Le filet se resserre

 

 

Combien de temps la perversité féroce peut-elle encore se déchaîner

 

On voit que le vent d’automne est déjà froid

 

Les diables pourris ont le cœur terrifié

 

À leur dernier jour on les voit désespérer

 

 

LI Hongzhi

le 14 septembre 2002

 

 

 

http://www.minghui.org/mh/articles/2002/9/15/36627.html