra à leur caractère de devenir plus noble. Lorsque les divinités voient que l’homme est pourvu de pensées droites, elles peuvent en conséquence aider l’homme à éliminer ses malheurs. Dans ce cas, qu’est-ce qui sera le mieux pour les êtres humains ? Moi, justement je préfère voir ces œuvres traditionnelles, ces fresques au plafond, ces peintures murales représentant les divinités et des sculptures de divinités. Après les avoir regardées, j’ai souvent l’impression que les êtres humains ont encore l’espoir de retourner sur leur chemin, parce que ces œuvres expriment la grandeur divine, les divinités de l’autre côté de cette statue de divinité peuvent aussi véritablement offrir des bienfaits aux hommes. Alors en comparaison ne pensez-vous pas que l’art de l’humanité devrait principalement décrire les divinités ?

 

Bien sûr, les arts de la société moderne ne se limitent pas à la peinture et à la sculpture, il y a aussi l’artisanat, la publicité, la mode, l’art théâtral, la télévision, la production cinématographique, les produits de design, etc. Il y a une pléthore de professions relatives à l’art, en d’autres termes, elles ont toutes un lien avec les beaux-arts. Mais quel que soit son métier, si l’artiste lui-même a établi une base droite, lorsque vous allez créer des œuvres, les éléments droits vont émaner de vos œuvres, ce sont des choses merveilleuses, bienveillantes, qui peuvent apporter des bienfaits aux gens. C’est sûr. Globalement, c’est ce que j’ai vu dans l’art de l’humanité.

 

Tout à l’heure j’ai parlé de l’art occidental et oriental, y compris la sculpture. En parlant de la sculpture, en fait, je voulais aussi parler un peu de l’origine des sculptures en Orient et de leur parcours à travers l’histoire, je ne parle que de la situation au cours de ce cycle de civilisation. Avant que la religion bouddhiste ne soit transmise en Chine, les styles de nombreuses sculptures avaient un lien avec la culture du cycle précédent (avant le grand déluge), donc le style artistique est complètement différent de celui de la période après que la religion bouddhiste se soit répandue dans la Terre du Milieu. A strictement parler, les œuvres de sculpture orientale représentatives de ce cycle de civilisation humaine doivent se faire l’interprète des Bouddhas, des Bodhisattvas et des divinités de la religion bouddhiste. Les techniques de création pour ces œuvres de l’époque première proviennent de l’Inde et les techniques de création en Inde à leur tour ont été léguées pendant la période de croyance aux Bouddhas qui a précédé la religion bouddhiste hindoue de ce cycle et les Bouddhas du cycle précédent auxquels les Hindous croyaient, les techniques de création ont été transmises en Inde à leur tour par ceux qui croyaient aux Bouddhas de la Grèce antique en Europe, parce que dans une époque encore plus lointaine, parmi les Européens, nombreux sont ceux qui croyaient aux Bouddhas, bien sûr ils ne croyaient pas tous aux Bouddhas, il y a aussi ceux qui croyaient en d’autres divinités. Après que cela ait été transmis en Inde, les images des Bouddhas et les techniques de création des sculptures ont été aussi transmises en Inde, ainsi au début la méthode chinoise de création des sculptures des Bouddhas a essentiellement suivi le style de la Grèce antique. Vous avez vu que les statues de Bouddhas de la première période ont des orbites profondes, les arcades sourcilières et la forme carrée du visage ressemblent à celle des occidentaux, ils ont le nez droit et le visage carré. La raison était que les Grecs anciens avaient transmis en Inde la culture bouddhiste de l’époque encore plus ancienne et que par la suite, elle a été transmise de l’Inde vers la Chine. Cependant, comme les œuvres contiennent les éléments de la personne qui les crée, donc une fois transmise dans la Terre du Milieu, sur les sculptures, les images des Bouddhas ressemblent un peu aux Chinois. Petit à petit, au fil du temps, après la transmission en Chine, graduellement ils ont perdu les éléments de la culture de la Grèce antique du début de sa transmission en Chine, graduellement ils ont porté de plus en plus de couleur locale chinoise. C’est au niveau de la culture superficielle de l’être humain, il y a encore d’autres raisons. Après la transmission de la religion bouddhiste dans la Terre du Milieu, il y a réellement de nombreuses personnes dont le Fuyuanshen a réussi à se cultiver en Bouddha ou en Bodhisattva. Mais comme à l’époque dans la Terre du Milieu il n’y avait pas d’enseignement théorique systématisé, en plus les sculptures étaient sans exception réalisées par des tailleurs de pierre et des pratiquants taoïstes, dans ce cas, comparé aux sculptures occidentales, ça n’est vraiment pas professionnel, en général ils n’ont pas trouvé les bonnes proportions dans la structure du corps. Donc pour la plupart des statues en Chine, il ne s’agit pas des caractéristiques d’une école quelconque, c’est le résultat d’un manque de maturité dans les techniques.

 

Bien, je viens d’illustrer globalement et brièvement le développement des arts dans l’humanité et ses origines. Les arts dans le passé décrivaient en général les divinités, le fait que les divinités transmettent à l’homme ces choses, c’est aussi pour dire aux hommes que les divinités protègent l’humanité, aussi longtemps que l’homme agira bien, de bonnes choses arriveront.

 

Dans l’œuvre d’un artiste, en général il y a un thème et un objectif qu’il souhaite présenter, cela veut dire que quand vous composez votre dessin, quand vous concevez les éléments d’un dessin, ce que vous voulez exprimer, tout cela contient le sens de ce que vous voulez exprimer à l’intérieur, c’est-à-dire qu'il a sa propre histoire. Mais quand un homme d’aujourd’hui regarde une œuvre de l’art traditionnel occidental, un problème se pose, surtout pour les œuvres d’art de la Renaissance, il regarde seulement la façon de peindre et la technique. Et encore, ce sont des gens qui connaissent les techniques de base et qui peuvent les comprendre. Mais très peu de gens savent ce que les peintures expriment. Donc lorsque je regarde les peintures et les sculptures, les élèves à côté de moi me demandent alors : « Qu’est-ce qu’il y a dans cette peinture ? » Alors je leur explique de quoi il s’agit. Bien sûr, vous tous vous êtes dans le domaine de l’art, vous en savez aussi beaucoup, mais cela n’empêche que nous pouvons approfondir le sujet ensemble. Choisissez quelques peintures et je vais vous dire ce que les peintures expriment et pourquoi c’est exprimé de cette façon.

 

Asseyez-vous. Je viens d’expliquer ce que ces peintures expriment, vous avez aussi tous compris ce dont j’ai parlé. Je voudrais que les disciples de Dafa comprennent ce qu’ils doivent faire. Et maintenant vous allez aussi parler un peu de ce que vous pensez, qu’en dites-vous ?

 

Question : (texte traduit) Nous voulons décrire la persécution, pouvons-nous montrer des images de disciples de Dafa sous la torture ?

 

Maître : Oui, vous pouvez les montrer. On peut montrer les scènes où les disciples de Dafa subissent la persécution, les scènes où les disciples de Dafa étudient la Loi, pratiquent les exercices, les divinités et les scènes célestes après que Dafa soit immensément transmis, tout cela vous pouvez le décrire.

 

Question : Pouvons-nous créer des œuvres qui montrent le processus dans lequel les disciples de Dafa clarifient la vérité, font connaître la Loi et les marches ou parades, etc. ?

 

Maître : Tout cela, vous pouvez le décrire, ce qui est important, c’est qu’il faut atteindre un haut niveau dans votre conception et dans votre création.

 

Question : Maître, la peinture chinoise Xieyi (à grands traits ou exprimer un sens), la plupart des peintres célèbres chinois suivent ce style Xieyi, peignent des paysages, pouvons-nous aussi peindre cela ?

 

Maître : Exprimer le sens intérieur ne pose pas de problème. Les peintures chinoises, les paysages, vous pouvez aussi les peindre, puisque c’est fait par les disciples de Dafa, vous pouvez les exposer. Cependant, vous êtes des disciples de Dafa, maintenant vous êtes tous en train de valider la Loi, de créer l’avenir pour les êtres, vous devez faire de votre mieux, placer la clarification de la vérité et la révélation de la perversité en premier, surtout pendant cette période, c’est la responsabilité des disciples de Dafa. C’est mieux qu’il y ait un peu plus d’œuvres exposant la perversité, présentant Dafa et manifestant des divinités, que ce soit la majorité. D’autres œuvres de disciples de Dafa peuvent aussi être exposées.

 

Question : Le style de la peinture Xieyi ne consiste-t-il en pas une déviation ?

 

Maître : Le Xieyi dont je parle consiste à exprimer un sens intérieur dans la création d’une peinture. Si l’homme peut exprimer ses sentiments en se basant sur la morale traditionnelle et issus d’une pensé juste, il n’y a pas de problème. Ce qui importe, c’est de savoir si on crée une œuvre avec une pensée droite ou en recherchant les soi-disant idées modernes, si on utilise la façon traditionnelle de s’exprimer ou bien si on utilise les conceptions du Modernisme pour s’exprimer, le problème ne réside pas dans le style de Xieyi lui-même.

 

Question : Maître, je voudrais vous demander, les œuvres que vous venez de nous expliquer sont toutes des descriptions d’images de divinités occidentales. En tant que disciples de Dafa, comment pouvons-nous mélanger les éléments de l’Orient et de l’Occident, comment pouvons-nous prendre ce genre de peintures comme référence, mais en même temps garder les caractéristiques qui nous sont propres à nous les Orientaux ?

 

Maître : Il n’y a pas de problème si vous mettez dans une même œuvre les divinités à l’image orientale et celles à l’image occidentale. Pendant la rectification de la loi de nombreuses divinités différentes sont en train de jouer un rôle positif. Beaucoup de peintures chinoises sont très bonnes et peuvent être reconnues comme telles ; il suffit d’améliorer un peu le niveau technique et la qualité d’exécution, il n’y a pas de problème à tout cela. Il semble qu’il soit très difficile de présenter sur un même tableau une peinture chinoise et une peinture occidentale à l’huile. Mélanger la technique orientale avec la technique occidentale, personne n’a fait ce genre de chose avant, il ne faut pas produire des choses qui ne ressemblent à rien.

 

Question : Je voudrais dire que, vu d’un niveau encore plus élevé, de nombreuse divinités orientales ou occidentales sont toutes inférieures au niveau de bouddha, si nous montrons une œuvre relativement gigantesque dans laquelle se trouvent toutes ces divinités , est-ce que cela ira ?

 

Maître : Vous voulez créer une œuvre, à l’intérieur il y a en même temps les divinités ayant l’image de l’homme oriental et celles ayant l’image de l’homme occidental, il n’y a pas de problème. Vous peignez quelques Taos, si nécessaire ajoutez aussi quelques divinités ayant l’image de l’homme occidental, il n’y a pas de problème si vous les mettez dans un même tableau. Mais si, dans une même œuvre, d’un côté vous utilisez la technique de la peinture à l’huile, de l’autre vous peignez avec la technique de la peinture chinoise, à mon avis cela ne va pas.

 

Question : j’ai encore une question. Nous devons principalement exprimer dans nos œuvres la clarté, naturellement pour certaines œuvres, leur sens intérieur s’avère plus riche, il y a aussi la présence de personnages négatifs, de cette façon ils sont montrés en contraste de situation. J’aimerais avoir une confirmation sur le traitement de ces personnages négatifs, ils seront naturellement mis dans un coin sombre, mais est-il permis de les montrer de cette façon ?

 

Maître : Oui, vous pouvez. En fait, vous voyez ce tableau, le mauvais policier est en train de frapper le disciple de Dafa, au niveau de la couleur le policier et le disciple de Dafa sont peints différemment, dans l’ensemble c’est très harmonieux, il n’y a pas de problème. C’est une question de technique, vous verrez comment bien arranger cela.

 

Question : Maître j’aimerais vous demander, la calligraphie chinoise est-elle un art ? Le style cursif (Cao Shu) est-il juste ?

 

Maître : Maintenant on l’appelle la calligraphie, dans le passé on l’appelait l’écriture. Arrivé à l’époque contemporaine, on n’utilise plus le pinceau pour écrire, on considère cela comme une sorte d’art. En réalité, il y a dedans un contenu artistique. Puisqu’elle est déjà considérée comme une sorte d’art, dans l’exposition sur les beaux-arts on peut alors la mettre dans une catégorie d’œuvres d’art.

 

Quant au style cursif, strictement dit, c’est la manifestation de la mentalité d’un homme donnant libre cours à son côté négatif. Dans le passé, lorsque les divinités ont aidé les êtres humains à créer les caractères, le soi-disant style cursif n’existait pas. En fait, je ne me suis jamais entraîné à écrire avec un pinceau, je ne sais pas très bien écrire, mais souvent il y a des gens qui me demandent d’écrire quelque chose, j’écris alors avec le style d’écriture officiel des Han (Li Shu). Ce n’est pas que je préfère le style d’écriture officiel des Han, c’est parce que ce style est impossible à écrire de façon cursive, si l’on écrit d’une façon cursive, ce ne sera plus le style d’écriture officiel des Han, donc c’est très difficile pour les gens de l’écrire de façon cursive en laissant aller leurs conceptions et leur karma des pensées. C’est pour cela que j’aime écrire avec le style d’écriture officiel des Han.

 

Question : Concernant les styles de calligraphies, j’ai remarqué que certains disciples de Dafa, parce que le Maître écrit avec le style d’écriture officiel des Han, choisissent en général aussi la police du style d’écriture officiel des Han. Je voudrais vous demander, est-ce que tous les styles d’écriture peuvent être utilisés ?

 

Maître : Vous pouvez les utiliser, quelque soit leur style vous pouvez les utiliser. Cependant le style cursif, je trouve qu’il donne trop libre cours au côté négatif des gens, il y a beaucoup trop d’éléments superficiels de l’homme, si un homme a vraiment une pensée droite et un comportement bienveillant, il ne peut pas écrire ainsi. Cette façon d’écrire existe en particulier lorsqu’un homme se trouve dans un état où il donne libre cours aux conceptions humaines ou pire s’il entre dans un état plutôt d’exaltation où sa droiture est insuffisante.

 

Question : J’ai encore une question, il s’agit des trois couleurs primaires. Le Maître a mentionné que les trois couleurs primaires ont leur correspondance dans d’autres espaces. Ici chez les êtres humains, nous discutons aussi des couleurs complémentaires. Comment comprendre les trois couleurs primaires ? Ici chez les êtres humains, nous disons que les couleurs sont nées grâce à la lumière, car sans lumière nous ne pouvons pas percevoir les couleurs. Alors, puisque dans d’autres espaces il y a de la lumière partout, comment met-on en contraste les couleurs là-bas ?

 

Maître : Les gens peuvent mélanger les trois couleurs primaires avec les autres couleurs de peinture ; chez les êtres humains, dans le spectre, les trois couleurs primaires peuvent aussi se changer en spectre de différentes couleurs. Mais cela est dû uniquement aux composants matériels dans la dimension physique de l’être humain, c’est différent de ceux des autres dimensions, les matières sont différentes. Des gens disent que la forme d’un objet est créée par la lumière, cela inclut comment on représente le clair-obscur et comment les couleurs apparaissent dans une peinture. Non, ce n’est pas ça, un objet prend telle ou telle forme, que ce soit sous la lumière ou sans la lumière, la lumière donne une sensation visuelle de clair-obscur, suivant le changement de l’intensité de la lumière les couleurs peuvent donner une fausse image, mais cela ne donne pas lieu à un changement réel des couleurs et de la forme d’un objet. En terme de Xiulian, cela veut dire que la lumière peut créer un écran devant les yeux de l’homme, donner aux gens une fausse image. Dans de nombreux espaces il n’y a pas de soleil, dans beaucoup d’autres espaces tous les objets sont absorbés par leur propre lumière douce. Si un objet n’a pas besoin de soleil, si dans un espace il n’y a pas de soleil, la forme d’un objet reste quand même stable. Dans certains espaces, une lumière non éblouissante émane légèrement de tous les objets, les vies d’un même niveau peuvent aussi l’apercevoir. Dans ce genre d’espaces, il n’y a pas de source de lumière directe comme le soleil, la forme d’un objet qu’on aperçoit reste la même.

 

Quand on regarde avec les yeux humains, les autres espaces brillent, la couleur et la forme d’un objet restent immuables. (Bien entendu les divinités et tout ce qui appartient à une divinité peuvent changer, la forme d’existence d’un objet n’est pas non plus dans un état stable tel que les gens le croient.) En général, cela ressemble à un néon avec plusieurs couleurs, la forme du néon et sa couleur ne changent pas selon la lumière. Si une vie appartient à ce niveau, elle n’a pas la même sensation que celle d’un homme qui voit cet autre espace. Tout comme ce que je vous ai dit, les molécules ont de l’énergie, si l‘homme ne peut pas la ressentir, c’est parce que tout ce qui appartient à un être humain, y compris ses yeux, est constitué de particules moléculaires ; si c’est une vie constituée de particules plus grosses se trouvant aux niveaux inférieurs des molécules, elle peut aussi voir que le corps humain et tous les objets dans l’espace de l’être humain sont pourvus de lumière, d’énergie. Ce n’est pas la même notion des espaces que j’ai mentionnés plus haut où une lumière émane de tout sans qu’il y ait de soleil, c’est-à-dire que ce sont des espaces où une lumière émane des objets eux-mêmes.

 

Parce que l’espace humain est justement un endroit créé spécialement pour la rectification de la loi. Une fois en dehors de la limite des Trois Mondes, c’est totalement différent. Dans des espaces encore plus nombreux, plus larges, existant au même niveau que les Trois Mondes, la structure de tout objet change, elle est différente de celle du monde humain ; lorsqu’on voit la forme de l’objet, le rapport du clair-obscur est différent de ce que voient les gens dans ce monde. C’est pourquoi le rapport du clair-obscur qui se manifeste ici dans le monde humain est une manifestation d’un environnement créé spécialement pour les êtres humains. Les divinités aux cieux et de nombreux corps célestes n’ont pas de lumière projetée directement par un soleil, mais il y a aussi de nombreux corps célestes qui reçoivent des lumières projetées par plusieurs soleils, dans certains endroits existe le soleil, dans certains autres il n’y en a pas, les vies à différents niveaux ressentent différemment l’intensité de la lumière, elles se conforment toutes à la forme d’existence de la lumière à différents niveaux. Des élèves ont écrit dans leurs articles que les trois couleurs primaires ont un lien avec Zhen Shan Ren, c’est leur impression personnelle dans le Xiulian, ce n’est pas la réalité fondamentale de Zhen Shan Ren.

 

Si l’homme voit des scènes célestes, il va être incroyablement bouleversé, alors il pensera : avec quelle couleur puis-je les décrire ? Les gens peuvent voir ainsi que toucher et utiliser les matières superficielles constituées par les molécules, mais pour un objet constitué de particules plus microscopiques que les molécules, en général les gens ne peuvent que sentir son énergie. On ne peut pas trouver ici dans le monde humain des couleurs composées de matières d’un espace constitué de particules plus microscopiques que les molécules. En réalité, les molécules sont aussi pourvues d’énergie, elles sont non seulement pourvues d’énergie, elles peuvent encore avoir un effet énergétique. Les gens de ce monde ne peuvent ressentir leur énergie, c’est parce que la structure du corps humain de ce monde, les yeux, la peau, le sang et la chair, ce sont toutes des choses du niveau des particules moléculaires, c’est pourquoi étant au même niveau, l’homme ne peut ressentir cette énergie de même niveau. S’il peut ressentir l’énergie se trouvant à un niveau microscopique, c’est parce que les particules constituées par les matières au niveau humain sont plus grosses que les particules microscopiques. C'est-à-dire que les éléments qui constituent leurs couleurs ne sont pas des particules de même niveau, donc lorsqu’on le voit, l’espace plus élevé est plus clair et brillant que l’espace constitué par des particules à un niveau inférieur, mais c’est une clarté qui dépasse le niveau, c’est pourquoi dans le monde humain on ne trouve pas ce genre de couleurs, même avec les couleurs de lumière fluorescente on n’arrive pas à les décrire. Bien qu’on ne trouve pas de couleur pour décrire le sacré de cet état, on peut tout de même utiliser les couleurs que l’homme a actuellement pour montrer la composition de la peinture et les expressions solennelles. Les couleurs de peinture chez l’être humain peuvent quand même manifester la forme et la structure. Si vous utilisez totalement tout ce que possède une divinité pour exprimer les divinités dans le monde humain, ce sera la venue des divinités dans le monde humain.

 

Question : Pourriez-vous, Maître, nous parler un peu des habits des bouddhas, Taos, divinités, comment ils se parent ?

 

Maître : L’habit des bouddhas que nous voyons en général, c’est la kasaya jaune. Pour les bodhisattvas, vous pouvez les peindre d’après les habits des femmes de la Chine antique, vous pouvez prendre comme référence les peintures décoratives des femmes de la Dynastie des Song, c’est le plus courant. Pour les divinités ayant l’image de l’homme blanc, quelque soit leur monde, elles s’enveloppent en général dans une grande kasaya blanche, un bouddha s’enveloppe dans une kasaya faite d’un grand tissu jaune, les divinités ayant l’image de l’homme noir s’enveloppent dans une kasaya faite d’un grand tissu rouge. Bien sûr, il y a encore d’autres représentations plus variées et à un niveau plus élevé, il y en a aussi qui ne portent pas de vêtements, il y a aussi des divinités qui portent des vêtements très primitifs, il y a toutes sortes de divinités. Dans les œuvres, en général, il suffit que vous montriez ce que les gens ordinaires peuvent reconnaître. Les Taos bien sûr portent les habits de la Chine ancienne, ce sont les Taos en général, en réalité les grands Taos au niveau très élevé ont aussi des habits très variés.

 

Parce que dans le passé, il y avait un phénomène chez les pratiquants, quelque soit le moment ou bien les dynasties dans lesquelles ils ont réussi leur cultivation, les habits et les parures portés au moment de la Plénitude parfaite deviendront ensuite leurs vêtements, c’est en général le cas. Bien sûr, c’est différent pour un bouddha, tous ceux qui ont réussi à devenir bouddha par leur cultivation porteront nécessairement l’image d’un bouddha et l’habit d’un bouddha. Pour ceux qui cultivent pour devenir d’autres divinités, c’est en général le cas, l’habit qu’ils portent lors de la réussite de leur cultivation deviendra leur habit pour plus tard. Qui parmi vous est déjà allé au mont Wudang ? Avez-vous déjà vu le portrait de Xuanwu, pourquoi sur son portrait ses cheveux sont-ils ébouriffés ? Parce qu’au moment où il a réussi sa cultivation, ses cheveux étaient ébouriffés, donc il garde cette image avec les cheveux ébouriffés. Il a médité dans la montagne pendant très longtemps, il trouvait très contraignant d’attacher ses cheveux, alors il ne les attacha plus, il est resté ainsi jusqu’au moment où il a réussi sa cultivation.

 

Question : Maître, certains bouddhas sur les peintures anciennes portent un vêtement, certains laissent leur épaule découverte.

 

Maître : Parfois les hommes utilisent leurs propres conceptions pour peindre les bouddhas. Par exemple, il fait chaud en Asie du sud, les moines laissent leur épaule droite découverte, ainsi cela rafraîchit. Dans les régions un peu plus au nord, les moines ont couvert leur épaule d’un tissu, ils couvrent leur épaule droite pour ne pas avoir froid. Mais dans le monde des bouddhas, il n’y a pas ce genre de notions, en général, ils ont un habit qui laisse l’épaule droite découverte, lorsque les Chinois peignent un portrait de bouddha, selon la conception des Chinois on couvre totalement ses épaules. En réalité les habits divins sont faits ainsi, les divinités à l’image occidentale laissent aussi leur épaule découverte, parce que dans ce genre d’habit il n’y a pas de manche, si on couvre les deux côtés, ce n’est pas très commode pour bouger.

 

Question : Je voudrais vous demander pourquoi, lorsque nous apprenons à peindre ou à dessiner, c’est tellement difficile d’apprendre les techniques de base ? C’est très difficile de trouver [un bon endroit pour apprendre]. Comment ceux d’entre nous qui apprennent la peinture ou le dessin en Chine peuvent-ils améliorer le niveau technique ?

 

Maître : C’est en grande partie dû au fait que l’éducation dans les pays occidentaux est très influencée par l’idéologie du Modernisme, qui n’accorde aucune attention à l’entraînement des élèves aux techniques de base. En plus, beaucoup d’enseignants et de professeurs sont issus d’écoles du Modernisme, eux-mêmes ne connaissent pas, ni ne maîtrisent les connaissances les plus élémentaires de la peinture. Quant aux techniques de base, on est capable de les maîtriser seulement à travers un entraînement ardu. Au début, on doit peindre des natures mortes, maîtriser la structure et le rapport de la perspective, après avoir bien peint les natures mortes, on doit s’exercer sur des croquis, plus tard c’est l’utilisation correcte des couleurs, pas à pas on apprend les techniques de base de la peinture. Les techniques de base sont quelque chose d’obligatoire à maîtriser pour un peintre ou un sculpteur.

 

Question : Pourquoi en Chine peint-on depuis toujours des paysages ? Bien sûr il y a aussi des représentations de bouddhas, mais dans l’histoire de la Chine la plupart des peintures sont des paysages.

 

Maître : La peinture chinoise insiste sur le sens, on peint l’état d’esprit, le contenu intérieur, c’est pourquoi la plupart des peintures décrivent des paysages, après tout les Chinois ont une culture semi-divine, consciemment ils ne veulent pas trop décrire les êtres humains, c’est aussi dû aux facteurs que j’ai expliqué précédemment, donc la plupart des gens peignent des paysages. Mais il y a aussi des peintures qui représentent des êtres humains, mais en général on n’utilise pas de modèles, et cela sort totalement de leur propre imagination, de cette façon c’est propre. Bien sûr, ce n’est pas qu’ils ne peignent absolument pas de personnages réels, dans l’histoire les peintres ont aussi pu peindre certains personnages héroïques et des personnages à qui les gens veulent rendre hommage, arrivé à l’époque contemporaine, ces sujets deviennent relativement riches et variés. En réalité, les peintures chinoises de l’époque primitive qui ont été découvertes sont des peintures sur les divinités, et depuis ces temps anciens jusqu’à aujourd’hui, il y a toujours eu des peintures représentant des bouddhas, des Taos et des divinités dans les temples.

 

Question : Dans la peinture chinoise, les traits sont dominants et les couleurs sont douces et légères, alors que dans les peintures occidentales les couleurs sont très recherchées. Est-ce vrai que les couleurs dans nos peintures chinoises devraient être comme celles des peintures occidentales ?

 

Maître : Non. Les peintures orientales devraient avoir les caractéristiques des peintures orientales, peignez-les comme elles sont supposées être, une fois que vous les modifiez ce n’est plus ça. Les peintures orientales accordent de l’importance aux traits, dans les peintures occidentales on ne peut pas peindre les traits, si vous tracez des traits, ce ne sera pas correct, parce que la composition se fait avec le clair-obscur.

 

Question : Maître, pouvons-nous décrire des idées ou peindre de façon réaliste. Est-il vrai que lorsqu’on peint, votre corps de la Loi va sur la peinture ? (Le public rit)

 

Maître : Non, mon Fashen ne fait pas cela. (Le public rit). Il suffit d’avoir dans sa pensée une idée, vous saurez comment peindre. Si vous dites : « Maintenant, je vois. Dans ce cas je demande à Maître de peindre. » (Le public rit) Là ça ne va pas.

 

Question : A ce moment-là, peut-être que le peintre entre dans un état surnaturel, sa peinture deviendra probablement très extraordinaire.

 

Maître : Ce n’est pas nécessairement au-delà de l’ordinaire. Quoiqu’il arrive, vous devez être très raisonnable et agir normalement. Tout comme dans votre cultivation dans Dafa, tout doit être tout à fait normal. Si c’est quelque chose qu’un disciple de Dafa doit peindre, alors vous devez bien le faire, il n’y a pas une telle chose comme entrer dans un état, vous ne devriez pas non plus avoir ce genre de pensée.

 

Question : Maître, j’aimerais peindre différentes apparences humaines, le Maître a mentionné que les divinités de race noire s’enveloppaient de kasayas rouges, mais nous ne savons pas à quoi ressemblaient leurs cheveux.

 

Maître : Habituellement, si vous voulez peindre des divinités à l’image occidentale, vous pouvez prendre comme référence les œuvres d’art de la période de la Renaissance, les images des divinités dans les œuvres d’art de la période de la Renaissance en Occident sont justes. Les dieux masculins et adultes portaient pour la plupart des barbes, bien entendu il y en a aussi sans barbe. Les bouddhas en général n’en ont pas, mais un petit nombre d’entre eux en portent. Les divinités ayant l’image de l’homme noir portent les mêmes cheveux que les hommes de race noire, courts et frisés, parce que l’être humain a été créé par les divinités selon leur propre image.

 

Question (traduite) : J’ai fait une peinture pour mon école et c’est en fait un auto-portrait. Quand je l’ai peint, je l’ai fait avec tout mon cœur et j’ai fait de mon mieux pour ne pas laisser les conceptions jouer un rôle. J’ai remarqué que les réactions des gens étaient plutôt positives et la composition est devenue miraculeusement meilleure aussi. Donc ma question est, à condition que nous peignions avec application quelque chose, cela deviendra-t-il nécessairement bien ? Je voudrais demander au Maître quelques conseils à ce propos.

 

Maître : Strictement parlant, quand vous peignez, vous devez nécessairement y mettre tout votre cœur. Si vous y mettez tout votre cœur, tout le monde dira que vous peignez bien, mais il y a quand même un décalage par rapport à l’époque où on accordait de l’importance aux techniques de base. Donc à mon avis, en travaillant encore mieux votre technique de base, les disciples de Dafa peuvent peindre encore mieux, vous pouvez laisser aux générations futures un chemin droit. Bien sûr, il est correct de peindre en y mettant tout son cœur.

 

Question : Puis-je faire le portrait du Maître ?

 

Maître : Eh bien, de nombreuses personnes ont fait des sculptures et des portraits de moi, mais finalement, cela ne me ressemble pas. Vous pouvez le faire, il n’y a pas de problème, prenez ma photo pour peindre.

 

Question : Maître, je sais qu’il y a beaucoup d’élèves qui veulent vraiment peindre le Maître, surtout vos représentation dans d’autres espaces, une fois fait il y en a qui vous ressemblent vraiment, on peut ressentir la puissance de vos Fashen, mais comment traiter ces portraits peints, car après tout, ce sont des photos du Maître, il y a encore aussi les croquis, que doit-on en faire ?

 

Maître : Pour ces croquis, s’il faut les brûler alors brûlez-les, il n’y a pas de problème. Pendant la période de la rectification de la loi, les disciples de Dafa doivent accorder de l’importance à la validation de la Loi.

 

Question : Pour celles qui sont bien faites, nous nous demandons si nous pouvons offrir de l’encens devant elles ?

 

Maître : Gardez-les simplement comme des peintures.

 

Question : Maître, après avoir écouté vos explications aujourd’hui, mon esprit s’est beaucoup élargi. Cependant, je me demandais si nous pouvions avoir quelque chose d’écrit, car il y a beaucoup de gens qui ne sont pas venus. Ce sont des gens déjà accomplis dans l’art.

 

Maître : Je regarderai et je verrai après avoir mis en ordre les principes de la Loi dont j’ai parlé aujourd’hui.

 

Question : Il me semble qu’avant, il n’y avait aucune idée dans mon esprit sur la façon de s’engager dans le chemin de la création, maintenant j’ai compris et je suis très content.

 

Maître : C’est exactement la Loi que je voulais vous enseigner aujourd’hui.

 

Question : J’ai encore une autre question. Prenons moi par exemple, tout ce que j’ai étudié, c’est la peinture occidentale, mais j’aime beaucoup la peinture chinoise. Est-ce que je peux peindre en mettant l’accent sur la description, sans me limiter au procédé traditionnel ?

 

Maître : A mon avis, au niveau technique, si vous voulez prendre les points forts des deux, il me semble qu’auparavant il y a déjà des gens qui en ont fait l’expérience. Vous pouvez essayer, mais il faut que ce soit harmonieux, lorsqu’on la regarde, il faut que ça donne une impression très naturelle. Cependant, après avoir expérimenté cela, vous réaliserez peut-être qu’on ne peut pas vraiment mélanger les cultures de la peinture orientale et occidentale.

 

Question : Bonjour Maître. Dans nos peintures, par exemple les anges avec des ailes, est-ce que nous pouvons mettre ceux des occidentaux et ceux des orientaux ensemble ?

 

Maître : Dans la rectification de la loi, parmi les divinités qui jouent un rôle totalement positif, il y a celles qui ont une image occidentale et celles qui ont une image orientale, il y a aussi des divinités de types différents. Tout dépend de ce que vous voulez exprimer dans votre peinture, c’est-à-dire selon les besoins de votre composition. Par exemple, il y a les divinités ayant une image occidentale qui ont des ailes et il y en a sans, tout dépend de comment vous vous exprimez dans votre composition. Je vous le dis, les divinités dans les espaces inférieurs savaient que j’allais venir transmettre la Loi, donc les forces anciennes ont arrangé qu’elles influencent la façon dont je transmettrais et ont arrangé l’état dans lequel serait la société. Bien entendu, je ne ferai pas selon ce qu’elles veulent. Au moment de la transmission de la Loi, avec quelle image je rectifie la Loi, ça c’est une chose importante pour toutes les divinités, alors à l’époque aux niveaux inférieurs les bouddhas et les Taos se sont disputés sur la question du choix de l’image que j’allais porter, la religion taoïste est née de là. Les Taos voulaient que je choisisse une image de Tao et que j’enseigne la loi du Tao, que j’utilise le Tao pour enseigner la loi du Tao, mais eux-mêmes savaient aussi que le Tao est une transmission à un seul disciple, comment apporter le salut à tous les êtres en transmettant à un seul disciple, comment transmettre la grande Loi ? Ca ne marchait pas, donc ils ont trouvé un moyen, ils ont aussi créé une religion sur Terre, de sorte que la religion taoïste est apparue. Plus tard, dans la religion taoïste, de nombreux Taos ont aussi été classés en bouddhas, en bodhisattvas, des mondes de Taos sont aussi d’ailleurs réellement apparus dans les cieux, parce qu’ils voulaient que je choisisse l’image d’un Tao. Du côté des bouddhas, ils avaient aussi préparé les conditions pour que je choisisse un bouddha, ils disaient qu’il fallait avoir l’image d’un bouddha, être compatissant et qu’il fallait apporter le salut universel aux êtres. Cependant, je me suis réincarné sur la Terre du Milieu, si je m’étais réincarné à l’Occident alors les divinités à l’image de l’homme blanc auraient créé aussi des conditions pour cela. Les disputes dans l’histoire entre les Taos et les bouddhas sont nées de là. Une fois que j’ai fixé tout ce que je voulais, ces disputes sur l’apparence ont cessé. Je n’ai pas non plus suivi les arrangements des forces anciennes pour agir.

 

Les divinités dans les cieux, quelque soit le type de divinité auquel elles appartiennent, lorsqu’il y a quelque chose qui se passe dans les cieux, elles en discutent ensemble. La venue de Jésus sur Terre pour apporter le salut aux êtres humains s’est faite par la coordination entre toutes les divinités, car les grands événements qui se produisent sur Terre vont influencer les cieux. Si un Bouddha veut transmettre la Loi, ce ne sera pas possible si les autres divinités ne le reconnaissent pas. Les disputes entre les bouddhas et les Taos que j’ai mentionnées tout à l’heure sont déjà passées, parce qu’après que cette affaire de transmission de la Loi a été fixée, il n’est plus nécessaire de se disputer, tout va bien.

 

Question : Les aquarelles ressemblent un peu aux peintures chinoises et sont un peu similaires aux peintures à l’huile. Certaines œuvres sont faites avec la technique de l’aquarelle et la technique chinoise…

 

Maître : Les techniques de base de l’aquarelle viennent de l’Occident, donc l’aquarelle appartient à la technique de peinture occidentale. Quant au type de peinture lui-même, il ne vous limite pas à peindre seulement une aquarelle ou une peinture chinoise. Ce n’est pas un problème d’utiliser l’aquarelle pour peindre une peinture chinoise et ce n’est pas non plus un problème d’utiliser l’aquarelle pour peindre selon l’approche de la peinture à l’huile. L’aquarelle en elle-même n’implique pas la question de l’approche orientale ou occidentale, cela veut dire qu’utiliser telle ou telle peinture ou réaliser tel ou tel genre de peinture, ce n’est pas la même chose que la façon de peindre elle-même. La différence entre la peinture orientale et la peinture occidentale n’est pas seulement une question d’intensité de couleur, le contenu intérieur de chacune est soutenu par les deux sortes de cultures.

 

De nombreuses personnes ont essayé de combiner les styles de peinture orientale et occidentale, mais en réalité elles ont toutes échoué. La peinture chinoise et la peinture occidentale ne diffèrent pas seulement dans la manière de peindre et dans les techniques d’utilisation des peintures en apparence, il y a une immense culture ethnique derrière chaque peinture. Toutes les différentes techniques, dans chaque culture, représentent l’apogée de la culture collective de cette nation. En fait, ça ne marche pas si on mélange la peinture orientale et la peinture occidentale, à moins que la culture orientale et la culture occidentale se mélangent complètement et deviennent une chose sans racine et déviée.

 

Question : Nous allons peindre la création du Ciel et de la Terre, c'est-à-dire dans la scène où les forces anciennes sont détruites, les bonnes choses… c'est-à-dire si les corps célestes redeviennent bons, les mauvaises choses sont précipitées en bas, ne vaut-il pas mieux mettre dans cette scène des divinités ? Ou bien on représente cette scène seulement avec le changement de certaines couleurs ? Il vaut mieux ajouter dans la scène ce que le Maître vient de dire, n’est-ce pas ?

 

Maître : On ne peut pas peindre de façon abstraite, le sujet qui est représenté doit être là, c'est-à-dire qu’il faut regagner le droit chemin.

 

Question : Concernant les animaux divins dans les cieux, par exemple le Maître a mentionné tout à l’heure les lions, il y a encore les dragons, les phénix ; prenons le dragon, il semble qu’il existe aussi des peuples dragons, il y a encore ce mauvais dragon rouge que le Maître a mentionné dans un Jingwen : « Le dragon rouge tué ». Y a-t-il des différences entre ces dragons ?

 

Maître : L’apparence du dragon est la même. Parmi les dragons, il y en a des bons et des méchants. Il y a des dragons mauvais, des dragons bons, des dragons divins ; les dragons dans les paradis célestes et dans les mondes des bouddhas que l’on voit généralement sont des dragons dorés, émanant une lumière dorée. Il y a un point à clarifier, le dragon dont on parle dans la culture orientale n’est pas la même sorte d’être vivant que celui dont on parle dans la culture occidentale, ils n’appartiennent pas à la même espèce. Dans la culture orientale les couleurs des dragons sont différentes, certains ont des couleurs comme les poissons noirs et blancs, certains sont rouges, d’autres jaunes, il y en a aussi des blancs et des noirs, il y a des différences au niveau des couleurs, parce que pour les dragons il y a aussi des niveaux, il y a des dragons célestes, des dragons terrestres et des dragons d’eau. Les dragons dont on parle dans la culture occidentale sont de méchants animaux de l’enfer. Souvent, lorsque les Chinois parlent de dragon, beaucoup d’Occidentaux pensent que le dragon est méchant, ils ont cette impression-là, en réalité ceci est dû à une différence entre les cultures orientale et occidentale. Les dragons dont parlent les Occidentaux ont la tête qui ressemble un peu au dragon, le cou très fin, le corps robuste comme un dinosaure, avec des ailes sans plumes, en plus cette espèce d’être vivant est un être vivant de bas niveau dans le système des divinités ayant l’image de l’homme occidental. Le dragon dans l’enfer du système des divinités ayant l’image de l’homme occidental peut cracher le feu des ténèbres. En fait, à mon avis, c’est une erreur de traduction des gens du passé, ils ont pris cet animal pour le dragon, il n’a rien à voir avec le dragon oriental. (Maître demande aux élèves occidentaux) Dites-moi la notion de dragon pour les Occidentaux, n’est-ce pas comme ce que je viens de dire ? (Des élèves répondent : oui, c’est ça.)

 

En réalité, ce ne sont pas les mêmes espèces d’êtres vivants. Dans les mondes célestes occidentaux, en général il n’y a pas de dragon tel qu’on en parle en Orient, ce n’est pas un être vivant de ce système-là. Dans le système des divinités ayant l’image de l’homme blanc et qui correspond à la société de l’homme blanc sur terre jusqu’à l’espace le plus inférieur, dans ce système-là on ne parle pas de dragon, il n’y a pas non plus la manifestation de ce genre d’animal, mais beaucoup d’êtres vivants de ce système n’existent pas non plus dans le système des divinités ayant l’image de l’homme oriental. Par exemple, en Occident, dans le passé, sur terre existait un animal dont la partie inférieure est celle d’un cheval et la partie supérieure celle d’un être humain, cela n’existe pas dans le système des mondes orientaux, donc ce n’est pas uniquement une différence de culture, c’est parce que certaines choses n’existent pas dans le système de ce monde-là.

 

Question : Maître, je voudrais vous poser une question, je fais de la peinture à l’huile, cela prend énormément de temps pour bien peindre une toile, car je pense que je dois aussi participer à de multiples projets.

 

Maître : Les disciples diligents sont tous très occupés, dans cette période de la rectification de la loi, il faut clarifier la vérité, apporter le salut aux êtres et, ce dont je vous ai parlé aujourd’hui, c’est que pour les personnes qui sont pourvues de compétences particulières, elles doivent encore créer des œuvres d’art. Pour créer ces œuvres, il faut prendre beaucoup de temps, ça je le sais très clairement. Mais ce n’est pas grave, vous n’avez qu’à faire de votre mieux pour profiter du temps que vous pouvez utiliser pour peindre, cela dit, il ne faut pas non plus trop traîner. Faites de votre mieux pour peindre, quand vos œuvres seront relativement prêtes, nous ferons alors une exposition.

 

Question : Maître, je voudrais vous demander comment équilibrer la relation entre ces choses, je n’ai que peu de temps, si je fais ceci, je ne peux pas faire cela.

 

Maître : C’est vrai, dans ce cas vous allez organiser votre temps rationnellement. Ce que je vous demande de faire n’est pas uniquement pour les autres ou pour léguer ces choses aux êtres humains du futur, en fait cela aide à votre propre Xiulian. Parce que vous vivez tous dans cet environnement social, vous devez aussi tous sortir de cette époque, c'est-à-dire que les conceptions humaines actuelles sont ainsi, tout baigne dans une grande cuve de teinture, pour ceux qui ont ce genre de compétences particulières, c’est sûr qu’ils sont influencés plus que les autres dans ce domaine. Alors, dans le processus de retour sur le droit chemin pendant votre création, n’êtes-vous pas en train de vous nettoyer ? Sur le plan artistique n’êtes-vous pas en train de vous sublimer ? C’est vraiment ça, vous vous changez vous-même à partir de votre essence, à partir de vos conceptions, n’êtes-vous pas en train de vous cultiver et pratiquer ?

 

Question : Hier j’ai vu le Maître tourner le Falun dans la salle de conférence, j’étais bouleversé. Si je peins cette scène selon ce que je pense, à ce moment-là le Maître porte un costume occidental, n’est-ce pas un peu direct et trop détaillé ?

 

Maître : Vous pouvez peindre cela, ça va aussi en costume occidental.

 

Question : Maître, j’ai deux questions à vous poser, l’une d’elles est que notre Falun Dafa contient de nombreuses divinités, un nombre aussi grand, bien sûr lorsque les élèves réussissent leur cultivation, ils deviendront tous différents bouddhas, Taos, divinités, alors maintenant si nous voulons dépeindre les nombreux pratiquants ayant bien cultivés, probablement que certains ont déjà atteint un bon niveau dans leur cultivation, nous pouvons les représenter tous. Quant aux nombreuses divinités en lesquelles croient d’autres religions orthodoxes que le Maître a mentionnées, ainsi que de nombreuses divinités droites de la religion bouddhiste, pouvons-nous aussi les représenter ?

 

Maître : Dans la plupart des cas, vous pouvez les représenter. Disons ainsi, les divinités mentionnées dans la religion bouddhiste, les bouddhas et les bodhisattvas mentionnés dans la religion bouddhiste que les gens connaissent, vous pouvez le faire. Il n’y a pas de problème pour Lao Tseu, Tao, Jéhovah, Jésus, la Vierge Marie. Cependant, que les disciples de Dafa pendant la validation de la Loi représentent des divinités n’ayant pas de lien avec Dafa, cela n’a aucun sens. Que représentez-vous ? Comment les représentez-vous ? Je n’ai pas besoin de vous en dire plus.

 

Question : J’ai une autre question, c’est que dans le passé pendant la période de la Renaissance, on a laissé certains chefs d’œuvres cultes, par exemple « la Sainte Cène » etc. A mon avis ces œuvres demandaient un énorme travail, j’espère que nous pourrons aussi laisser de très bonnes œuvres, mais qui ne prennent pas les mêmes formes, car ce que nous montrons c’est le Falun Dafa, néanmoins nous avons le même esprit. Premièrement, il faut avoir une bonne conception, il faut avoir la technique, du temps, il faut aussi beaucoup d’autres conditions, donc je trouve que pour bien faire un tel ouvrage, il faut faire un effort au niveau global.

 

Maître : Ce que vous pensez est très grand. Ne soyez pas pressés, prenez votre temps, vous allez créer vos œuvres selon les capacités que vous avez maintenant. Vous êtes au début, si vous en avez les capacités, alors faites-le ; si vous ne le pouvez pas, des gens le feront certainement plus tard. L’humanité créera certainement une splendeur pour Dafa, car ce que Dafa a octroyé aux êtres humains est vraiment beaucoup ! (Applaudissements)

 

Question : Maître, je trouve que dans les peintures chinoises il y a de nombreuses décorations et parures pour les bouddhas qui sont vraiment belles, très belles, mais les images de bouddhas récemment peintes sont toutes très simples, je ne les trouve pas belles.

 

Maître : Cela repose sur des points de vue différents, ce qui se manifeste chez l’homme est ainsi. Les bouddhas montrent aux gens de différentes époques des habits de différentes époques. Au début de ma transmission de la Loi, de nombreuses bodhisattvas sont venues me chercher, vous ne devinerez jamais ce qu’elles portaient. Vous savez qu’en Chine, pendant la grande révolution culturelle, les filles aimaient s’habiller en tenue militaire de couleur vert pré, (le public rit) elles sont venues en tenue militaire de couleur vert pré. Ce que je voulais dire, c’est que les bouddhas peuvent se manifester selon les conceptions des gens de ce monde de différentes époques. En réalité la vraie image d’un bouddha est vêtue d’une kasaya jaune, avec les cheveux frisés de couleur bleue. Bien entendu, il existe une certaine différence entre les sculptures et les peintures de l’antiquité et celles de maintenant, si à l’époque les représentations de bouddhas portaient de riches ornements, c’est aussi une manifestation pour se conformer aux conceptions des gens d’alors. Bien sûr, lorsqu’on peut voir la vraie image d’un bouddha, on peut alors voir le monde du bouddha et la lumière du corps de bouddha, c’est une manifestation extrêmement et extraordinairement glorieuse. Les divinités se manifestent intentionnellement aux gens de différentes manières.

 

Question : Les images que nous peignons maintenant sont très simples.

 

Maître : Les bouddhas et les bodhisattvas peints à l’époque Tang portaient un peu plus de parures. Si vous voulez peindre en suivant les représentations de l’époque Tang, ça va aussi.

 

Question : Je suis resté 6 mois au Louvre. J’ai entendu un guide qui, en présentant la Joconde, a parlé des divinités du passé, il a dit que la Joconde représentait l’image d’une sorte de divinité du passé, il a dit que les divinités ne portaient aucune parure. Mais en écoutant le Maître, je ne comprends plus.

 

Maître : La personne peinte sur cette toile était un être humain, non pas une divinité, d’ailleurs ce n’est pas aussi bon que ce que les gens disent, en plus l’ombre à l‘intérieur n’est pas bienveillante.

 

Question : Le guide a dit qu’elle représentait une aristocrate du passé, et que les aristocrates du passé ne portaient aucune parure.

 

Maître : Tout cela a été dit par des êtres humains, un texte de guide touristique n’est pas quelque chose de fiable. De nombreuses divinités dans les cieux portent des boucles d’oreilles. Les divinités féminines dans les cieux portent des boucles d’oreilles et d’autres parures, ce sont aussi des instruments de la Loi. Pour les divinités ayant l’image de l’homme occidental, il semble que les divinités féminines portent peu de parure sur elles. Les bodhisattvas portent un peu plus de parures, les divinités portent en général des colliers, les bodhisattvas portent aussi de très longs chapelets avec de grosses perles.

 

Question : Maître, jusqu’à maintenant je ne sais pas encore ce que signifie « les fées éparpillent des fleurs » ?

 

Maître : C’est seulement lorsque sur terre un sauveur des êtres humains enseigne la voie ou fait une grande et bonne chose, qu’elles éparpillent des fleurs. Beaucoup de nos élèves l’ont vu, à chaque fois que le Maître enseigne la Loi, elles sont là pour éparpiller des fleurs. (Applaudissements) Elles sont là pour encourager les êtres, c’est pour vous qu’elles éparpillent les fleurs.

 

Question : (texte traduit) Je ne vois pas souvent les divinités d’autres espaces, je ne peux pas voir très distinctement non plus. Comment puis-je savoir si je peins juste ou non ? C’est un gros problème. Lorsqu’on peint une divinité, qu’est-ce qu’on doit peindre ?

 

Maître : En général, vous savez comment elles s’habillent, à quoi elles ressemblent en gros, c’est déjà une base. Autour de vous, il y a de nombreux disciples de Dafa qui ont vu diverses scènes, vous pouvez les écouter. En peignant, vous saurez naturellement la composition du tableau et ce que vous allez exprimer.

 

Question : Je voudrais vous demander, pour les peintures des enfants, comme les enfants sont plus purs et plus naïfs, ils ne connaissent pas les techniques. Alors lorsqu’ils peignent, la façon d’exprimer est-elle très différente de celle que nous voulons avec des choses très techniques ?

 

Maître : Oui, c’est ça. Un peintre est un peintre, un enfant est un enfant, un enfant ne veut pas dire un peintre. Si un enfant aime peindre, c’est le commencement pour devenir un peintre, mais ce n’est pas un peintre, s’il n’arrive pas à bien peindre, il ne sera jamais considéré comme quelqu’un qui sait peindre, savoir peindre et ne pas savoir peindre il y a toujours une différence, donc, un enfant doit apprendre, il faut qu’il maîtrise bien ce qu’il apprend. Les dessins que les adultes dessinent pour les enfants ne sont apparus que depuis que l’école moderne a vu le jour, dans le passé les livres d’images étaient aussi faits pour les enfants, les livres d’images du passé sont peints de façon traditionnelle.

 

Question : Dans ce cas pour les enfants qui veulent interpréter les choses de Dafa, est-ce qu’ils peuvent exprimer directement cela, y a-t-il un problème à cela ? Ou bien faut-il que la personne ait nécessairement une base académique, qu’elle connaisse bien la technique pour les exprimer ?

 

Maître : Les enfants peuvent s’exercer à peindre, les dessins d’exercices ne peuvent être considérés comme des œuvres réussies, mais les devoirs des enfants pendant le cours de dessin à l’école peuvent être évalués à l’école par comparaison. Il est naturel pour les élèves de l’école Minghui d’étudier la Loi, dans le cours de dessin on peint nécessairement Dafa et les élèves de Dafa, mais il ne s’agit que de l’apprentissage et de faire des devoirs. Cependant j’espère que, pendant le cours de beaux-arts dans toutes les écoles, on forme les élèves de manière régulière pour avoir une technique de base. En réalité, peindre une divinité sans avoir une compétence technique, cela ne revient-il pas à enlaidir la divinité ? Même si le cœur est bon. D’un autre côté, on ne peut pas peindre une divinité à la légère, n’est-ce pas ? Si on ne sait pas bien peindre, comment peut-on montrer le côté solennel, merveilleux et la droiture d’une divinité ? Bien entendu, si on peint les élèves, c’est autre chose.

 

A l’école Minghui, les élèves veulent exercer la peinture, ce n’est pas un problème, pour celles qui sont bien peintes, l’école peut les juger. Mais à mon avis, les œuvres d’un véritablement haut niveau, il faut y mettre beaucoup de travail, surtout pour une exposition, il faut qu’on montre vraiment un niveau professionnel de style traditionnel.

 

Question : Dans un tableau, on montre la scène où les disciples de Dafa accompagnent le Maître pour rectifier la loi, s’agissant des bouddhas, des Taos, des divinités dans d’autres espaces, comme aucune divinité de l’ancien univers ne participe à la rectification de la loi, dans ce cas peut-on comprendre que c’est la manifestation des corps des disciples de Dafa dans différents espaces participant dans différents espaces à la rectification de la loi ?

 

Maître : On ne peut pas dire qu’aucune divinité n’a participé. Dans l’univers, la plupart des divinités n’y participent pas, cependant, à l’exception des forces anciennes, il y a une partie des divinités qui peut suivre totalement les exigences du Maître pour jouer un rôle positif, les soldats et les généraux célestes (l’armée céleste) sont aussi là pour défendre la Loi. Ce n’est pas qu’aucune divinité n’y participe, il y a certaines divinités droites qui y participent. Vous pouvez les peindre. Les disciples de Dafa peuvent dans leur pensée droite mobiliser leur Shentong et leur Gong, mais il n’est pas facile de mobiliser leur côté divin qui a réussi la cultivation.

 

Question : Les images des disciples de Dafa participant à la rectification de la loi dans d’autres espaces sont aussi celles de bouddhas, de Taos et de divinités, ont-ils les mêmes apparences que les autres bouddhas, Taos, divinités ?

 

Maître : Les apparences sont les mêmes. Les disciples de Dafa ne font que valider la Loi parmi les gens ordinaires, leur autre côté en général ne bouge pas ; mais pendant que vous émettez la pensée droite, vous pouvez mobiliser vos capacités de l’autre côté. Valider la Loi, c’est essentiellement fait par ce côté qui est votre corps principal, lorsque votre pensée droite est puissante, vous pouvez mobiliser l’énergie, les instruments de la Loi et les Shentong, c’est comme ça en général.

 

Question : Dans ce cas il ne peut que s’asseoir là-bas ?

 

Maître : Parce que ce n’est pas permis qu’il bouge de lui-même sans la présence du corps principal. Quand le corps principal réussit la cultivation, il bouge en suivant son corps principal, sans le corps principal s’il peut bouger tout seul, cela ne revient-il pas à dire qu’une partie devient autonome ? Ne devient-il pas un autre être ? Il pourrait vous remplacer, et même au contraire vous contrôler, comment cela serait-il possible ? Tout ce que vous avez cultivé ne vous appartiendrait plus, ça ne va pas, donc il faut qu’il fusionne en un tout avec le corps principal, une fois que ce dernier a terminé tout ce qu’il a à faire. Disons-le ainsi, si votre bras se met à bouger tout seul sans que vous puissiez le contrôler, est-ce encore le vôtre ? (Le public rit)

 

Question : Comment accomplir des choses si l’autre côté ne bouge pas ?

 

Maître : Les choses qui sont réellement faites sont faites par vous, qui validez la Loi dans le monde humain, c’est vous qui êtes ici pour émettre la pensée droite, pour clarifier la vérité et apporter le salut aux gens de ce monde. Lorsque votre pensée droite est puissante, vous pouvez mobiliser votre énergie, à différents niveaux il y a de l’énergie, des instrument de la Loi et des Gong de niveaux différents, plus votre pensée droite est puissante, plus la capacité mobilisée est grande. Certains élèves dont le Yuanshen est capable de sortir de sa coquille, de quitter leur corps, jouent un certain rôle dans la rectification de la loi. Pour ceux dont le Yuanshen est capable de sortir de sa coquille, ils peuvent maîtriser leur corps divin, la partie ayant réussi la cultivation.

 

Question : Les nombreux bouddhas, Taos, divinités peints dans la religion bouddhiste, est-ce que nous pouvons les prendre comme référence ?

 

Maître : Oui, vous le pouvez.

 

Question : Le style d’écriture cursive est dévié. Lorsque nous écrivons des mots sur une peinture, est-ce que nous devons absolument utiliser le style Kaishu (écriture de forme carrée et bien régulière) et Lishu (écriture officielle des Han, carrée et arrondie aux angles)?

 

Maître : Le style cursif est écrit dans un état où on laisse libre cours au côté négatif de l’homme et aux conceptions humaines. Je pense qu’il est bon d’écrire avec netteté. Les caractères sont d’ailleurs transmis par les divinités aux êtres humains, faire de cette façon c’est aussi un respect envers les divinités. Je ne parle que du principe de la Loi. Vous dites alors : « J’aime particulièrement le style cursif et je m’exerce justement sur le style cursif. » S’il s’agit des gens de ce monde, maintenant je ne m’en occupe pas, mais les disciples de Dafa doivent absolument être droits.

 

Question : Maître, pourriez-vous nous donner votre avis sur les peintures rupestres de Dunhuang ?

 

Maître : A cet endroit-là, dans l‘antiquité existait un grand monastère, l’architecture a été détruite à cause des guerres et du manque de réparation depuis longtemps. Les peintures rupestres de Dunhuang ont été peintes successivement autour de la période des Dynasties Tang. Certaines de ces peintures montrent des scènes aux cieux, parce qu’elles étaient peintes pendant la période où la religion bouddhiste atteignait son apogée, les croyants en Bouddha et dans la religion bouddhiste étaient nombreux, donc beaucoup pouvaient voir des scènes de bouddhas, des scènes de divinités, les gens les ont dépeints, mais étant influencés par le manque de maturité dans la technique de la peinture orientale, ces dernières ne sont pas aussi mûres et précises que les arts occidentaux au niveau du rapport de la perspective et de la structure du corps. Mais le fait d’avoir un tel niveau technique il y a mille ou deux mille ans a permis que la religion bouddhiste chinoise et les arts chinois fassent briller cette culture millénaire.

 

Question : Maître, je voudrais vous demander, les autres civilisations anciennes, par exemple, la culture de l’Egypte, celle des Mayas en Amérique du Sud, il semble qu’elles ont une grande différence avec celle de bouddhas, de Taos, de divinités que nous connaissons, ont-elles vraiment existé ?

 

Maître : Oui, ces civilisations ont bien existé. Ces peuples ont cru en différentes divinités, la plupart étaient des divinités droites (justes).

 

Question : Maître, pour les animaux divins célestes, ceux de l’Orient et les divinités de l’Orient, quels sont leurs instruments de la Loi ?

 

Maître : Oh la la, c’est comme si vous me demandez combien de particules il y a dans l’univers. Il y en a tellement, un si grand nombre. Chaque divinité a ses instruments de la Loi, d’ailleurs il n’en a pas seulement un. Les instruments de la Loi de ceux qui ont réussi leur cultivation ont été formés au fur et à mesure de leur Xiulian. Par exemple, les bols, les chapelets, les poissons de bois que les moines utilisent habituellement, les chasse-mouches en crin de cheval, les épées portées par les Taos, tous peuvent au fur et à mesure de la cultivation et la pratique de la personne devenir un instrument de la Loi. Le chapelet que les bonzes saisissent dans leur main, chaque jour ils égrènent avec les doigts en récitant le canon bouddhiste, au fur et à mesure de l’élévation de leur niveau, l’énergie dans la main s’accroît, ils l’égrènent sans arrêt, l’énergie à l’intérieur devient très riche, la nature essentielle du chapelet change, à l’avenir lorsqu’ils auront réussi leur cultivation, chaque perle deviendra un instrument de la Loi, l’ensemble du chapelet deviendra aussi un instrument de la Loi, pour celui qui atteint un niveau élevé, l’intérieur de chaque perle est comme un monde, il y a tout là-dedans. Toutes sortes de choses peuvent devenir un instrument de la Loi. Pendant la validation de la Loi par les disciples de Dafa, si vous dites par exemple : « J’écris des articles pour valider Dafa. », même le stylo que vous tenez tous les jours a gagné en mérite et vertu, peut-être que votre stylo deviendra à l’avenir un instrument de la Loi. Dès que quelque chose utilisé par un pratiquant a gagné en mérite et vertu, il a la possibilité de devenir un instrument de la Loi, y compris le pinceau que vous utilisez pendant votre validation de la Loi.

 

Question : Maître, j’ai une question, concernant la sculpture, par exemple lorsqu’on regarde les sculptures de la Grèce antique et de l’époque romaine, on voit que leurs sculptures sont très précises, mais lorsqu’on regarde les représentations des bouddhas de la Dynastie Tang en Chine, je trouve qu’elles touchent par contre davantage les gens, donc à mon avis le manque de justesse dans la proportion n’empêche pas le respect des gens envers les divinités.

 

Maître : Oui, c’est vrai, sur les représentations des bouddhas ou des divinités il y a les Fashen des bouddhas et des divinités, naturellement elles sont différentes des autres statues ordinaires, c’est pour ça qu’elles peuvent émouvoir les gens. C’est justement de ça dont j’ai parlé tout à l’heure. Les Chinois accordent plus d’importance à exprimer le sens intérieur, les Occidentaux accordent de l’importance à l’expression apparente pour qu’elle soit juste et précise, ce sont deux approches différentes, toutes deux peuvent émouvoir les gens. Si dans la peinture orientale les divinités peuvent émouvoir les gens, c’est parce que c’est une divinité qu’elle manifeste, si c’est une personne ordinaire, elle ne le peut pas. Les divinités dans la peinture occidentale peuvent également inspirer le respect des gens, mais si dans une peinture occidentale on montre une personne ordinaire, les gens ne seront pas émus après avoir regardé. Si dans la peinture chinoise, dans la sculpture chinoise l’exécution est aussi mûre et précise que celle occidentale, n’y a-t-il pas encore plus de chance de toucher les gens et d’approcher plus du réel ? Vous ne pouvez pas considérer une œuvre d’art immature et imparfaite comme satisfaisante parce qu’il y a un effet divin . Une œuvre parfaite à laquelle on ajoute la présence d’une divinité est ce qu’il y a de plus sacré.

 

Question : Donc on peut emprunter sa technique ?

 

Maître : Ce que j’ai dit ne se limite pas à la technique, ce que je veux dire, c’est de peindre en suivant la façon de peindre orthodoxe et traditionnelle, faire de votre mieux pour parfaire l’art, de cette façon c’est une élévation pour vous-mêmes, en même temps, c’est aussi un respect envers les divinités.

 

Question : (Texte traduit) Je voudrais vous demander, je fais des conceptions sur ordinateur, il m’arrive souvent de faire un gros plan, par exemple il est possible que je fasse des gros plans sur les disciples de Dafa ou des gens ordinaires. Je voudrais savoir si, dans notre création, il est permis de faire un gros plan sur le visage d’une personne, je ne sais pas si c’est bien, quel est le critère ?

 

Maître : Oui, vous le pouvez, non seulement des gros plans, vous pouvez prendre une personne entière comme modèle, mais il faut suivre un critère esthétique correct, ne pas suivre le goût personnel basé sur la conception humaine.

 

Question : Maître, les pratiquants en Chine sont plus forts dans ce domaine, c'est-à-dire qu’ils sont mieux entraînés que nous, est-il possible qu’ils fassent quelque chose ? Autrement dit, les pratiquants en Chine doivent avoir un grand nombre d’œuvres meilleures que les nôtres.

 

Maître : Pour le moment, ne comptez pas sur les élèves de Chine continentale. Actuellement, c’est seulement aux disciples de Dafa en dehors de la Chine continentale pourvus de ce genre de compétence professionnelle de le faire. Bien sûr, il n’y aura pas de problème pour trouver mille disciples de Dafa qui peignent très bien en Chine continentale, mais là-bas se déroule actuellement une persécution perverse.

 

Question : Je voudrais vous demander, quel est le rapport entre les peintures traditionnelles et le cinéma, la télévision, les peintures actuelles ?

 

Maître : Rien ne peut échapper à l’influence du courant de la mode de cette époque, donc les images dessinées dans beaucoup de dessins animés, je les trouve vraiment laides, certaines représentations de la bienveillance ne sont pas vraiment bienveillantes non plus, leurs images sont en fait très méchantes. Ce dont je vous parle aujourd’hui, c’est d’utiliser la pensé droite, la bienveillance et les méthodes traditionnelles pour retourner dans le chemin de l’être humain, en ouvrant un chemin pour les êtres humains du futur, les disciples de Dafa doivent d’abord retrouver la pensé droite dans l’art.

 

Question : Je voudrais vous demande quel est le rapport entre la création des beaux-arts et celle de la musique ?

 

Maître : Tous les deux nécessitent d’être fait avec la pensée droite. Tout à l’heure, j’ai parlé avec ceux qui font de la musique, je viens d’en parler, donc je n’en parle plus ici, j’ai parlé pour eux aussi pendant plusieurs heures.

 

Question : Maître, vous parlez de la bienveillance, je ne veux pas montrer une scène trop grande.

 

Maître : C’est aussi bon si vous illustrez juste un petit sujet, ça va aussi. Si vous voulez illustrer une toute petite chose, vous n’avez pas besoin d’une scène trop grande, une toute petite scène, ça va aussi.

 

Question : Maître, quelles sont les images des huit régiments des dragons célestes protecteurs de la loi ?

 

Maître : « Huit régiments des dragons célestes protecteurs de la loi », ceci a été dit par Sakyamuni, ce qu’il désignait réellement, c’est huit parties d’êtres, ce sont huit parties d’êtres, de vies. Ce que j’ai arrangé pour vous, c’est simplement les soldats et les généraux célestes pour être protecteurs de la Loi, et les dragons, ces deux parties-là. Bien sûr, il y a de rares disciples de Dafa qui ont des protecteurs de la Loi dans des situations particulières. Nous ne pouvons pas décrire précisément les autres parties des protecteurs de la Loi, car ces parties des êtres sont toutes en train de traverser la rectification de la loi, s’ils seront gardés ou s’ils traverseront restera à voir après la rectification de la loi.

 

Maître : Vous avez déjà levé la main plusieurs fois.

 

Question : je voudrais dire simplement que je trouve que les sujets de Dafa sont vraiment nombreux, ces dernières années passées on voit que Dafa ébranle vraiment le ciel et la terre.

 

Maître : C’est vraiment ainsi.

 

Question : Alors, je suis toujours ému, je sens que les sujets dans Dafa sont vraiment abondants, ils sont dignes de louanges et de compassion. Etant artistes de Dafa, nous avons cette responsabilité, il faut que nous accomplissions ce que nous devons faire. Quand nous voulons peindre ou dessiner, nous rencontrons aussi de nombreuses difficultés. Aujourd’hui après avoir entendu l’explication du Maître, nous avons l’impression que pour beaucoup de choses une direction nous est donnée. Je voudrais poser une question concrète, j’espère que les organisateurs de notre exposition peuvent un peu coordonner d’un point de vue global les sujets importants, parce que dans nos conceptions de tableaux il y aura beaucoup de sujets à traiter, ce sont tous des sujets importants.

 

Maître : La coordination dont vous parlez est très importante. Nous avons des personnes dont la pensé s’ouvre, elles peuvent faire des croquis, qu’elles donnent ensuite aux personnes compétentes pour les réaliser, dans ce cas tous n’auront pas besoin de réfléchir sur la conception, c’est aussi très bien de faire de cette façon.

 

Question : Nous avons des disciples de Dafa qui ont de très bonnes conceptions, de très bonnes idées, mais ils n’ont pas une très bonne technique. C’est la même chose que pour les disciples de Dafa qui font de la radio, de la télévision, nous pouvons partager nos informations, nos documents, nos conceptions sur des projets, nos techniques. Surtout il faut garantir la qualité des œuvres sur des sujets importants, parce que la première exposition des disciples de Dafa doit réellement présenter le niveau de nos disciples de Dafa. Je pense que, que ce soit des tableaux de grande taille ou de petite taille, tout est bon, mais une œuvre de très grande taille est relativement difficile à faire. Par exemple, j’ai une très bonne idée de conception, je ressens qu’au niveau technique je peux aussi parvenir à un certain niveau, mais j’ai l’impression qu’il y a beaucoup de choses que je n’arrive pas à voir ou bien que je ne sais pas comment peindre, dans ce cas nous pouvons conjuguer nos compétences.

 

Maître : Oui, c’est comme ça. Vous pouvez trouver deux personnes responsables pour la conception du tableau, une fois qu’une idée est proposée, les personnes qui se sentent capables de la peindre vont la réaliser, ainsi on épargne le temps de la conception. Il suffit que vous ayez une conception grosso modo, car vous avez tous de la technique, de la compétence, alors vous pouvez la réaliser. Je trouve que cette idée est très constructive.

 

Je pense que je vais m’arrêter là. Ce qui reste sont des choses plus spécifiques et vous les arrangerez au mieux. Vous arrivez à comprendre comment tracer le chemin des disciples de Dafa, puisque toutes les choses que vous faites aujourd’hui sont primordiales. Si vous les faites bien, les êtres humains vont les prendre comme exemples, si vous ne les faites pas bien, les êtres humains vont aussi les prendre comme exemples, donc, les disciples de Dafa doivent nécessairement bien les faire. Si vous ne faites pas bien, si les œuvres manquent de droiture, nous ne pourrons pas les présenter, car cela influencera les êtres humains. C’est pourquoi, non seulement il faut le faire avec les méthodes traditionnelles, montrer ce qui est bon, ce qui est bienveillant, glorifier Dafa et les divinités, mais en même temps, au niveau technique vous devez aussi atteindre un haut niveau, parvenir à un critère droit et traditionnel. (Applaudissements)

 

 

http://www.minghui.org/mh/articles/2003/9/15/57443.html